Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Ariosto furioso

Chelsea Quinn YARBRO

Titre original : Ariosto furioso, 1980

Traduction de Jean BONNEFOY
Illustration de SPARTH

GALLIMARD (Paris, France), coll. Folio SF n° 152
Dépôt légal : octobre 2003
480 pages, catégorie / prix : F11
ISBN : 2-07-042080-9   
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
     1533. L'Italia Federata a conquis le Nouveau Monde. À Firenze, Lodovico Ariosto, poète et conseiller de Damiano de Medici, est pris en étau entre les factions rivales qui se disputent le pouvoir.
     Telle est la realtà.
     Le poète s'évade en écrivant une suite à son Orlando Furioso. Et dans cette Amérique de rêve, il devient Ariosto le héros qui, monté sur son hippogriffe fabuleux, va défendre les Cérocchi contre les sorts et les sorciers.
     Telle est la fantasia.
     Jusqu'au jour, tragique, où rêve et réalité se rejoignent...
     Ce chef-d'oeuvre de maestria évoque, par sa construction en abîme d'une réalité subtilement pervertie, Le Maître du Haut-Château de Philip K. Dick.

     Née en 1942, Chelsea Quinn Yarbro a exercé de nombreux métiers avant de pleinement se consacrer à sa carrière d'écrivain au début des années 70. Ces multiples expériences lui ont permis d'aborder avec un égal talent des genres littéraires aussi différents que la science-fiction, le western, l'horreur ou les romans pour adolescents.
 
    Critiques    
     Publié en 1981 en « Présence du futur », ce curieux roman est aujourd'hui réédité en Folio « SF », pour le plus grand bonheur des amateurs d'une science-fiction littéraire exigeante, dans sa forme comme dans son fond 1. Pourtant, l'idée est délicate, et l'absence de monstres tentaculaires peut en rebuter plus d'un. De « S-F » d'ailleurs, il n'est presque pas question, tant le monde de Yarbro est subtil et léger.

     Nous sommes en 1533, et comme chacun sait, l'Italie est une grande nation qui vient juste de réaliser son unité. Cette Italia Federata (conçue comme une république rassemblant des royaumes) est dirigée par un Médicis, Damanio, qui a pour proche ami et quasi-conseiller Lodovico Ariosto, poète fameux et (accessoirement) auteur du chef-d'œuvre Orlando Furioso. Dans cette cour pourrie de machinations infâmes et de traîtrises odieuses (entre cardinaux sodomites, papes assoiffés de pouvoir, ministres corrompus et autres sympathiques personnages), Damanio trace tant bien que mal son chemin, sacrifiant vie personnelle et santé à sa tâche : consolider la théorie et la praxis d'une unité italienne en proie à la cupidité et à la stupidité sans borne des baronets qui la composent. Et la route est longue. Témoin impuissant de cette lente décomposition, Lodovico Ariosto est pris dans un conflit silencieux d'une grande subtilité. Qui manipule qui ? Qui menace qui ? A qui peut-on faire confiance, si tant est que ce mot ait une quelconque signification au milieu de toutes ces manigances. Histoire de s'évader des intrigues de cour, le poète compose une nouvelle fantasia, imaginant un monde dans lequel l'Italia Federata a conquis le nouveau monde, en bonne intelligence avec les peuples indiens. Et dans ce pays rêvé, Ariosto le grand héros, monté sur un hippogriffe et flanqué d'une épée luisante, s'en va livrer bataille au puissant sorcier Anatrecacciatore pour sauver le monde. Et il y a du boulot... Rallier les nations réticentes, convaincre les peureux, prouver sa valeur et se montrer grand général, les monstrueux « guerriers de grès et de glace » (contre lesquels il va bien falloir se battre) étant tout sauf enthousiasmants.

     L'intérêt principal d'Ariosto Furioso, c'est qu'il met en scène une réalité historique légèrement détournée, d'où une crédibilité dérangeante aussi bien en Realta qu'en Fantasia. L'histoire n'est que prétexte à description, mais le lecteur sent bien que la chute s'approche, donnant au texte un sens du suspens à l'opposé des clichés du genre et d'une remarquable efficacité. Le sentiment dominant reste l'attente. De plus en plus oppressante, de plus en plus sourde. L'attente de la future bataille contre le sorcier dans la fantasia, l'attente d'un dénouement forcément tragique dans la realta.

     Littérairement pointu, drôle par son sens du deuxième degré (l'honneur d'Ariosto et ses manières ridicules de grand héros mythique sont à mourir de rire), sérieux par les deux mondes décrits, Ariosto Furioso fait partie de ces textes « à part » qui méritent une bonne place dans une bibliothèque S-F digne de ce nom. Avec modestie et talent, Yarbro nous rappelle que la science-fiction n'est pas qu'affaire de conflit galactique, mais peut aussi se montrer plus légère et résolument différente. Ariosto Furioso n'échappe pas à certaines longueurs (que le chemin vers le dénouement est long, et que la chute est... brutale), mais le charme suranné qui s'en dégage est un vrai plaisir de lecture. Quant aux dernières pages, elles sont tout simplement bouleversantes. Fin, divertissant et très malin, Ariosto Furioso est une réussite. C'est sans doute l'occasion de redécouvrir une plume féminine quasi absente des rayonnages français.

Notes :

1. On appréciera au passage la retenue dont a fait preuve le traducteur, Jean Bonnefoy, habituellement abonné aux centaines de « notes du traducteur » principalement dédiées à lui-même. Rien de tout cela ici. Bravo, Jean. (NdA.)


Patrick IMBERT
Première parution : 1/1/2004 dans Bifrost 33
Mise en ligne le : 1/3/2005

 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
Edition DENOËL, Présence du futur (1981)


     Si l'Italie avait voulu... Si l'Italie avait été unie lors de sa Renaissance, n'aurait-elle pas connu un rôle historique beaucoup plus important ? C'est le point de départ de l'univers parallèle dans lequel l'auteur nous présente Lodovico Ariosto, poète et confident du chef de l'Italia Federata. Confident, il est au courant des intrigues politiques de ce seizième siècle divergent et essaie sans grand succès d'apporter son aide à son protecteur menacé de toutes parts ; mais, poète, il écrit sa propre science-fiction, située dans ce Nouveau Monde que l'Italie explore, et corrige par l'imagination ses faiblesses réelles. On passe alternativement de cette « Fantasia » à la « Realtà », et le livre, autant qu'un roman pseudo-historique, est une étude de la psychologie des créateurs... Un surprenant et délicieux exercice.

Pascal J. THOMAS (lui écrire)
Première parution : 1/12/1981
dans Fiction 324
Mise en ligne le : 28/1/2007




 
retour en haut de page
Dans la nooSFere : 65787 livres, 65290 photos de couvertures, 60556 quatrièmes.
8089 critiques, 36070 intervenant·e·s, 1453 photographies, 3688 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.