Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Reconstitué

Sean WILLIAMS

Titre original : The Resurrected Man, 2005
Traduction de Pascal HUOT
Illustration de Miguel COIMBRA

BRAGELONNE (Paris, France), coll. Science-fiction
Dépôt légal : septembre 2007
Première édition
Roman, 480 pages, catégorie / prix : 22 €
ISBN : 978-2-35294-091-3
Genre : Science-Fiction


Quatrième de couverture
     Le détective privé Jonah McEwen est recherché pour meurtre.
     Quelqu'un tue des femmes qui ressemblent à Marylin Blaylock, son ancienne collègue et amante, et la dernière découverte macabre a lieu juste sur le pas de sa porte. Il est le suspect idéal. Le problème ? Jonah est dans le coma depuis trois ans — un coma dans lequel il ne se souvient pas être tombé.
     Pire : le tueur en série, surnommé le Réplicateur, utilise la technologie du transfert de matière, pour sauvagement torturer et tuer de parfaites copies de ses victimes, sans toucher aux originales.
     Au cœur d'une tempête juridique qui tente de déterminer s'il s'agit bien de meurtres, Jonah se retrouve dans la position inconfortable de devoir clamer son innocence quand sa propre copie est peut-être coupable.

     Mélange parfait de thriller et de science-fiction cyberpunk, Reconstitué explore un avenir où la frontière entre l'humain et la machine est de plus en plus floue, donnant libre cours aux pulsions inconscientes les plus sombres.
     Nominé pour le prix Aurealis, et vainqueur du prestigieux prix Ditmar, il a été qualifié de "lecture compulsive" par le magazine américain Locus.

     Né en 1967 en Australie, Sean Williams a commencé sa carrière d'écrivain au début des années 1990. Il a publié une soixantaine de nouvelles et seize romans, dont une partie en collaboration avec son collègue Shane Dix. Il a également fait des études musicales et gagné en 1984 un prix récompensant un jeune compositeur classique. Habitué de la liste des best-sellers du New York Times, Sean Williams a été nominé trente-sept fois aux trois prestigieux prix Australiens de SF (Ditmar, Aurealis et McNamara) et en a gagné quinze !
Critiques
     Seize meurtres en seize mois ? Pas si sûr, car le Réplicateur crée des corps grâce au procédé D-mat de KTI, puis les massacre. Ces corps de femmes, ressemblant toutes à Marylin Blaylock sont-ils des gens ? Oui, non, peut-être... la justice doit trancher. Là où l'affaire se complique encore plus, c'est que toutes les traces qui mènent au Réplicateur conduisent en fait à Jonah McEwen, un homme qui sommeille depuis trois ans en vie suspendue, empoisonné au SS (SixSens), une drogue mémorielle qui lui a cramé une partie du cerveau. Et si le Réplicateur était un clone de McEwen ? Et d'ailleurs, qui est vraiment McEwen, dont le passé semble pour le moins chargé ?

     The Ressurected Man de l'australien Sean Williams, publié aux USA en 2005, a fait partie des livres de S-F dont on a beaucoup parlé cette année-là. C'est un très gros roman (ne vous fiez pas à la raisonnable pagination Bragelonne), de la même veine que Carbone Modifié de Richard Morgan, une enquête hard-boiled post-cyberpunk remplie jusqu'à la gueule de lieux communs plus ou moins détournés, mais aussi de trouvailles fulgurantes (comme le troisième genre : un ecce, des ecceux). Ce livre, compétent (depuis quelques années, l'auteur pisse du Star Wars à jet continu), crée suffisamment d'horizon d'attente pour que le lecteur surfe sur ses scories d'écriture et ses tunnels de dialogue-remplissage décidément très à la mode en S-F ces dernières années.

     Si on met à part ses longueurs, le seul et gros problème de ce roman réside dans sa traduction française, une fois de plus. Cette traduction à géométrie variable, tantôt brouillonne, globalement atone, fiche tout simplement le livre par terre (c'est insupportable à lire, à tel point que j'ai commencé à fouiller dans mes cartons pour tenter de retrouver un exemplaire de la VO). Il n'y a pas une page sans une phrase maladroite, des passages entiers sont d'une lourdeur consternante ; plus loin, on tombe sur une description superbe qui semble « volée » à un autre livre. La plupart des choix (je laisse tel mot en anglais ; je traduis tel acronyme de cette façon ; je choisis telle dénomination en français, etc.) sont catastrophiques, créant non pas des contresens flagrants, mais ajoutant un filtre de flou et de gaucherie sur un texte insuffisamment écrit à la base (du moins, pas toujours bien écrit, bien mené).

