Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Les Légions dangereuses

Fabien CLAVEL



Illustration de Arnaud CREMET

MNÉMOS , coll. Hélios n° (3)
Dépôt légal : mars 2013
Roman, 448 pages, catégorie / prix : 11,90 €
ISBN : 978-2-35408-197-3
Format : 12,0 x 18,0 cm  
Genre : Fantastique



    Quatrième de couverture    
Un roman à vous couper le souffle épique ! Homère

     Quitiane, le dieu de l’abondance a disparu !
     La plus grande inquiétude règne dans l’assemblée des dieux : son absence met en péril l’équilibre de l’univers. Les dieux n’ont qu’un seul choix : envoyer leurs représentants dans le monde des hommes afin de le retrouver. Chacun désigne alors un Champion qu’il lance à la recherche du dieu disparu. Mais la suite de l’aventure ne se déroulera pas exactement comme prévu...

     Né en 1978, Fabien Clavel est un auteur aux talents multiples. Avec Les Légions dangereuses, il nous entraîne dans une fantasy parodique, jonglant avec bonheur entre un univers drôlatique et délirant à la Terry Pratchett et le détournement savoureux des classiques littéraires.

     « Fabien Clavel s’amuse et nous amuse grâce à des personnages bien campés et des situations bien menées. » Lanfeust Mag
 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
Edition MNÉMOS, Icares (2004)


     Petit préambule sans doute nécessaire : je n'ai rien contre la fantasy humoristique, bien au contraire, d'ailleurs là, tel que vous me lisez, je sors tout juste d'une cure de Terry Pratchett qui m'a fait un bien fou... Sauf qu'ici, après m'être évadé (tel Monte-Cristo) de la lecture d'abord attentive, puis moins, des Légions Dangereuses de Fabien Clavel, je suis pour le moins consterné, passablement énervé et tout à fait décidé à déconseiller ce livre à mes proches, à mes moins proches, aux gens que je croise dans le métro et aux lecteurs de ma revue préférée, Asphodale, Faëries, Bifrost.

     Pour ce qui est de l'histoire, c'est simple et simpliste... le dieu Quitiane a disparu et chacun des autres dieux envoie son champion à sa recherche, dont l'affligeant Zarvax, « le plus grand magicien du monde » (et ta sœur ? elle suce Merlin ?) ; oups !, autant pour moi, l'éditeur a fait, entre autres conneries, une faute de frappe, il convient de lire non pas « le plus grand », mais bien le plus « gland ». Car rien ne manque à cette bouse de plus de 400 pages (en bifrostien courant, « bouse » signifie « livre à ne pas acheter, ni emprunter, ni toucher par inadvertance » 1) : des dieux, des magiciens, des voleurs, une princesse à la con... Pratchett devrait sérieusement songer à faire un procès — gageons néanmoins qu'il perdrait, vu que ses livres sont marrants alors que celui de Clavel est prépubère, affligeant, aussi réjouissant qu'un discours d'Ariel Sharon traduit en palestinien ou la scène de l'extincteur dans Irréversible. Si vous voulez de la fantasy et si vous voulez vous marrer, lisez plutôt : Blanche-Neige et les lance-missiles de Catherine Dufour, la trilogie de Barry Hughart chez « Lunes d'encre », ou n'importe quel opus du « Disque-Monde ».

Cid « very dangerous » Vicious

Notes :

1. Concède, ami lecteur, que « bouse » est un rien plus concis. [NDCV]

CID VICIOUS
Première parution : 1/7/2004
dans Bifrost 35
Mise en ligne le : 2/8/2005




 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 69431 livres, 77784 photos de couvertures, 64527 quatrièmes.
8384 critiques, 36817 intervenant·e·s, 1476 photographies, 3710 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.