Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
La Fin de l'éternité

Isaac ASIMOV

Titre original : The End of Eternity, 1955

Traduction de Claude CARME & Michel LIGNY
Illustration de Éric SCALA

GALLIMARD (Paris, France), coll. Folio SF n° 89
Dépôt légal : février 2002
368 pages, catégorie / prix : F8
ISBN : 2-07-042264-X   
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
L'Éternité veille sur vous !
L'Eternité modifie le passé pour le bien de l'Humanité.
Elle élimine les inventions dangereuses, avant même qu'elles n'aient été imaginées, et supprime dans l'œuf les apprentis tyrans. Andrew Harlan est un Éternel, chargé d'empêcher l'invention de la bombe atomique au XXe siècle. Au cours de sa mission, il rencontre la mystérieuse Noys Lambent. Cette dernière l'incite à comprendre que l'Éternité, en annihilant tout droit à l'erreur, finira par paralyser l'évolution de l'espèce humaine.
Faut-il détruire l'Eternité ? Qui est réellement Noys Lambent ?
De 1945 au XXIVe siècle, une véritable guerre temporelle éclate, opposant un homme aveuglé par l'amour et une communauté toute-puissante. Avec ce roman, Isaac Asimov s'offre le plus inattendu des préludes au cycle de Fondation.

Figure emblématique et tutélaire de la science-fiction, Isaac Asimov (1920-1992) s'est imposé comme l'un des plus grands écrivains du genre par l'ampleur intellectuelle de ses créations littéraires. Il se rendit mondialement célèbre grâce aux séries Fondation et Les Robots.

    Cité dans les pages thématiques suivantes :     

    Cité dans les Conseils de lecture / Bibliothèque idéale des oeuvres suivantes :    
 
Lorris Murail : Les Maîtres de la science-fiction (liste parue en 1993)
Association Infini : Infini (1 - liste primaire) (liste parue en 1998)


    Adaptations (cinéma, télévision, BD, théâtre, radio, jeu vidéo, ....)    
A halhatatlanság halála , 1976, András Rajnai (Téléfilm)
Konets vechnosti , 1987, Andrei Yermash
 
    Critiques    
     L'Eternité. Dans cette Fondation située hors du temps, des agents observent, mettent sous équation l'Histoire et introduisent les changements nécessaires au mieux-être de l'humanité. Entre le XXVIIe siècle, période intangible précédant l'invention de l'Eternité, et les siècles cachés, situés loin dans l'avenir avant que la Terre et le Soleil ne disparaissent, les Eternels ont tout pouvoir pour modifier la Réalité. Formant une caste à part, hors du temps, ces technocrates dépourvus de tout sentiment, du moins en théorie, veillent au déroulement paisible de l'Histoire, quitte à retrancher de celle-ci toute source de dissipation ou tout risque de guerre. Et tant pis si cela affecte irrémédiablement l'existence de milliards de personnes. Mais le mieux n'est-il finalement pas l'ennemi du bien ? Voilà une question que se pose de plus en plus Andrew Harlan. Surtout depuis qu'il participe directement aux manipulations de la Réalité. Technicien doué, il a été remarqué pour la qualité de ses projections, pour l'efficience de ses propositions de changement et pour sa grande connaissance des temps primitifs. Toutefois, malgré sa grande naïveté et sa foi en l'Eternité, Harlan doute du bien-fondé de la mission des Eternels. Il supporte de moins en moins la duplicité de ses supérieurs et leur goût du secret. Durant sa formation, on lui a recommandé de rester neutre. On l'a mis en garde contre toute relation sentimentale dans le temps. On ne lui a pas dit qu'il tomberait amoureux pendant une de ses périodes d'observation — Noÿs, une jeune femme au caractère décidé appartenant à une catégorie de la population condamnée à disparaître après l'intervention des Eternels. Qu'à cela ne tienne, Harlan décide de la sauver car il ne peut se résoudre à l'abandonner à son sort. Après tout, l'Eternité est bien assez vaste pour accueillir leur amour.

     Dans sa chronique de Palimpseste (Bifrost n°64), Xavier Mauméjean voyait dans la novella de Charles Stross comme un retour à l'âge d'or de la SF. Une réimplantation des thèmes classiques et des modes narratifs du genre au-delà des errements postmodernes. Cette réflexion réveille quelques échos lorsque l'on lit La Fin de l'éternité. En effet, la Stase et ses multiples réécritures de l'Histoire semblent se réapproprier le concept de Réalité variable, défendu corps et âme par les Eternels dans le roman d'Isaac Asimov. Sans pour autant reprendre l'argumentaire de notre collègue bifrostien, force est de reconnaître qu'à ce petit jeu, mieux vaut effectivement revenir au classique.

     Paru chez Doubleday en 1955, voici sans doute l'un des meilleurs romans du bon docteur, comme on a pris l'habitude de le surnommer. Pourtant, l'intrigue reprend un des lieux communs de la SF. Fort heureusement, La Fin de l'éternité se détache les paradoxes générés par le thème du voyage dans le temps, plaçant son enjeu bien au-delà de la simple récréation.

     A part dans l'œuvre de l'auteur américain, ce roman réussit malgré tout à faire le lien avec le reste de sa bibliographie. Ici, point d'androïdes répondant aux Trois Lois de la Robotique ou d'Empire galactique traversé d'un saut dans l'hyperespace. Juste une même réalité, scientifiquement déterminée par des gardiens zélés. Et c'est bien le problème car, privée de ses variables d'évolution, l'humanité végète sur son caillou dans le ciel, passant ainsi à côté de son destin interstellaire. Celui narré dans les autres romans d'Isaac Asimov...

     Le propos de l'auteur américain semble évident. A trop protéger l'humanité, pour ne pas dire à trop la couver, l'Eternité fige l'Histoire dans un carcan. Au lieu d'ouvrir le champ des possibles, elle ossifie l'Histoire et achève définitivement l'évolution. Un remède pire que le mal qu'il est censé traiter.

     Certes, on pourra à bon droit reprocher à Asimov son goût pour le bavardage didactique. De même, on s'agacera de la psychologie de personnages un brin naïfs, réduits à la fonction qu'ils jouent dans l'intrigue. Toutefois, La Fin de l'éternité apparaît comme la parfaite illustration d'une SF classique où prévaut le raisonnement logique plutôt que l'émotion. Sur ce dernier point, c'est une réussite.

Laurent LELEU
Première parution : 1/4/2012 dans Bifrost 66
Mise en ligne le : 17/5/2013


 
retour en haut de page
Dans la nooSFere : 65769 livres, 65189 photos de couvertures, 60532 quatrièmes.
8089 critiques, 36059 intervenant·e·s, 1453 photographies, 3688 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.