Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Fiche livre    

Le Corps et le sang d'Eymerich

Valerio EVANGELISTI

Titre original : Il corpo e il sangue di Eymerich, 1996
Science Fiction  - Cycle : Eymerich  vol.

Traduction de Serge QUADRUPPANI
Illustration de STAN & VINCE
RIVAGES, coll. Fantasy n° (31), dépôt légal : janvier 1999
240 pages, catégorie / prix : 119, ISBN : 2-7436-0427-1

Autres éditions
   in Nicolas Eymerich, inquisiteur - volume 1, LIVRE DE POCHE, 2016
   POCKET, 2000, 2005
   VOLTE (La), 2012
Couverture

    Quatrième de couverture    
     Le Sherlock Holmes de la Sainte Inquisition est de retour : l'impitoyable Nicolas Eymerich, terrible destructeur des infidèles, s'attaque à un nouveau mystère dans ce troisième roman consacré à ses aventures.

     Cette fois, l'enquête d'Eymerich le conduit en France en 1358, à Castres, où le Grand Inquisiteur devra s'attaquer au règne de terreur des "Masc", une secte aux rites impies et sanglants. Mais les conséquences de son intervention dans la cité, où fait rage la lutte pour le pouvoir entre les Montfort et les Armagnac, dépasseront de loin l'éradication d'une bande d'hérétiques. Car devant l'inquisiteur se dresse le spectre de la Mort Rouge...


     Naviguant toujours aussi habilement entre le futur et le passé, Le corps et le sang d'Eymerich est peut-être l'aventure la plus cruelle de l'intransigeant père dominicain. Des aveuglements de l'Inquisition au racisme du Ku-Klux-Klan, de la guerre d'Algérie à l'assassinat de Kennedy, d'effrayants parallèles historiques s'y dessinent.
     Le public italien a réservé un véritable triomphe à l'inquisiteur Eymerich et aux romans de Valerio Evangelisti qui le mettent en scène. La sage de cet anti-héros devenu un véritable personnage-culte a déjà remporté le prix Urania en Italie, ainsi que le Grand Prix de l'Imaginaire et le Prix de la Tour Eiffel en France.

    Cité dans les Conseils de lecture / Bibliothèque idéale des oeuvres suivantes :    
Jean-Pierre Fontana : Sondage Fontana - Fantasy (liste parue en 2002)  pour la série : Eymerich
Francis Valéry : Passeport pour les étoiles (liste parue en 2000)  pour la série : Eymerich
 
    Critiques    
     Ce troisième volet des aventures d'Eymerich est dans ses thèmes et sa construction assez proche du second tome, Les chaînes d'Eymerich.
     L'effet de surprise joue donc un peu moins, et le récit paraît un peu plus sage que le précédent, les histoires du passé et du futur semblant davantage parallèles qu'intriquées.
     Centrée sur les manipulations génétiques et médicales, les armes bactériologiques et le racisme, l'intrigue demeure toutefois passionnante, et nous sommes à nouveau étonnés par la virtuosité et la maîtrise de l'auteur, qui réussit à construire des histoires à la fois complètement folles et parfaitement cohérentes.
     Eymerich s'y révèle de plus en plus austère, machiavélique et intransigeant - pour tout dire détestable - mais d'une efficacité à toute épreuve.
     Ceux qui ont apprécié les deux premiers épisodes seront donc enchantés de retrouver ce singulier personnage...

Pascal PATOZ (lui écrire)
Première parution : 15/2/1999
nooSFere


     Le troisième volume des aventures de Nicolas Eymerich confirme les promesses des précédents. On retrouve la mise en parallèle d'une enquête menée au XIVe siècle et d'aspects peu ragoûtants de notre passé immédiat et d'un futur proche effrayant. D'un côté, à Castres et aux alentours, sur fond de politique internationale et de guerre de Cent ans, on a des paysans égorgés, des cathares, des gnostiques, et un inquisiteur aussi brillant qu'effroyable, même si ses faiblesses transparaissent fugacement. De l'autre, le Ku-Klux-Klan des années cinquante, l'OAS en 1962, les réfugiés anticastristes et — un instant — Lee Harvey Oswald, le suicide de la secte de Jonestown en 1978, la guerre du Golfe et ses bombes fuel-oil, avant l'anémie falciforme de Metallica (cf. Galaxies n° 11). Avoir lu cette dernière nouvelle, située un peu après la conclusion du volume, nuit à peine au suspense.
     On pourrait chipoter. Chez un autre auteur, on s'inquiéterait d'une maladie qui ne s'en prend qu'aux « gens de couleur » — Arabes compris — avant que la suite remette les pendules à l'heure, doublement (mais on ne peut écrire « heureusement »). La sympathie pour le gourou de la secte déjà évoquée peut également énerver. Mais ces aspects sont noyés sous tous les autres. Il y a plus de folie dans le volume suivant, Le Mystère de l'inquisiteur Eymerich, encore plus de travail et de construction dans celui d'après, Cherudek, mais avec ce roman-ci, on a déjà et encore un mélange remarquable et jamais gratuit entre les époques, entre des inquiétudes tout à fait actuelles et les efficaces ficelles du roman populaire, et surtout entre roman historique, fantasy apparente, science-fiction réelle et politique-fiction. De quoi accrocher ceux qui ne jurent que par le mainstream, et passionner les lecteurs de Galaxies, conjonction encore plus rare et plus précieuse que les précédentes.

