Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Les Puissances de l'invisible - 1

Tim POWERS

Titre original : DECLARE, 2001

Cycle : Les Puissances de l'invisible  vol.

Traduction de Michelle CHARRIER
Illustration de MANCHU

DENOËL (Paris, France), coll. Lunes d'Encre n° (48)
Dépôt légal : octobre 2003
352 pages, catégorie / prix : 23 €
ISBN : 2-207-25394-5   
Genre : Fantastique



    Quatrième de couverture    
     1948, le jeune Andrew Hale, membre des services secrets britanniques depuis l’âge de sept ans, quitte la gorge d’Ahora en laissant derrière lui un nombre impressionnant de cadavres ; la dernière phase du projet DECLARE est un échec retentissant.

     1963, Andrew Hale, professeur d’université depuis une dizaine d’années, mène une vie sans histoire jusqu’à ce que son ancien employeur, James Theodora, reprenne contact avec lui. DECLARE est réactivé et il est impératif de s’allier avec les anciennes puissances du mont Ararat avant les Soviétiques. Le sort du monde libre en dépend.

     Récit d’une guerre occulte et démesurée, Les Puissances de l’invisible est à l’œuvre de Tim Powers ce que L’Échiquier du mal est à celle de Dan Simmons. Un chef-d’œuvre récompensé par le World Fantasy Award.

     Tim Powers est l’auteur d’une dizaine de romans, dont Les Voies d’Anubis, Le Poids de son regard, Poker d’âmes et Date d’expiration.
 
    Critiques    
     En 1929, Andrew Hale, alors âgé de sept ans, entre dans les services secrets britanniques — à son insu, bien sûr. Une fois arrivé à l'âge adulte, après bien des entraînements dans des camps de préparation militaire, Hale se révèle un espion fort doué. Puis agent double, toujours au service de Sa Gracieuse Majesté. La guerre va lui permettre de développer quelques dons particuliers et une expérience irremplaçable, qualités qui vont l'envoyer tout droit jouer dans la cour des grands. Il va ainsi partager un des secrets les mieux gardé au monde : l'existence, sur le mont Ararat, dans la gorge d'Hahora, de puissances démesurées, inhumaines et intelligentes, qui représentent une menace pour l'humanité. Les britanniques, depuis des années, tentent de mettre en place le projet DECLARE, visant à se débarrasser de ces puissances. C'est ainsi qu'en 1948, Andrew se retrouve à la tête de l'expédition destinée à mettre un point final au projet DECLARE. Mais l'échec est retentissant, et Hale se sort miraculeusement indemne d'un véritable massacre. Le voici à la retraite. Pourtant, en 1963, son ancien patron vient le chercher : le projet DECLARE sort de la naphtaline. Il s'agit de faire vite et bien, car les puissances du mont Ararat sont toujours en place et les Russes vont tenter de s'allier avec elles...

     Pour une fois, nous voici en présence d'une quatrième de couverture « Lunes d'encre » pas trop mensongère — et signalons un très beau dessin de couverture signé Manchu, illustrateur qu'on voit désormais beaucoup (trop ?). Ça, c'est l'emballage. Quant au reste... On a droit à un prologue sur les chapeaux de roue, plein de bruit et de fureur, comme on dit, laissant présager de noirs secrets, avec juste ce qu'il faut de terreur et de désespoir pour laisser le lecteur trépignant et bavant. Et puis, et puis... Plus grand chose. Powers nous ballade dans la vie de son héros, faisant des aller-retour entre 1948 et 1963 sans vraiment jamais rentrer dans le vif du sujet, sauf par quelques touches assez discrètes de-ci de-là. En fait de fantastique, c'est à un roman d'espionnage que Powers nous convie, et les choses sérieuses ne s'enclenchent vraiment qu'à partir de la page 250 du premier tome. Et encore, n'allez pas pour autant croire que les 450 pages restantes soient un festival son et lumière — ici, Powers fait résolument dans l'économie de moyens pyrotechniques.

     En fait, Powers nous plonge dans les arcanes du monde de l'espionnage avec un talent consommé, et ses évocations, des plus pragmatiques, sont fascinantes. On ne fera pas ici l'apologie du bonhomme, dont les capacités ne sont plus à démontrer : Powers est sans conteste un écrivain majeur. Il n'en reste pas moins que ce roman souffre de délayage et aurait probablement mérité une amputation d'un bon tiers, histoire de lui faire retrouver pêche et nervosité. D'autant que le final, plutôt décevant, nous laisse comme un arrière goût de « tout ça pour ça ». Bref, un livre intéressant, au-dessus de beaucoup, mais finalement peu concluant au regard des espoirs qu'on est en droit de fonder à l'idée de lire un nouveau Tim Powers.

Sandrine GRENIER
Première parution : 1/1/2004 dans Bifrost 33
Mise en ligne le : 1/3/2005


 
retour en haut de page
Dans la nooSFere : 65787 livres, 65290 photos de couvertures, 60556 quatrièmes.
8089 critiques, 36070 intervenant·e·s, 1453 photographies, 3688 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.