Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
London Bone

Michael MOORCOCK



Illustration de Gary Spencer MILLIDGE

ActuSF , coll. Les Trois Souhaits
Dépôt légal : février 2008
Recueil de nouvelles, 102 pages, catégorie / prix : 7 €
ISBN : 978-2-917689-00-4   
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
Un samedi soir tranquille à l’Amicale des Pêcheurs & Chasseurs Surréalistes, avant que les gentlemen du club ne reçoivent la visite impromptue de Dieu en personne.

De son côté, Raymond Gold fait une étrange découverte. Sous Londres se cache le plus fabuleux des trésors, un gisement d’Os merveilleux qui fera sa fortune... ou sa perte.

Plus loin dans l’espace et le temps, une petite équipe d’explorateurs parcourt une planète gelée qui ne possède aucune trace de civilisation. Stupeur, trouble, affolement ; autant de sentiments qui bouleversent leur âme lorsqu’ils découvrent un Cardinal pris dans la glace.

Dans un monde parallèle au nôtre, l’enquêteur métatemporel Minos Aquilinas doit résoudre une affaire délicate. Un homme a été assassiné dans le jardin d’agrément du chef de la police de Berlin, Otto von Bismarck. Un Cluedo uchronique dans lequel les pions sont des personnages historiques.

Michael Moorcock est l’un des grands maîtres de l’Imaginaire. Arpentant indifféremment les chemins de la Fantasy (Le Cycle d’Elric), de la science-fiction (Voici l’Homme), et du fantastique (Mother London), il a su conquérir un large public. London Bone, par la diversité des thèmes, du ton et du genre de ses nouvelles, offre un échantillon remarquable de son talent et de son style.

    Sommaire    
1 - Le Cardinal dans la glace (The Frozen Cardinal), pages 9 à 25, Nouvelle, trad. Jean-Daniel BRÈQUE
2 - L'Os de Londres (London Bone), pages 27 à 60, Nouvelle, trad. Nathalie SERVAL
3 - Un samedi soir tranquille à l'Amicale des Pêcheurs & Chasseurs Surréalistes (A Slow Saturday Night at the Surrealist Sporting Club), pages 61 à 79, Nouvelle, trad. Benoît DOMIS
4 - Le Jardin d'agrément de Felipe Sagittarius (The Pleasure Garden of Felipe Sagittarius), pages 81 à 99, Nouvelle, trad. Jacques CHAMBON & Chantal PLANÇON
 
    Critiques    
     Pour leur premier livre consacré à un auteur étranger, les éditions ActuSF n'ont pas choisi le moindre : Michael Moorcock. A travers quatre nouvelles (ne contenant aucun inédit), London Bone se propose de nous donner un aperçu du talent de l'auteur. Bien évidemment, il ne pourra ici s'agir que d'une vision parcellaire, tant le talent de Moorcock est protéiforme, l'écrivain ayant sévi dans tous les genres de l'imaginaire, que ce soit au travers d'œuvres personnelles ou de textes nettement plus commerciaux. Les quatre nouvelles réunies ici s'étendent sur près de 35 ans, de 1966 pour « Le jardin d'agrément de Felipe Sagittarius » à 2000 pour « Un samedi soir tranquille à l'Amicale des Pêcheurs et Chasseurs Surréalistes », et montrent que, s'il est un romancier reconnu, Moorcock est aussi à l'aise dans la forme courte qu'il a pratiquée durant toute sa carrière. Du reste, quelques uns de ses cycles de fantasy, et notamment Elric, sont constitués pour une bonne partie de nouvelles et de novella.
     Ce qui caractérise Moorcock, c'est notamment une puissance de suggestion inégalée. En quelques lignes, il est capable de planter un décor, dans lequel le lecteur se trouve instantanément projeté. C'est notamment le cas dans « Le cardinal dans la glace », où les terrasses glaciaires de Moldavia s'imposent d'emblée. Le début de « L'OS de Londres » est aussi impressionnant, puisqu'en quelques pages il est capable de restituer parfaitement l'esprit de Londres à travers les siècles. Globalement, on admirera dans ces textes l'économie de moyens, qui sont loin des délires plus baroques des grands cycles de Moorcock, ceux d'Hawkmoon ou de Jerry Cornelius par exemple. On appréciera aussi la diversité des genres abordés ici, ainsi que des traitements (tragique pour « Le cardinal dans la glace », narquois dans « L'Os de Londres », humoristique dans « Un samedi soir... » ou ludique dans « Le jardin d'agrément... »).
     En résumé, l'amateur qui ne connaît de Moorcock ses textes longs peut se précipiter les yeux fermés* sur l'achat de ce livre. Il est vrai que les nouvelles de Moorcock n'ont plus été rééditées en volume depuis longtemps, et le présent recueil prouve de fort belle manière que c'est un grand tort.

