Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Les Rats

James HERBERT

Titre original : The Rats, 1974

Cycle : Rats (La trilogie des)  vol. 1 

Traduction de Jacqueline HUET
Illustration de (non mentionné)

POCKET (Paris, France), coll. Terreur n° 9007
Dépôt légal : janvier 1995
192 pages, catégorie / prix : 3
ISBN : 2-266-02825-1   
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
     Hommes et rats ont toujours été ennemis. Jusqu'à présent l'homme avait toujours eu le dessus, mais cette fois...

     Ils avaient appris à vivre dans l'ombre, furtivement, à sortir surtout la nuit et à craindre les hommes. Et soudain ils commencèrent à réaliser leur force et à prendre goût à la chair humaine.
     A leurs dents tranchantes comme des rasoirs, à leur nombre venait s'ajouter une arme supplémentaire : l'horreur et le dégoût qu'inspirait leur multitude grouillante.
     Bientôt on découvrit les restes ensanglantés des premières victimes...

     Né à Londres en 1943, James Herbert est l'une des grandes stars de la littérature de terreur. Sa trilogie des rats, dont Pocket présente aujourd'hui le premier volet, s'est vendue dans le monde entier à des millions d'exemplaires.

    Cité dans les listes thématiques des oeuvres suivantes :     

    Adaptations (cinéma, télévision, BD, théâtre, radio, jeu vidéo, ....)    
Les Rats attaquent , 1982, Robert Clouse
 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
Edition LIBRAIRIE DES CHAMPS-ÉLYSÉES, Le Masque Science-Fiction (1977)



     Il y avait déjà à distinguer l'Américain Frank Herbert et l'Allemand Herbert Franke, désormais il faudra connaître aussi l'Anglais James Herbert, dont le premier roman est remarquable. Il continue deux traditions : la première veut que l'histoire de Londres soit jalonnée de désastres — Grande Peste, Grand Incendie, Emeute de Gordon, Blitz — ; la seconde (conséquence peut-être de la première) que la SF anglaise brille surtout par les catastrophes — mort des céréales (Christopher), révolte des superplantes (Wyndham), grand vent et grande sécheresse (Ballard). Ici, ce sont les grands rats, les super-rats, porteurs d'un super-virus dont l'origine est expliquée de façon fort convaincante grâce à de bonnes connaissances en médecine, en zoologie et en matière de mutations, et les ravages racontés de façon fort effrayante grâce à l'art qu'a ce Cockney de décrire les quartiers populeux où il est né, et de camper en quelques lignes des personnages bien vivants, pathétiques dans leur médiocrité. Et puis, en quelques lignes aussi (p. 78), le livre éclaire des profondeurs (sociologiques ? écologiques ? philosophiques ?) : « Les gens lui avaient inspiré de la répulsion, non pas à titre individuel, mais en masse. Assez bizarrement, c'était le même genre de répulsion que celle que lui avaient inspirée les rats. Le sentiment d'une menace. »

George W. BARLOW
Première parution : 1/3/1977
dans Fiction 278
Mise en ligne le : 12/5/2012




 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 66136 livres, 66046 photos de couvertures, 60935 quatrièmes.
8090 critiques, 36180 intervenant·e·s, 1459 photographies, 3689 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.