Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Les Cahiers du labyrinthe - Redux

Léo HENRY


Illustration de Laure AFCHAIN

DYSTOPIA (association) , coll. Workshop
Dépôt légal : mai 2012
Recueil de nouvelles, 210 pages, catégorie / prix : 6 €
ISBN : 978-2-9535951-5-4
Genre : Fantastique

Édition numérique.


Autres éditions

Sous le titre Les Cahiers du labyrinthe   OXYMORE, 2003
Sommaire
Afficher les différentes éditions des textes
1 - Mélanie FAZI, Les Mystères du Labyrinthe ou le Vertige de la Quête, pages 8 à 11, préface
2 - Défait, pages 13 à 21, nouvelle
3 - Merry Élodie, pages 22 à 34, nouvelle
4 - Memory Lane, pages 35 à 43, nouvelle
5 - Art de la Fugue, pièce pour deux voix et un silence, pages 44 à 53, nouvelle
6 - Riches Heures, pages 54 à 62, nouvelle
7 - Notes pour un Labyrinthe, pages 63 à 75, nouvelle
8 - Ultimes Rinçures, pages 76 à 84, nouvelle
9 - Ex Nihilo Nihil, pages 85 à 93, nouvelle
10 - Ne la laisse pas s'enfuir, pages 94 à 100, nouvelle
11 - Inspire, pages 101 à 116, nouvelle
12 - La Chute d'Hamidärlah, pages 117 à 133, nouvelle
13 - Lettre Ouverte à cet Autre qui est Moi, pages 134 à 150, nouvelle
14 - L'Arbre de la vie, pages 152 à 157, nouvelle
15 - Marcheterre, pages 158 à 173, nouvelle
16 - D'autres viendront après moi, pages 174 à 178, nouvelle
17 - Ceci n'est pas ce que m'a dit Agathe, pages 179 à 186, nouvelle
18 - Nataraja, pages 187 à 194, nouvelle
19 - Les Crépuscules, pages 195 à 207, nouvelle
Critiques des autres éditions ou de la série
Edition OXYMORE, Épreuves (2004)

     Les Cahiers du Labyrinthe de Léo Henry se présentent comme les fragments épars d'un puzzle : aussi déroutants. L'auteur y décrit pulsions et sentiments les plus profonds sur un ton léger, si ce n'est joyeux, un peu comme si une pudeur secrète l'empêchait de se livrer sans retenue.

     Défait a la forme d'un étrange interrogatoire policier au terme duquel on ne sait quelle est la part du fantasme et de la réalité. En contrepoint, Merry Elodie est l'histoire d'une jeune fille qui ne sait pas vraiment de qui elle est issue, mais qui est à jamais liée à l'eau, que celle-ci coule dans la mer, le fleuve ou la baignoire.

     L'humour n'est pas absent des écrits de Léo Henry. Ainsi, Riches Heures, qui voit un frère sacrifié pour son frère mais s'unissant à lui pour bâtir la plus belle et la plus précise des horloges, ou Ex Nihilo Nihil, qui met en scène un surprenant démiurge, étudiant anxieux : image de l'auteur et de sa création ? Léo Henry semble aimer jouer de cette dualité auteur-personnage.

     Nombreux sont les textes de science-fiction de ce recueil. Ils se passent dans un futur dont les outils permettent l'exploration de l'inconscient ou des rêves, comme Memory Lane où, pour guérir son fils Clément, Patrick parcourt une bien étrange voie onirique, mais aussi La Chute d'Amidärlah, dont les protagonistes créent la plus belle des fictions à partir des songes dérobés à un autre.

     Le futur vu par Léo Henry peut aussi comporter des inventions classiques, du moins dans les livres. Elles seront décrites de façon très émouvante et poétique, comme dans Ne la laisse pas s'enfuir, ou franchement burlesque, comme dans Ultimes Rinçures. Un burlesque grinçant, certes, mais qui reste léger.

     La légèreté du ton de certains textes est peut-être la cause d'une certaine frustration à la lecture de ce recueil, comme si rien ne devait nous toucher, ni nous, lecteurs, ni peut-être l'auteur. Or, c'est quand il se laisse aller à crier qu'il est le meilleur, quand il cesse enfin de refouler l'émotion, quand il permet à son imagination de nous emporter au loin.

     C'est ce qui se produit avec quelques nouvelles où la tristesse est là, palpable. Ainsi, Art de la Fugue, dont la pleine mesure n'est prise qu'à la fin, donnant envie de repartir du début pour comprendre vraiment comment les choses se sont passées, ou Notes pour un Labyrinthe, haletant parcours d'un amnésique à travers une Venise oubliée. Inspire est aussi une très belle nouvelle qui met en scène La Mort — elle fait suite à Marcheterre, parue dans Emblèmes n°7, La Mort... ses Vies, aux éditions de l'Oxymore. Le bouquet final, Lettre Ouverte à cet Autre qui est Moi, boucle le recueil sur les interrogations, voire les angoisses qui, peut-être, assaillent l'auteur animateur de son propre personnage. À moins qu'il ne s'en joue pour le seul plaisir de ses lecteurs.

Lucie CHENU
Première parution : 1/5/2004
nooSFere

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 77332 livres, 88368 photos de couvertures, 73244 quatrièmes.
8570 critiques, 42066 intervenant·e·s, 1604 photographies, 3748 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2022. Tous droits réservés.