Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Engrenages

Fred SABERHAGEN & Roger ZELAZNY

Titre original : Coils, 1982
Traduction de Laurent CALLUAUD
Illustration de Benjamin CARRÉ

GALLIMARD (Paris, France), coll. Folio SF n° 102
Dépôt légal : juin 2002
Première édition
Roman, 288 pages, catégorie / prix : F10
ISBN : 2-07-042404-9
Genre : Science-Fiction



Quatrième de couverture
     Donald BelPatri mène une vie de dilettante, dans les bras de sa nouvelle compagne Cora. Tous les mois, une petite fortune est déposée anonymement sur son compte, sans qu'il se soucie de sa provenance.
     Mais peu à peu des souvenirs anciens, oubliés — effacés ? — remontent à la surface ; des souvenirs de continents virtuels, d'une vie passée au service occulte d’Angra Energy, une multinationale tentaculaire assoiffée de pouvoir. Car BelPatri a un don précieux : il peut connecter son esprit aux réseaux informatiques, naviguer à volonté dans les replis des mondes numériques.
     Or une nouvelle forme de vie est en train de naître. Ses cellules sont des microprocesseurs, son esprit vit au cœur des banques de données mondiales. Ni bonne ni mauvaise, simplement dangereuse. Angra Energy veut utiliser les talents de BelPatri pour la contrôler. À tort, peut-être...

     Par le créateur des Princes d'Ambre et celui des Berserkers, un thriller technologique haletant, entre les aventures débridées du James Bond de Ian Fleming, et le Neuromancien de William Gibson.

     Roger Zelazny (1937-1995) et Fred Saberhagen (né en 1930) ont marqué en profondeur la science-fiction contemporaine, l'un en revisitant brillamment les grands mythes de l'humanité, l'autre par l'incomparable puissance évocatrice de ses visions d'ailleurs.
Critiques
[Critique commune à Engrenages et Le Trône noir de Roger Zelazny et Fred Saberhagen]

     Roger Zelazny et Fred Saberhagen se sont rencontrés au début des années 60. Une amitié de longue date les liait lorsqu'ils entreprirent, à l'initiative de Saberhagen, d'écrire à quatre mains. De cette collaboration sont issus deux romans, aussi différents que l'étaient leurs auteurs.

     Le Trône noir, [...] 1

     La première collaboration des deux auteurs est moins décevante et plus révélatrice de leurs talents. Avec Engrenages, paru en 1982, ils s'aventurent sur un terrain qu'on n'appelle pas encore cyberpunk (Neuromancien ne sortira que deux ans plus tard...), et laissent plus librement s'épancher leurs particularités respectives. Le roman démarre alors que Donald Belpatri, jeune rentier oisif, réalise que ses souvenirs sont faux. Cherchant à comprendre qui lui a trafiqué la mémoire, il se redécouvre capable de communiquer avec n'importe quelle machine électronique, voire d'en prendre le contrôle. Le héros zelaznien typique (amnésique, solitaire et découvrant une réalité plus vaste) se retrouve donc plongé jusqu'au cou dans un univers centré sur les machines chères à Saberhagen. Mais l'ancien employeur de Belpatri n'est pas vraiment ravi que celui-ci recouvre la mémoire, et le roman dérape en une course-poursuite bien huilée, sans temps mort mais sans point fort ; l'exploration des espaces virtuels se révèle de nos jours bien pauvre alors que Gibson et consorts sont passés par là, et l'intérêt ne réside plus qu'en l'ébauche de l'avènement d'une Intelligence Artificielle absorbée par des considérations morales... Mais cette préoccupation arrive trop tard pour être réellement développée, et l'on sort du roman avec une certaine frustration.

     Intéressants par certains aspects, Engrenages et Le Trône noir auraient pu être des nouvelles très satisfaisantes sous la plume de l'un ou l'autre auteur, mais laissent en l'état comme un goût d'inachevé. Sans doute peut-on en partie incriminer leur méthode de travail : Saberhagen traçait les grandes lignes d'un chapitre, Zelazny l'écrivait puis le donnait pour relecture à Saberhagen, qui entre temps était passé au suivant... Le résultat est ce rythme saccadé, trop pressé, commun aux deux romans. Engrenages réussit au moins à offrir un bon divertissement, voire un curieux aperçu historique pour qui s'intéresse à l'évolution des genres et des thèmes en S-F. Le Trône noir, par contre, est à réserver sans guère d'états d'âme aux aficionados complétistes de Zelazny ou de Saberhagen.

Notes :

1. La partie consacrée à Le Trône noir dans cette recension n'a pas été reproduite ici. [note de nooSFere]

Olivier LEGENDRE
Première parution : 1/7/2009 dans Bifrost 55
Mise en ligne le : 2/11/2010


