Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Le Pays de la nuit

William Hope HODGSON

Titre original : The Night Land: A Love Tale, 1912
Première parution : Angleterre, Londres : Eveleigh Nash Company Limited, avril 1912
Traduction de Jean-Pierre PUGI
Illustration de Éric SCALA

TERRE DE BRUME (Dinan, France), coll. Terres Fantastiques - Littérature
Dépôt légal : mars 2005
Roman, 432 pages, catégorie / prix : 23 €
ISBN : 2-84362-260-3
Genre : Science-Fiction

Edition revue et corrigée.



Quatrième de couverture
     Situé dans le futur — à des millions d'années de notre pré­sent — , ce roman décrit la fin des temps, sur une Terre désolée à peine éclairée par un soleil agonisant. Deux grandes pyramides de métal abritent encore l'humanité survivante, menacée à l'extérieur par d'indicibles forces maléfiques. Lorsque l'une de ces étranges oasis menace de disparaître, le narrateur du roman se lance, seul, à la recherche de survivants et notamment d'une femme avec laquelle il était en contact télépathique.
     Le Pays de la Nuit (publié en 1912) est le récit de cette quête chevaleresque impossible où s'imbriquent amour courtois, combats épiques et sombres descriptions de terres inhospitalières sillonnées par des forces maléfiques.

     Dans toute l'histoire de la littérature, il est peu d'œuvres aussi intensément remarquables, aussi purement créatives, que Le Pays de la Nuit. [...] Cette épopée ne pouvait être conçue que par un grand poète.
Clark Ashton Smith

     Le Pays de la Nuit est l'une des histoires les plus puissantes qu'ait jamais conçues l'imagination macabre.
H.P. Lovecraft
Sommaire
Afficher les différentes éditions des textes
1 - Brian STABLEFORD, Préface, pages 5 à 11, préface, trad. Anne-Sylvie HOMASSEL
2 - ANONYME, Bibliographie, pages 427 à 429, bibliographie
Critiques
     Dans un futur extrêmement lointain, alors que le soleil agonisant plonge le monde dans une lumière crépusculaire, les derniers vestiges de l'humanité survivent dans deux pyramides de métal, bastions de douze kilomètres de haut, exploitant l'énergie tellurique et magnétique du sous-sol. A l'extérieur, des créatures dégénérées hantent les paysages désolés. Le héros est un individu du XIXe siècle qui ne s'est jamais consolé de la mort prématurée de sa femme et qui, dans des rêves aux couleurs du réel, se retrouve dans ce monde sur le déclin. Par télépathie, il reçoit des messages d'une jeune femme recluse dans la seconde pyramide assiégée par des monstres et il semble y reconnaître une réincarnation de sa belle décédée. Aussi entreprend-il le dangereux périple à travers le Pays de la Nuit pour la ramener saine et sauve.

     Rendons hommage à Hodgson : c'était être novateur que de montrer, en 1905, date de rédaction du roman, un monde sur le déclin, une société avancée luttant pour sa survie (elle dispose même d'une eau en poudre qui se liquéfie au contact de l'air !). Le narrateur reste cependant un pur produit de son époque, sollicitant la soumission de sa compagne (« elle était ma jeune esclave. Non, ne riez pas (...) un homme doit tenir de tels propos à sa compagne »), n'hésitant pas à la châtier des perversités de sa féminité.

     L'écriture, surtout, a terriblement vieilli (dans sa traduction tout du moins). Et, Dieu, comme ce récit semble long avec ses descriptions maintes fois réitérées ! Et les scènes aussi se répètent et se ressemblent ! Et ce style déclamatoire, d'une poésie toute romantique, qui alourdit encore l'ensemble... Même s'il ne faut pas considérer Le Pays de la nuit comme un roman, mais plutôt comme un long poème en prose, c'est tout de même pesant.

     Brian Stableford, dans sa remarquable préface, et sans occulter les maniérismes et l'ennui de ce trop long opus (qui connut des versions abrégées de... 84 pages !), analyse avec justesse, aussi bien dans le symbolisme qu'à partir des connaissances scientifiques de l'époque, la portée littéraire du Pays de la nuit, salué en son temps par Clark Ashton Smith et H. P. Lovecraft. Reste que si l'œuvre fit date, elle ne séduira aujourd'hui que les esprits curieux, et tenaces !

Claude ECKEN (lui écrire)
Première parution : 1/7/2005 dans Bifrost 39
Mise en ligne le : 11/8/2006

Cité dans les Conseils de lecture / Bibliothèque idéale des oeuvres suivantes
Jean-Pierre Fontana : Sondage Fontana - Fantasy (liste parue en 2002)

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 77980 livres, 89489 photos de couvertures, 73929 quatrièmes.
8689 critiques, 42394 intervenant·e·s, 1628 photographies, 3751 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2022. Tous droits réservés.