Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
CyberDreams 12 : Destins parallèles

REVUE


Cycle : Revues - Cyberdreams  vol. 12 



DLM Editions , coll. CyberDreams, la revue n° 12
Dépôt légal : janvier 1998
128 pages, catégorie / prix : 42 FF
ISBN : 2-87795-119-7
Format : 11,0 x 18,0 cm  
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
     Les héros sont fatigués  ?
     Envoyons-les faire une cure de jouvence dans les univers parallèles  ! C'est ce que nous proposent trois auteurs britanniques et un Français.

     Imaginez Sherlock Holmes menant ses enquêtes dans un monde où les extraterrestres ont débarqué voici plus de deux mille ans... Pas si élémentaire que ça, mon cher Watson  !

     Back in the USSA ! Que diriez-vous de visiter les Etats-Unis Socialistes d'Amérique  ? Evidemment, c'est assez différent de ce qu'on connaît, mais on y retrouve de sympathiques personnages, comme Al Capone et Hannibal Lecter... Quand le grand-guignol éclaire l'histoire.

     Pour faire face à la douleur insondable du deuil, la tentation est grande de fuir dans un autre univers. Mais le destin nous attend, partout. Et il est, de toute façon, cruel.

     Pour son douzième opus, CyberDreams n'hésite pas à réveiller les morts  !...

    Sommaire    
1 - Sylvie DENIS, Éditorial : Encore des histoires, encore des détails,,,, pages 7 à 8, Introduction
2 - Eric BROWN, Le Miracle de Kallithéa (The Miracle at Kallithéa), pages 8 à 39
3 - Thomas DAY, La Face claire des ténèbres, pages 41 à 87
4 - Eugene BYRNE & Kim NEWMAN, Citizen Ed (Citizen Ed), pages 89 à 125
 
    Critiques    
     Sous le titre de Destins Parallèles, le numéro 12 de Cyberdreams aborde le thème des mondes parallèles et des uchronies, rejoignant ainsi les numéros 6 (Univers en folie) et 8 (Les mondes d'à côté).

     C'est Eric Brown qui ouvre le feu avec Le miracle de Kallithéa. Un peintre traumatisé par la mort de sa petite fille s'est réfugié dans une île grecque, se coupant volontairement du monde et se consacrant plus à la boisson qu'à son art. Jusqu'au jour où un scientifique lui permet d'observer un monde parallèle dans lequel sa fille n'est pas morte. De l'observer, d'y entrer... Et pourquoi pas de prendre la place de l'autre père ? Le voyage de l'autre côté du miroir aura finalement pour le peintre valeur thérapeutique. Cette nouvelle n'est peut-être pas basée sur un thème science-fictif des plus originaux, mais en fait son but est tout autre. Le point fort du texte est le personnage central : on assiste à sa déchéance, à laquelle succède l'espoir fou de revoir sa fille morte et de vivre à nouveau avec elle, jusqu'à ce qu'il recouvre la sérénité. Contrairement aux deux autres textes plutôt délirants, celui d'Eric Brown joue sur le registre de l'émotion, et il y réussit fort bien.

     Change radical d'ambiance avec Thomas Day et La face claire des ténèbres ! Saviez-vous que Conan Doyle s'est inspiré, pour créer son célèbre détective, d'un personnage existant réellement... dans un monde parallèle et uchronique ? Un monde où des extraterrestres cohabitent depuis des siècles avec les humains, où Watson survole Londres à bord d'un side-car anti-gravitationnel, où Sherlock Holmes a reçu de la reine un « permis de tuer ». Et voilà nos trois personnages lancés à la poursuite d'un tueur qui n'est pas sans rappeler un célèbre transylvanien, avec en final une course poursuite et un combat particulièrement délirants ! Malgré certaines tentatives d'humour qui m'ont laissé complètement froid, ce long texte (plus de quarante pages) constitue un véritable régal, bourré clins d'œil et d'extravagance.

     On termine avec Citizen Ed, co-écrit par Kim Newman (un habitué des uchronies avec sa série Anno Dracula) et Eugène Byrne. Citizen Ed se déroule des années 40 aux années 80 dans des USA socialistes et uchroniques, au sein d'une petite ville où sévit Ed Gein : célèbre serial killer dans notre monde, Ed Gein est ici un héros communiste qui s'adonne à divers travaux de boucherie (et pas seulement sur des animaux) et de profanation de sépultures. Le texte est le récit sur une trentaine d'années des efforts du shérif pour mettre hors d'état de nuire ce fou protégé par le Parti. On y croise des serials killers, réels ou de fiction tels que Norman Bates, Thomas Harris ou Stephen King, ainsi que des personnages historiques transposés dans l'uchronie, tel Al Capone, président des USA dans les années 40. Moins délirant que le texte de Thomas Day, Citizen Ed vaut tout de même largement le détour pour son savoureux portrait d'un serial killer à côté duquel Hanibal Lecter passe pour un enfant de chœur, sa description amusante d'un système totalitaire absurde, et ses nombreux croche-pieds faits à l'Histoire.

     Ce numéro 12 est sans doute un des meilleurs de la cuvée Cyberdreams, avec trois textes d'une grande qualité.

Philippe HEURTEL
Première parution : 1/11/2003 nooSFere


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 66397 livres, 66972 photos de couvertures, 61236 quatrièmes.
8090 critiques, 36312 intervenant·e·s, 1463 photographies, 3690 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.