Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
L'Homme noir

Robert E. HOWARD

Titre original : The dark man, 1963

Traduction de François TRUCHAUD
Illustration de Jean-Michel NICOLLET

NOUVELLES ÉDITIONS OSWALD (NéO) (Paris, France), coll. Fantastique / SF / Aventure n° 40
Dépôt légal : avril 1982
Roman, 254 pages
ISBN : 2-7304-0136-9   
Genre : Fantastique



    Quatrième de couverture    
     « J'étais un fils d'Asgard qui ne redoutait ni homme, ni démon, et je faisais davantage confiance à la force fracassante de ma hache de silex qu'aux charmes des prêtres ou aux incantations des sorciers ! »

     La Zuwembie, une maison démoniaque survolée par les pigeons de l'enfer, l'ombre de Bran Mak Morn, Turlogh O'Brien et les dieux de Bal-Sagoth, la créature ailée du jardin de la peur, un joyau maudit, les « Unaussprechlichen Kulten » ou le « Livre Noir » de von Juntz, le loup-garou de la forêt de Villefère, les enfants de la nuit...

     Ces huit histoires imprégnées de fantastique horrible, de magie noire, de vengeance, de violence et de sang, mêlent, en une symphonie du rouge et du noir, le fantastique à l'heroic fantasy. Les personnages de Howard affrontent, au bout de leur épée, à la fin de leur recherche, les cauchemars surgis de l'ombre et du passé... Ils ne connaissent pas la peur, même s'ils sont fascinés par le surnaturel, les ténèbres et les terreurs que recèle le monde !

     Une réussite du genre où Howard se révèle une fois encore, dans un climat souvent lovecraftien, comme l'un des plus grands écrivains fantastiques de ce siècle.

     Ce livre, paru en 1976, fut le premier recueil de nouvelles d'Howard jamais publié en France, mises à part les aventures de Conan. Épuisé depuis longtemps, il devait être réédité afin que tout ce qui a été traduit de Howard-le-Magnifique soit disponible au moment où sort en France le film de John Milius Conan le Barbare. Robert E. Howard est né en 1906 à Peaster (Texas, USA). Il s'est suicidé en 1936. Quinze ans de création littéraire lui ont suffi pour devenir l'un des maîtres du fantastique et de l'heroic fantasy. Nous sommes heureux d'avoir pu faire lire au public français une grande partie de son œuvre restée (scandaleusement) inédite dans notre langue : Le pacte noir, Kull le roi barbare, Solomon Kane, Le retour de Kane, en attendant Bran Mak Morn et d'autres personnages.


    Sommaire    
1 - François TRUCHAUD, Plus noir que vous ne pensez…, pages 9 à 11, Préface
2 - L'Homme noir (The Dark Man), pages 13 à 52, trad. François TRUCHAUD
3 - Les Pigeons de l'enfer (Pigeons from Hell), pages 53 à 100, trad. François TRUCHAUD
4 - Les Dieux de Bal-Sagoth (The Gods of Bal-Sagoth), pages 101 à 158, trad. François TRUCHAUD
5 - Les Enfants de la nuit (The Children of the Night), pages 159 à 183, trad. François TRUCHAUD
6 - Le Jardin de la peur (The Garden of Fear), pages 185 à 209, trad. François TRUCHAUD
7 - La Chose ailée sur le toit (The Thing on the Roof), pages 211 à 225, trad. François TRUCHAUD
8 - Ne me creusez pas de tombe (Dig me No Grave), pages 227 à 247, trad. François TRUCHAUD
9 - Dans la forêt de Villefère (In the Forest of Villefère), pages 249 à 254, trad. François TRUCHAUD

    Adaptations (cinéma, télévision, BD, théâtre, radio, jeu vidéo, ....)    
Thriller ( épisode : Pigeons from Hell ) , 1960 (d'après le texte : Morte-vie), (Episode Série TV)
 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
Edition LIBRAIRIE DES CHAMPS-ÉLYSÉES, Le Masque Fantastique (1976)


 
     « Le Masque » inaugure sa nouvelle série « Fantastique » (même présentation que pour « Science-Fiction », mais dos rouge au lieu de noir) avec ce recueil de nouvelles par l'auteur des exploits de Conan le Cimmérien. Certaines sont de la même veine : Turlogh le Gaël assomme et étripe d'aussi bon cœur, explore les mêmes cités mystérieuses, rencontre les mêmes dieux effrayants et les mêmes beautés dangereuses ou pathétiques, dans un haut Moyen Age non sans anachronismes, semblable à celui du Prince Valiant ; d'autres, a la manière de Lovecraft, dépeignent les « effroyables et anciennes terreurs » de « ce continent que des insensés appellent nouveau » : spécimens variés (et certes plus captivants que les sempiternelles remoutures du mythe de Cthulhu par Derleth) de cette école fantastique américaine qui témoigne de la fascination d'un peuple sans racines pour les obscures profondeurs historico-légendaires du sang dont il est issu et du sol qu'il a conquis. Mais ceci ne va pas sans un violent racisme : les phobies explicites dans les Lettres d'Arkham (cf FlCTlON 264) nourrissent les Enfants de la nuit, ou un Américain moyen dit d'un autre : « Il porte la marque de la bête... du reptile... de la vermine que nous avons exterminée il y a des siècles ! Je dois l'écraser, le faire disparaitre de cette terre, débarrasser le monde pur de son abominable pollution ! » Ecrit vers 1930, ça rappelle quelque chose, non ? Spinrad ne s'y est pas trompé.

George W. BARLOW
Première parution : 1/10/1976
dans Fiction 273
Mise en ligne le : 11/11/2013




 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 67214 livres, 68566 photos de couvertures, 62125 quatrièmes.
8091 critiques, 35804 intervenant·e·s, 1468 photographies, 3695 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.