Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Humanité et demie

T. J. BASS

Titre original : Half past human, 1971

Traduction de Françoise MAILLET
Illustration de MANCHU

LIVRE DE POCHE (Paris, France), coll. SF (2ème série, 1987-) n° 7042
Dépôt légal : novembre 1987
416 pages, catégorie / prix : LP12
ISBN : 2-253-02208-X   
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
     Dans cet avenir très éloigné, l'humanité a conquis la surface entière de la Terre. Elle s'est transformée et divisée en deux espèces.
     D'un côté, les Néchiffes à quatre orteils qui habitent d'immenses cités fourmilières où ils mènent sous terre une existence programmée d'hommes-insectes. Ils sont plus de trois trillions. Les Agrimaches cultivent pour eux les champs et ont éliminé toute forme de vie inutile.
     De l'autre, les Broncos, libres, affamés, traqués comme des parasites par les chasseurs Néchiffes. Ils ne sont plus qu'une poignée, errant à la surface, pillant les récoltes. Ce sont les humains sauvages à cinq orteils.
     Déjà, l'humanité s'estompe...

     Dans la tradition du Meilleur des mondes d'Aldous Huxley et de La Ruche d'Hellstrom de Frank Herbert, voici un roman terrifiant sur un avenir écologique possible de l'humanité, écrit par un biologiste qui est aussi un formidable conteur.

    Cité dans les pages thématiques suivantes :     
 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
Edition OPTA, Club du livre d'anticipation (1976)


 
     Dans cette très grande fresque (dont la première partie était déjà connue par les larges extraits parus dans Galaxie n° 107, 110, et 111), l'idée d'une population terrestre atteignant 3500 milliards est effectivement suggérée par le grouillement de personnages à peine différenciés, auxquels on a d'autant plus de mal à s'attacher que, si les Néchiffres de la Fourmilière sont veules et mous, les Egotiens qui lui échappent et qu'elle pourchasse (Broncos, Entre-les-Murs, Océanides) sont frustes et sans pitié ; tous sont des pantins de leurs glandes (tendresse lutéale et dureté folliculaire des « pouliches ») et de leurs gènes (« quatre-orteils » amorphes, « cinq-orteils » rebelles), voire (dans le deuxième tome) semi-mécanisés ; ce sont d'ailleurs des machines (Curedent, Gitar) qui ont le plus de personnalité, et les dieux en qui reposent tous les espoirs (Olga dans le premier tome, Rorqual le dieu-baleine dans le deuxième) sont des machines. Tous les détails, même les plus incroyables, s'appuient sur de remarquables connaissances scientifiques, cependant que l'ensemble a l'élan épique des grandes légendes, dont il est d'ailleurs nourri : Jonas et sa baleine, Moïse guidant son peuple vers la Terre promise, le Joueur de flûte de Hamelin (la traductrice écrit « Hameln », mais à ce compte il faudrait parler de Jonah et de Mosché !). Pourtant tout éclat lyrique ou épique est banni : tout, jusqu'au plus atroce, est décrit sur le même ton détaché et froid, à peine relevé par endroits d'une petite pointe d'humour noir. C'est qu'il n'y a pas de place pour la morale dans cette vision d'une humanité en expansion, dont la Fourmilière et ses adversaires ne sont que deux stades obéissant à un déterminisme tout aussi inhumain. Si bien que l'admiration du lecteur ne va pas sans quelque malaise.

George W. BARLOW
Première parution : 1/5/1976
dans Fiction 269
Mise en ligne le : 1/1/2014


 

Edition LIVRE DE POCHE, SF (1ère série, 1977-1981) (1979)


 
     UNE OUVERTURE MAGNIFIQUE

     Encore un CLA (1975), avec une très chouette couverture, et une ouverture magnifique, qui m'avait déjà bien accroché quand Galaxie avait publié la version magazine. Description en action d'une société/termitière, celle des « néchiffe » symboliquement castrés. Ils n'ont que 4 orteils et vivent programmés, ce qui n'empêche pas la violence qui naît de la rencontre, au-delà d'un certain seuil, de la solitude et de la massification. Société que fuient les 5 orteils, descendants des hommes. A la surface, des machines produisent la nourriture et se défendent contre les humains-sauvages, que chassent les nechiffes, aussi tartarins que nos chasseurs hivernaux. Sauvages dont les cultures néoprimitives, le mode de vie, les religions sont des plus fascinants. Malgré tout c'est un peut longuet, on sent la bourre qu'il a fallu ajouter à cette novelette pour en faire un pavé.

Roger BOZZETTO
Première parution : 1/11/1979
dans Fiction 305
Mise en ligne le : 13/9/2009




 
retour en haut de page
Dans la nooSFere : 64896 livres, 63159 photos de couvertures, 59605 quatrièmes.
8086 critiques, 35552 intervenant·e·s, 1416 photographies, 3682 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.