Éric VIAL (lui écrire)
Première parution : 1/3/1999
dans Galaxies 12
Mise en ligne le : 15/12/2000


     Pour sa troisième aventure, Nicolas Eymerich, inquisiteur d'Aragon, se rend à Castres, en 1358, pour enquêter sur la secte des masc buveurs de sang. Il y rencontrera également quelques cathares, et ceux qui ont lu Les Chaînes d'Eymerich 1 ont sans doute déjà commencé à se frotter les mains à l'idée d'apprendre comment il a gagné son surnom de Saint Mauvais. Parallèlement, au XXe siècle, un savant fou propose à diverses factions extrémistes – Ku Klux Klan, OAS, etc. – de propager une maladie mortelle pour les gens de couleur, l'anémie falciforme, qui a pour conséquence une gigantesque hémorragie de tous les vaisseaux sanguins.
     Sur cette base peu ragoûtante, Valerio Evangelisti a construit un roman d'horreur et de suspense plutôt enlevé et dynamique. Tout va très vite dans cette histoire, où le roman policier médiéval se taille la part du lion par rapport à la S-F réduite ici à la portion congrue – sauf dans les dernières pages où elle revient en force. Outre une documentation historique toujours impressionnante, on retiendra notamment la frappante description de Castres, avec ses murs rougis par la teinture de garance, et quelques affreux personnages au côté desquels Eymerich finirait par paraître presque sympathique. L'intérêt principal du livre est d'ailleurs le développement de la personnalité de l'inquisiteur, qui révèle ici des aspects insoupçonnés, et notamment une propension à la pitié dont on ne se serait pas douté au vu des épisodes précédents – une propension, toute relative, rassurez-vous, et qui ne l'empêchera pas de jouer du briquet au détriment des hérétiques.
     A l'évidence, Le Corps et le sang d'Eymerich est un roman de transition qui, derrière son apparente simplicité, procure d'intéressants indices sur le mode de composition de la série dans son ensemble. Les psytrons du premier volume établissaient un lien direct entre les deux lignes de narration, puisque l'expédition du Malpertuis et l'enquête d'Eymerich se déroulaient pour ainsi dire simultanément par la vertu du voyage dans l'imaginaire. Dans le second, la relation entre les intrigues parallèles se limitait à l'exploitation à l'époque moderne des anomalies médiévales. Le troisième reprend ce dernier schéma en le simplifiant : cette fois, l'anomalie est unique. Aux manipulations génétiques tous azimuts de la RACHE succède l'obsession d'un savant fou raciste. Mais les conséquences en seront, historiquement parlant, bien plus considérables. Véritable prologue à « Métallica  » 2, Le Corps et le sang d'Eymerich n'est peut-être pas le meilleur livre pour découvrir le terrible inquisiteur car il semble de prime abord manquer d'ampleur, mais les perspectives qu'il ouvre en filigrane devraient titiller agréablement les neurones des habitués de la série – en attendant impatiemment le prochain volume, où le chaste dominicain rencontre un célèbre psychanalyste adepte de l'énergie orgasmique...

Notes :

1. Bien qu'il soit le précédent titre de la série, Les Chaînes se déroule après Le Corps et le sang – du moins, en ce qui concerne la partie moyenâgeuse.
2. Cette novella, parue dans Galaxies n° 11, qui présente un dossier Evangelisti, est la première du recueil Métallo Urlante, qui décrit un avenir dystopique.

Roland C. WAGNER
Première parution : 1/4/1999
dans Bifrost 13
Mise en ligne le : 1/8/2001


 
Base mise à jour le 17 juillet 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.