Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Traquemort : La guerre

Simon R. GREEN

Titre original : Deathstalker War, 1997

Cycle : Traquemort  vol. 3 

Traduction de Arnaud MOUSNIER-LOMPRÉ
Illustration de Olivier VATINE

L'ATALANTE (Nantes, France), coll. La Dentelle du Cygne n° (105)
Dépôt légal : août 2004
592 pages, catégorie / prix : 23 €
ISBN : 2-84172-279-1   
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
     «Je te vois, Traquemort. Tu auras beau te débattre, la destinée te tient entre ses griffes. »
     Et cette destinée a fait d'Owen Traquemort un proscrit dans un empire interstellaire où règne la tyrannie, l'injustice et la corruption. Mais la rébellion s'est levée dont il est aujourd'hui la figure emblématique. Les forces de la révolution sont en marche. L'heure est venue de frapper. Et le chemin se dessine qui conduit de la planète rebelle de Brumonde à la capitale Golgotha, noyau de l'Empire, où se terre l'impératrice Lionnepierre au cœur de son palais souterrain.
     C'est un chemin de sang. Armes terrifiantes, pièges malicieux, trahisons et revirements, il ne sera rien épargné au Traquemort et ses compagnons pour aboutir à l'ultime affrontement contre la « Garce de fer ». Allumer le feu d'une révolte est une chose, gagner la guerre en est une autre. Voici la troisième époque de la geste Traquemort.
 
    Critiques    
     Le troisième tome de la Saga Traquemort poursuit avec brio les aventures du jeune aristocrate Owen Traquemort et de ses compagnons, lancés quelque peu par hasard, du moins semblait-il jusqu'alors, dans une lutte sans merci contre l'Empire décadent de la Garce de Fer. Non content d'approfondir considérablement la psychologie de ses personnages et de révéler le pourquoi d'un grand nombre d'événements restés jusqu'alors secondaires dans l'intrigue, ou trop peu expliqués, Simon R. Green parvient à corriger les faiblesses du tome 2 et à poursuivre sa cynique pérégrination dans les méandres de l'âme humaine.

     Le roman, contrairement au précédent qui se perdait en multiples récits plus ou moins isolés, se recentre autour de la destinée de la famille Traquemort. Chacune des trois premières parties suit l'un des trois personnages clef de la famille, tout en se consacrant à l'une des questions déjà évoquées jusqu'alors par l'auteur. Dans la Prise de Brumonde, c'est d'Owen qu'il va être question, mais aussi de la pression engendrée par les circonstances, avec tous les problèmes que cela engendre, différents chez chacun, mais finalement équivalents. Dans Innocence perdue, nous suivons Gilles et les rebelles sur un ancien monde de loisirs, gigantesque parc à jouets pour adultes en mal d'enfance, devenu champ de bataille par l'intrusion forcé de la conscience chez les anciens jouets, transformés en machines à tuer, parfois repentis et mystérieusement attirés par un Homme rouge au cœur d'une ancienne forêt. Là, c'est du thème de l'enfance et de la difficulté du devenir humain qu'il va être question, aussi bien à travers les confidences des héros que dans les interrogations de ces jouets nouvellement conscients, venus à l'existence dans le massacre et dans le sang. Puis vient le tour de David Traquemort, le nouvel et éphémère Seigneur Traquemort, qui sera rapidement mis au ban par Lionnepierre. Simon R. Green y réunit deux paumés de l'Empire, qui n'ont rien en commun sinon un manque d'être qu'ils comblent l'un en l'autre, et multiplie les variations sur le thème de la folie du système impérial — qui a privé Kit et David d'une véritable enfance, qui fait obstacle par pur caprice à une expérience sociale efficace, qui pille, détruit, viole, calcine, souvent par simple obéissance aux ordres, parfois pour assouvir de viles pulsions.

     Quant à la quatrième partie, Tous à Golgotha, on y voit les Traquemort (les vivants, mais aussi les morts) dessiner l'avenir. Un avenir dont on réalise soudain qu'il était très prédéterminé, mais qui ne suivra pas la voie prévue. Et l'on ne peut s'empêcher, à lire la dernière remarque de Toby le Troubadour, « c'est pas génial quand une histoire se termine bien ? », de se dire que celle-là est bien loin de se terminer et que le bien n'est que très provisoire... Traîtrises, trahisons, plans fomentés depuis des siècles, extraterrestres dont la menace imminente semble se préciser, I.A. rebelles qui offrent à la personnalité de Lionnepierre l'occasion d'échapper à son corps, Hadéniens qui semblent bien trop dociles pour leur titre d'ancienne plus grande menace pour l'humanité... autant de pistes que Simon R. Green ne devrait pas se priver d'explorer dans les tomes à venir.

Nathalie LABROUSSE (lui écrire)
Première parution : 13/12/2004 nooSFere


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 66445 livres, 67058 photos de couvertures, 61286 quatrièmes.
8090 critiques, 36364 intervenant·e·s, 1463 photographies, 3690 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.