     Donald BelPatri ne s'en fait pas : riche et oisif, il traîne avec nonchalance entre Miami et les Florida Keys, parfaite image du jeune fils de bonne famille. Il ne se pose pas de questions — et sait vaguement qu'il n'a pas intérêt à le faire : chaque mois, une forte somme d'argent est versée sur son compte, c'est tout ce qui importe.
     Jusqu'à ce qu'il rencontre Cora. Curieuse de mieux connaître l'homme qu'elle aime, Cora lui en pose, elle, des questions. Des questions naturelles, qui ne rencontrent pourtant que le silence ou la perplexité de Don. Ce dernier finit par admettre qu'il a des problèmes de mémoire : il ne sait même pas depuis combien de temps il vit en Floride. Désireux de prouver à Cora qu'il n'est pas fou, Don décide de la présenter à ses parents. Il ne les a pas vu depuis très longtemps, mais à leur sujet au moins ses souvenirs sont clairs et précis. Cora et Don s'envolent pour Baghdad, Michigan. Tout heureux de retrouver les paysages de son enfance, Don renoue avec des repères familiers, des souvenirs anciens. Mais lorsqu'ils arrivent dans la petite ville proprement dite, les choses se gâtent : Baghdad, Michigan, ne ressemble en rien à la Baghdad, Michigan, dont Don a le souvenir. Interrogés, plusieurs commerçants n'ont jamais entendu parler des parents de Don. Quelque chose cloche pour de bon !
     De retour en Floride, Don va voir un psychiatre, qui l'interroge sous hypnose. Mais le médecin est retrouvé mort le lendemain matin : crise cardiaque. Déboussolé, Don va faire la fête avec un autre riche oisif de sa connaissance. Et lorsqu'il revient, Cora est partie. Elle ne lui a laissé qu'un bref message sur l'ordinateur. Un message qui, subtilement, semble faux à Don. Des souvenirs lui reviennent : la rencontre d'une jeune femme, Ann Strong, autrefois. Des impressions étranges, ticketderik, clickaderick, click : comme les cliquètements d'une machine...

     Un plaisir : voici un thriller qui fonctionne idéalement ! Les thématiques de Zelazny (amnésie, solitude, autres réalités) et de Saberhagen (communication avec les machines) se fondent sans problème, leur écriture est simple, fluide, tout à fait efficace. L'univers mis en place peut sembler déjà un petit peu « rétro » (ce roman date de 1982) mais il demeure plausible. En définitive, difficile de trouver un défaut dans ce très bon petit roman de suspense. Il s'agit bien sûr d'une œuvre mineure, mais d'une lecture forte agréable : on dévore cet Engrenages d'une traite. Un livre qui plaira certainement à tous les fans de Zelazny.

André-François RUAUD (lui écrire) (site web)
Première parution : 1/10/2002 dans Bifrost 28
Mise en ligne le : 1/11/2003


     L'auteur des Princes d'Ambre et celui des Berserkers, ensemble ! Même si le lecteur français a déjà pu lire un roman de fantasy (Le Trône noir, J'ai lu) sous ces signatures, une nouvelle collaboration entre Zelazny et Saberhagen ne peut qu'intriguer, tant leurs œuvres respectives sont différentes.
     L'histoire débute à la manière de Total Recall : Donald BelPatri mène une vie tranquille tant qu'il ne cherche pas à déterminer la provenance de ses cicatrices crâniennes, ni celle des huit mille dollars versés chaque mois sur son compte bancaire. Cependant, à cause de la jolie Cora, la curiosité l'emporte et une séance d'hypnose débloque son esprit amnésique. C'est alors que les ennuis commencent : son psychiatre est assassiné, Cora est enlevée et Donald est traqué par son ex-employeur, une impitoyable multinationale du nom d'Angra Energy. L'introspection paranoïaque dickienne cède ensuite rapidement la place à une longue course-poursuite où Donald montre qu'il maîtrise à peu près tous les moyens de transport : vélo, moto, auto, train, bateau, autogire, hélicoptère, navette... Seuls les patins à roulettes semblent manquer à cette fastidieuse énumération qui accuse en fin de compte la relative vacuité de l'intrigue.
     Comme cette dernière est intégralement résumée par la quatrième de couverture (où figurent même les révélations des cinq dernières pages !), on peut dévoiler sans scrupule l'existence du don paranormal possédé par BelPatri, un pouvoir psi qui lui permet de se projeter « télépathiquement » dans les ordinateurs et les réseaux informatiques pour en prendre le contrôle. Lors de sa première parution, en 1982, ce roman que l'on pourrait qualifier de « proto-cyberpunk » tirait probablement sa principale originalité de ce « surf » mental. Malheureusement, en 2002, alors que Gibson et bien d'autres sont passés par là, les quelques descriptions d'espaces virtuels paraissent bien pauvres et convenues, tout comme la narration saccadée et les divers cliquetis qui sont censés figurer l'interface entre l'esprit humain et la « machine ».
     Quant à l'émergence d'une conscience artificielle et surtout son éveil à des préoccupations morales, cette problématique est abordée trop brièvement et trop tardivement pour pouvoir réellement relancer l'intérêt d'un récit qui aurait sans doute pu se limiter au format d'une nouvelle.
     La collaboration de ces deux auteurs semblant brider leur imagination propre plutôt que créer une synergie, Engrenages demeure un roman mineur. Comme cet inédit vieux de vingt ans a en outre assez mal supporté l'épreuve du temps, il vaut bien mieux se diriger vers les rééditions d'œuvres souvent plus anciennes mais beaucoup plus recommandables dont la collection Folio SF regorge.

Pascal PATOZ (lui écrire)
Première parution : 1/9/2002 dans Galaxies 26
Mise en ligne le : 16/2/2004

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 74669 livres, 83589 photos de couvertures, 70341 quatrièmes.
8536 critiques, 40566 intervenant·e·s, 1575 photographies, 3739 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2021. Tous droits réservés.