     J'ignore tout de Pascal Huot, le traducteur, mais sauf si cette traduction est signée d'un pseudonyme, il semblerait que ce soit sa première. Et je ne lui jette pas la pierre outre mesure, car clairement il a travaillé, il a réfléchi à ses choix, ça se voit (et c'est bien le problème ! sa traduction est laborieuse, mal assurée). Il est difficile de comprendre comment un éditeur peut donner comme première traduction (si tel est le cas...) un livre de S-F de plus de mille feuillets, plein de chausse-trappes et qui avait besoin d'être lissé stylistiquement (ce qui est souvent nécessaire pour les thrillers de ce genre).

     The Ressurected Man est un livre qui plaira aux lecteurs de Richard Morgan et probablement à tous ceux qui fantasment sur le film Blade Runner ; reste qu'il est préférable, une fois encore, de le lire en anglais. Dommage. Une traduction experte (à la Gilles Goullet, pour ne citer qu'un orfèvre) aurait fait de ce livre le premier vrai bon bouquin publié dans la collection Bragelonne « SF » (bon livre qu'on attend toujours, après deux ans d'existence de ladite collection).

Thomas DAY
Première parution : 1/5/2008 dans Bifrost 50
Mise en ligne le : 25/5/2009

     Retrouvé par la police dans son appartement aux côtés d'un cadavre de femme atrocement mutilé, Jonah pourrait être accusé de ce crime... s'il ne baignait pas inconscient dans une cuve depuis trois ans, le corps saturé de SixSens, un nanoagent « v-med » (végétatif-méditatif). A son réveil, Jonah se révèle amnésique, incapable d'expliquer sa présence dans cette cuve. Pourrait-il être à son insu le Réplicateur, ce tueur en série qui ne s'en prend qu'à des femmes ressemblant étrangement à Marylin, l'ex-petite amie de Jonah ?

     Si l'on crée une copie d'une possible victime et qu'on ne tue que la copie, s'agit-il encore d'un assassinat ? Est-on responsable des meurtres que l'une de nos copies pourraient commettre ? Une intelligence artificielle peut-elle se considérer elle-même comme davantage qu'une « ingénieuse machine amenée à la vie pour servir les intérêts de l'humanité » ? Ce sont quelques-unes des questions que soulève Sean Williams dans ce thriller qui met en scène de bien fascinantes perspectives, au point qu'on pourrait espérer y retrouver la force d'un Egan — un autre australien.
     Malheureusement, le récit souffre de quelques défauts qui empêchent d'y adhérer pleinement. D'abord le style est plat, mais surchargé de dialogues trop souvent creux, d'obscurs acronymes envahissants (QUALIA pour Quantique Algorithmique d'Intelligence Active ; ELLE pour Equivalent Linéaire de Liaison d'Etres humains...) et de mots argotiques étrangers (d'origine allemande, russe, turque, hongroise...) dont l'intérêt est plus que discutable — on est loin du travail sur le langage de L'Orange mécanique. Alléger tout cela et élaguer d'une bonne centaine de pages aurait sans doute permis de resserrer l'intrigue et de densifier le propos tout en améliorant le confort de lecture.
     Par ailleurs, si le mystère initial s'avère stimulant et les questions soulevées en cours d'enquête pertinentes, l'intrigue manque de rigueur et le dénouement ne se montre pas vraiment convaincant, que ce soit quant à la motivation des meurtres en série que quant au caractère résolument bateau de la finalité ultime de toute cette affaire.

     Reste un polar cyberpunk distrayant, au rythme relativement soutenu. C'est déjà suffisant pour qu'on veuille connaître le fin mot de l'histoire...

Pascal PATOZ (lui écrire)
Première parution : 10/12/2007 nooSFere

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 72589 livres, 86389 photos de couvertures, 67915 quatrièmes.
8502 critiques, 39077 intervenant·e·s, 1500 photographies, 3731 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2021. Tous droits réservés.