Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Les Élixirs du diable

Ernst Theodor Amadeus HOFFMANN

Titre original : Die Elixieren des Teufels, 1815
Première parution : Berlin, Allemagne : Duncker und Humblot, 1815
Traduction de Olivier BOURNAC & Alzir HELLA

STOCK , coll. Bibliothèque cosmopolite
Dépôt légal : décembre 1996
Roman, 488 pages
ISBN : 2-234-04596-7
Genre : Fantastique


Autres éditions
   BELFOND, 1968
   LES BELLES LETTRES, 2013
   CLUB DU MEILLEUR LIVRE, 1954
   PHÉBUS, 1981, 1991, 2005
   POCKET, 1989
   RENAISSANCE, 1968
   in Romans terrifiants, Robert LAFFONT, 1985
   in Romans terrifiants, 1987
   in Romans terrifiants, 1989
   in Romans terrifiants, 1991
   in Romans terrifiants, 1997
   STOCK, 1926, 1987, 2002

Quatrième de couverture
     Ce roman génial et singulier, sans doute le chef-d'œuvre de Hoffmann, a influencé pratiquement toute la littérature européenne de la deuxième moitié du XIXe siècle.
     C'est l'histoire du moine Médard, écartelé entre le Ciel et l'Enfer, également avide du salut de son âme et des plaisirs charnels, également doué pour les aspirations mystiques et pour l'excès de la luxure. Après avoir vécu au monastère dans la prière et l'abstinence, il cède au Tentateur et absorbe un élixir qui lui permet de réaliser tous ses désirs de débauche, d'ambition, de violence et de sacrilège.
     Le démon entre en lui et le chasse de son âme.
     Dès qu'il a avalé le breuvage diabolique, Médard commet, sans en être conscient, une suite de meurtres et d'actes abominables. En fait, il se dédouble et le vrai sujet du livre, c'est la lutte contre la folie, contre les puissances du mal, contre le destin.
     Hoffmann qui était hanté lui-même par la terreur de devenir fou, a voulu, malgré tout, donner une fin sinon heureuse, du moins apaisée à son livre : le Bien triomphera du Mal, après que Médard aura subi quantités d'épreuves et accepté le châtiment.
     Hoffmann disait volontiers que son roman avait « jailli » de lui, inspiré par Oneiros, le dieu des rêves. Et c'est comme un rêve fou et merveilleux qu'il faut le lire aujourd'hui.

     Ernst Theodor Amadeus Hoffmann est né en 1776 à Königsberg. Compositeur et chef d'orchestre, il se consacrait autant à la littérature qu'à la musique. Il est mort à Berlin en 1822.
Critiques des autres éditions ou de la série
Edition STOCK, Nouveau Cabinet cosmopolite (1987)

     Décidément, le fantastique se porte bien ; dont des maîtres reviennent en force. Ces derniers mois ont vu se multiplier des (ré)éditions fondamentales, comme les Morts violentes d'Ambrose Bierce (« Les Cahiers rouges », Grasset), de Gustav Meyrink 1, les transfigurations historiques de Léo Perutz 2 et d'Heimito von Doderer (Sursis, 10/18 n° 1837), et même Les Mystères d'Udolfo, d'Ann Radcliffe la gothique (NEO/Plus).
     Et pour l'heure, voici les célébrissimes Elixirs du Diable, du non moins illustre Ernst-Théodor Amadeus Hoffmann (1776-1822). Chez lui, tout est ambivalence, hésitations : entre un métier « conforme » (magistrat) et celui d'artiste ; entre musique et littérature ; entre exaltation et morosité. La nature indécise d'Hoffmann se retrouve entièrement dans la vie de ce moine Médard (The Monk de Lewis n'est pas loin), divisé par l'envie du Ciel et les séductions infernales, victime de puissances qui décident pour lui et luttent contre elles. Peut-on dominer les dédoublements que l'hérédité inscrit en nous ?, saura-t-on maîtriser le destin ?, y a-t-il une issue hors de la démence ?, sont les questions-clés de ce roman touffu, dont la rédaction même fut cyclothymique : une première .partie écrite en moins de deux mois, comme sous la dictée d'un rêve frénétique ; la seconde plus lente à venir, et forte d'une charge de réflexions métaphysiques. Ainsi que le relève l'excellente préface de Marcel Schneider, chacune des parties, et leurs composantes, sont en outre agencées par contrastes successifs, en un grand mouvement symphonique. Hoffmann — ses Nouvelles musicales sont également disponibles chez Stock — satisfaisait ainsi, plus qu'en sourdine, son aller ego. Un beau roman, témoin des folies romantiques, qui véhicule un enjeu littéraire toujours actif : refléter la vie jusque dans ses moindres contradictions, concilier ses totalités objective et mentale.


Notes :

1. Aux Editions du Rocher. Voir le compte rendu de L'Ange à la fenêtre d'Occident, Fiction n° 385.
2. Le Marquis de Bolivar (Albin Michel), Turlupin (Fayard), Le Judas de Léonard (Ed. Phébus).

Alain DARTEVELLE
Première parution : 1/7/1987
dans Fiction 388
Mise en ligne le : 28/1/2003

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 79133 livres, 91894 photos de couvertures, 75125 quatrièmes.
9023 critiques, 43018 intervenant·e·s, 1660 photographies, 3772 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2023. Tous droits réservés.