Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Vampire Junction

S.P. SOMTOW

Titre original : Vampire Junction
Cycle : Vampire junction / la Trilogie de Timmy Valentine vol.

Traduction de Michel DEUTSCH
Traduction révisée par Thomas DAY
Illustration de Phil FENSTERER
GALLIMARD, coll. Folio SF n° 259
Dépôt légal : octobre 2006
608 pages, catégorie / prix : F13
ISBN : 2-07-031895-8   
Genre : Fantastique 


Autres éditions
   GALLIMARD, 2008
   J'AI LU, 1990, 1996, 2000
   in Vampires : Dracula et les siens, OMNIBUS, 1997

    Quatrième de couverture    
     Timmy Valentine a douze ans.
     A l'époque de Gilles de Rais, en 1440, il se faisait appeler Jeannot et aurait compté parmi les dernières victimes du seigneur de Tiffauges. Au début du siècle, à Cambridge, il aurait assisté à une cérémonie satanique s'étant achevée dans le sang. Durant la Seconde Guerre mondiale, à Auschwitz, il aurait été gazé plusieurs fois. De nos jours, c'est une star de rock qui amasse des millions de dollars grâce à son tube Vampire Junction.
     Timmy Valentine a douze ans depuis des siècles, c'est le plus puissant des vampires et les Dieux du Chaos ont juré de le détruire afin de s'octroyer sa puissance.

     Vampire Junction est le premier volet d'une trilogie mêlant rock et vampires, meurtres abominables et déviances sexuelles. Cette œuvre choc, souvent comparée aux premiers romans de Stephen King, a valu à son auteur un succès mondial.

     Chef d'orchestre de renommée internationale, sujet thaïlandais ayant suivi ses études en Angleterre, S.P. Somtow est l'auteur d'une quinzaine de romans. Son grand œuvre, Les Chroniques de l'Inquisition, est disponible en deux volumes dans la collection Lunes d'encre aux Éditions Denoël.


    Prix obtenus    
Locus, roman de fantasy, 1985
 
    Critiques    
     Coté S-F, Folio a sorti la version définitive de Mallword. Puis « Lunes d'encre » l'édition intégrale des « Chroniques de l'inquisition ». C'est maintenant au tour de l'œuvre fantastique de Somtow de quitter le purgatoire éditorial. Folio « SF » réédite Vampire junction aux cotés d'un très bon cru de fantastique : Brite, Bradbury et Piccirilli (cf. critique plus haut dans le présent Bifrost). Vu la disette éditoriale du fantastique en général, et en poche en particulier, on ne s'en plaindra évidemment pas.

     Vampire junction est le premier tome d'une volumineuse trilogie, « Timmy Valentine ».

     Timmy est un vampire. Ses premiers souvenirs datent de la Rome antique, aux cotés d'une sibylle dont il fut l'un des jeunes eunuques. S'il ne meurt pas, il ne vieillit pas non plus. Il a donc toujours 12 ans, et une voix de castrat. Cette particularité lui a rendu de grands services, puisque, après avoir été chanteur classique au lendemain de la Seconde guerre mondiale, il est devenu une immense pop star dans les années 80. Autant de siècles de souvenirs, où Auschwitz croise le terrible Gilles de Rais (que l'auteur rend plus proche des clichés de Huysmans que du remarquable essai de Georges Bataille : Le Procès de Gilles de Rais). C'est donc dans le but de mettre un peu d'ordre dans tout ça que Timmy entreprend une psychanalyse. Une psychanalyse jungienne, tant qu'à faire, puisqu'elle semble plus susceptible de convenir à un archétype comme le vampire qu'il est.

     Sauf que bien sûr, sa psychanalyste est divorcée, et que — cerise sur le gâteau — son ex est le plus jeune des Dieux du chaos. Qui sont-ils ? Une bande de vieux sybarites qui ont, dans leur jeunesse, croisé la route de Timmy. Que cherchent-ils vraiment ? Bien malin qui pourrait le dire, à la fin des 500 premières pages. Il faut même attendre les 80 dernières (sur 600 !) pour que l'auteur nous torche vraiment le dénouement du livre en deux parties : 40 pages pour joindre les intrigues, et 40 autres pour bâcler une fin à la va-vite, tout en se ménageant une porte de sortie pour le tome suivant. Vampire junction est une réussite majeure sur au moins une chose : comment faire un pavé avec une intrigue de novella ? De ce point de vue, il n'y a rien à redire : le livre est une grande réussite. La seconde réussite du roman est le coup d'esbroufe psychanalytique. Outre un personnage de psychanalyste bien inconsistant, essentiellement ravalé au rôle de témoin et de confident, c'est finalement la psychanalyse elle-même qui est la grande absente du livre. A part quelques lieux communs sur les archétypes, inutile d'avoir l'espoir d'en apprendre davantage sur l'inconscient collectif jungien. Dommage, car la psychanalyse reste pourtant un terreau potentiellement riche pour l'imaginaire, comme on a pu le voir avec des auteurs comme Ballard.

     « Vampire Junction est le premier volet d'une trilogie mêlant rock et vampires, meurtre abominables et déviances sexuelles », nous affirme la quatrième de couverture. Je me sens donc à la fois soulagé et inquiet d'avoir réussi à lire le premier tome. Soulagé, parce qu'il ne m'en reste plus que deux sur les trois à lire. Angoissé, aussi, en me disant qu'il m'en reste encore deux... L'indécrottable pessimiste que je suis ne peut qu'espérer un léger mieux, car après tout, ça pourrait difficilement être pire.

     Mauvaise pioche, donc, pour ce titre. Mais gardons tout de même le sourire : entre Brite et Piccirilli, l'amateur de fantastique trouvera son bonheur dans la dernière livraison de Folio « SF ». Croisons donc les doigts pour que les prochaines rééditions soient mieux inspirées : on trouve en effet de nombreuses perles dans la défunte collection « Présence du fantastique »...

Olivier PEZIGOT
Première parution : 1/1/2007 dans Bifrost 45
Mise en ligne le : 22/9/2008


 

 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies