Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Panopticon

Nicolas BOUCHARD




MNÉMOS , coll. Dédales n° (34)
Dépôt légal : avril 2013
320 pages, catégorie / prix : 19 €
ISBN : 978-2-35408-154-6
Format : 15,5 x 23,5 cm  
Genre : Fantastique

Couverture : (c) UCL Library.



    Quatrième de couverture    
     Et si le XIXe siècle avait engendré des super-héros, quels monstres feraient-ils ?

     Au crépuscule de ma vie, je croyais être en mesure d’expliquer la plupart des comportements humains les plus violents, et d’apporter des éléments de réponse concrets pour les circonscrire.
     Comme je me trompais.
     Je me rappelle lorsque tout a commencé, en 1820, à Londres, après cet étrange attentat de nature... surnaturelle, pour ne pas dire magique ; comment la Couronne m’a chargé d’enquêter sur cette affaire littéralement extraordinaire.
     Depuis, j’ai affronté mille dangers et parcouru les routes d’Europe, et surtout, surtout, j’ai rencontré les êtres les plus fabuleux et les plus tragiques qui soient, bien plus fascinants que tous les individus que j’ai pu croiser au cours de mes nombreuses recherches. Ces jeunes gens tenaient un univers dans le creux de leurs mains.
     Il est des zones d’ombre de la conscience humaine dans lesquelles nous risquons tous de nous perdre un jour.
     Certains y sont nés.
Extrait de la dernière lettre de Jeremy Bentham,
homme de sciences et d’idées, inventeur de la prison idéale, le Panopticon.

     Empruntant tout autant à la créature de Frankenstein, aux récits des enfants-loups, aux théories utopistes chères aux esprits du siècle de la Révolution industrielle comme aux feuilletons populaires, Nicolas Bouchard tisse avec une grande maîtrise une enquête vertigineuse qui mènera le lecteur loin de ses certitudes, au-delà des frontières de la science et du fantastique.

     Né en 1962, Nicolas Bouchard, avec plus de vingt romans à son actif, est un écrivain reconnu des littératures de l’imaginaire et du genre historique.
     Il signe avec ce septième roman publié chez Mnémos un texte à la fois ambitieux et magique, point d’orgue de son œuvre.
 
    Critiques    
     Cela faisait bien longtemps que je n'avais plus lu un roman de Nicolas Bouchard ; plus de dix ans, en fait, alors que j'avais précédemment lu à peu près tout ce qu'il avait publié. C'est donc avec une certaine impatience que j'ai entamé ce Panopticon, d'autant plus que le titre me titillait.
     Le roman suit les pas de Jeremy Bentham, personnage réel, philosophe et homme de sciences britannique né en 1748 et disparu en 1832, Lorsque le roman débute, il nous est présenté vieillissant, il a passé les soixante-dix ans et ne sort plus guère de sa demeure londonienne. Toutefois, un attentat se produit au King's Theatre : on croit dans un premier temps à une attaque de créatures surnaturelles issues de la mythologie ; rapidement, néanmoins, on comprend qu'un jeune homme est seul à l'origine de cet acte de trahison. Mais un garçon très spécial, capable de créer des psychoses collectives en générant des êtres fantasmagoriques ayant l'apparence de la réalité. Bentham, dont les facultés de raisonnement sont toujours optimales malgré son âge et sa méconnaissance du monde tel qu'il se présente désormais, est chargé de s'occuper de l'enquête. Celle-ci la conduira dans l'Europe toute entière, en commençant par l'Allemagne, avant de bifurquer vers les Carpathes...
     L'une des raisons pour lesquelles j'ai peu lu Nicolas Bouchard ces dernières années, c'est qu'il s'est fait rare dans nos domaines. Son dernier roman d'imaginaire date de 2009 ; entre-temps, il avait tracé sa voie dans l'autre genre qu'il affectionne depuis longtemps : le roman historique. Panopticon réussit en quelque sorte la fusion de ces deux domaines, puisqu'il nous présente un personnage réel confronté à des actes de nature magique. Sur le versant historique, la reconstitution d'époque fonctionne plutôt bien ; on suit sans déplaisir les pérégrinations de ce valeureux Bentham aux quatre coins de l'Europe. L'aspect fantastique se dévoile quant à lui progressivement au fur et à mesure des rencontres du philosophe, qui vont construire le schéma global auquel il se trouve confronté, et dont il est en quelque sorte responsable. Si l'idée qui sous-tend le livre de Bouchard est très intéressante, on se gardera bien d'en parler, sous peine de déflorer le sujet ; malheureusement, elle souffre de plusieurs défauts. Tout d'abord, on comprend son principe dès les toutes premières pages. Dès lors, on sait où l'auteur veut nous emmener, et on attend qu'il déroule la suite logique des événements en nous proposant des prolongements astucieux ; il n'en est rien, Bouchard se contentant d'assurer le strict minimum sans proposer de réel prolongement de son postulat de départ. Sur la fin du roman, toutefois, on touche au cœur de son idée directrice, aux fondements de ce à quoi est confronté Bentham ; cependant, Bouchard le conçoit comme un simple épilogue explicatif, alors qu'il aurait fait un parfait point de départ, et notamment dans le rapport que le philosophe entretiendrait avec sa création, le fameux Panopticon du titre. Le roman se termine ainsi de manière presque abrupte, là où on aurait imaginé qu'il commençât.
     Bref, malgré une hypothèse de départ propice à des développements intéressants, ce Panopticon se révèle bien décevant. On appréciera l'aspect aventureux et une certaine justesse dans la description de l'époque et des protagonistes, mais on regrettera la mauvaise exploitation du matériau, pourtant riche.