     * pas totalement fermés, néanmoins, puisqu'on signalera, page 85, une rupture complète de l'action... due à une page manquante ! Entre « demandai-je au chef de la police » et « les tons de rouge foncé », il manque en effet un feuillet présentant notamment le corps de la victime, ce qui peut aider à la suite de l'intrigue. On conseillera donc au lecteur de se rapprocher de l'éditeur ActusF, qui devrait être en mesure de lui fournir la page manquante (le lecteur chanceux qui possède une édition précédente de ce texte pourra consulter ladite édition pour combler le manque).

Bruno PARA (lui écrire)
Première parution : 6/4/2008 nooSFere


     Joli coup pour les toutes jeunes éditions ActuSF, pardon, les toutes jeunes éditions Les Trois souhaits, qui s'offrent un Michael Moorcock au catalogue, et non des moindres. London Bone est une petite merveille de recueil de nouvelles, qui complétera agréablement l'excellent Déjeuner d'affaires avec l'antéchrist disponible en « Lunes d'encre » (Denoël). À tel point qu'on leur pardonnera aisément l'oubli d'une page entière de texte (en fait non, on leur pardonne pas, quand bien même personne ne s'en serait rendu compte si l'information n'avait filtré dans les milieux autorisés et les dîners en ville que la rédaction de Bifrost fréquente assidûment, au péril de sa vie, en se vautrant dans la coke, le champagne et les piscines en forme de guitare). Concentrons-nous donc sur l'essentiel, à savoir les textes. Parmi les quatre histoires proposées ici (dont les publications oscillent entre 1966 et 2000, soit pas mal de temps quand même), c'est principalement la nouvelle titre qui sort du lot. Chronique douce amère du quotidien londonien d'un homme d'affaires à la petite semaine dépassé par les événements, « London Bone » est assurément l'une des meilleures nouvelles de Moorcock. Pensez donc, une histoire d'os comme on les aime... Sous le pavé londonien gît un trésor qui ne demande qu'à être exploité : une mine, un gisement, un filon d'os curieux, joliment ambrés, recouverts d'inscriptions bizarres et dont l'origine ne sera, comme de juste, jamais révélée. Enrichissement faramineux, suivi d'une ruine relative, le tout saupoudré d'interrogations quasi mystiques sur le sens général de l'existence, ça fait beaucoup pour un seul personnage, mais c'est tellement bon, tellement décalé et tellement bien fichu qu'on en redemande.

     On ne résumera pas ici les autres textes, mais outre le dispensable (bien qu'agréable) « Le Jardin d'agrément de Felipe Sagittarius », tous valent le détour. Sachez néanmoins que « Le Cardinal dans la glace » explore une obsession blasphématoire propre à Moorcock et à la culture anglaise en général, à savoir le catholicisme. Maquillé sous un récit très âge d'or (époque oblige), Michael Moorcock s'amuse beaucoup et annonce déjà le désormais classique Voici l'Homme, dont on ne dira jamais assez de bien. Enfin, « Un samedi soir tranquille à l'amicale des chasseurs pêcheurs surréalistes » reprend ce thème classique chez les Anglais et met en scène Dieu himself, prenant un verre dans un bar, ce qui donne lieu à une séance de questions réponses bien senties avec les autres clients. Du beau, du bon, du Moorcock. Pourquoi s'en priver ?

Patrick IMBERT
Première parution : 1/7/2008 dans Bifrost 51
Mise en ligne le : 20/9/2010


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 68206 livres, 72296 photos de couvertures, 63170 quatrièmes.
8211 critiques, 36365 intervenant·e·s, 1472 photographies, 3700 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.