Bruno PARA (lui écrire)
Première parution : 29/6/2013 nooSFere


Au crépuscule de sa vie, Jeremy Bentham, philosophe et savant, se voit confier une mission à la suite d’une tentative d’attentat contre le premier lord du Trésor, de monstrueuses créatures mythologiques ayant investi le théâtre où il se rendait. Le responsable est en fait un jeune homme capable de susciter des visions horrifiques lui permettant de franchir les cordons de sécurité. Finalement capturé, il conte son improbable enfance dans un lieu idyllique où il développa ses talents d’illusionniste, instruit par un vieil homme qui semble être le véritable instigateur. Bentham, le soupçonnant originaire de Lemberg en Galicie, s’y rend donc, croisant sur sa route d’autres apprentis assassins de dignitaires européens, tout autant dotés de pouvoirs extraordinaires, enfants qui ont tous vécu dans des royaumes enchanteurs qu’ils rêvent de retrouver. Qui les manipule, et en vue de quel gigantesque complot ? C’est ce que s’attache à découvrir Bentham, traversant l’Europe de Dresde à Trieste en compagnie de sa troupe atypique pas toujours facile à gérer, affrontant des armées et même des hordes d’enfants loups. 

Au cœur du roman, un questionnement éthique sur les manipulations et le contrôle des individus dans un but idéologique, la fabrique de super-héros exploitant les pouvoirs latents de l’humain, principalement fondés sur le mesmérisme, étant l’un d’eux. La révélation finale justifie le choix du moraliste Jeremy Bentham comme personnage central, lui qui proposa un jour une prison modèle, le Panopticon donnant le titre au roman. 

Si l’intrigue générale ne manque pas d’intérêt, les rebondissements s’enchaînent de façon monotone jusqu’au deux tiers, selon une trame aisément prévisible. Les révélations finales tombent un peu brutalement, dans le plus pur style des feuilletons d’antan, bavardages qui auraient mérité d’être mis plus avantageusement en scène. Le récit reste cependant fascinant, entrelaçant personnages imaginaires et réels, réinterprétant des pans d’historie à la lumière de manœuvres souterraines, qui auraient par exemple contribué à nommer Fouché à la tête de la police, et délivrant dans la foulée une explication au mystère de Gaspard Hauser ! L’écriture, fluide et élégante, est à l’aune de ce récit plus historique que fantastique : légère et tout à fait digeste. Un roman agréable, donc, mais qu’on aurait aimé plus relevé. 


Claude ECKEN (lui écrire)
Première parution : 1/10/2013 dans Bifrost 72
Mise en ligne le : 3/2/2019


 
retour en haut de page
Dans la nooSFere : 64105 livres, 61689 photos de couvertures, 58750 quatrièmes.
8084 critiques, 35134 intervenant·e·s, 1340 photographies, 3682 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.