Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
14

Peter CLINES

Titre original : 14, 2012
Première parution : Brentwood, Tennessee, USA : Permuted Press, 5 juin 2012

Traduction de Jean-Pierre PUGI
Illustration de Dean SAMED

J'AI LU (Paris, France), coll. Nouveaux Millénaires
Dépôt légal : septembre 2014, Achevé d'imprimer : 1 septembre 2014
Roman, 544 pages, catégorie / prix : 18 €
ISBN : 978-2-290-09774-8
Format : 13,0 x 20,0 cm  
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
     Avec ce qu'il gagne, Nate n'allait pas laisser passer l'occasion en or d'habiter l'un des plus vieux immeubles de Los Angeles pour un loyer modique. Pourtant il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans ce bâtiment : portes cadenassées, branchements électriques impossibles, cafards mutants... Intrigué, et n'ayant pas grand-chose d'autre à faire de sa morne vie de trentenaire célibataire, Nate décide de mener l'enquête avec certains de ses voisins.
     D'anomalies en mystères, ils vont rapidement se rendre compte qu'il s'est passé des choses dans cet immeuble, des choses terribles qui n'appartiennent pas tout à fait au passé...
 
     PETER CLINES
     Né en 1969, Peter Clines a grandi dans le Maine où il a commencé à écrire des nouvelles de science-fiction et de fantasy à l'âge de huit ans. Il vit aujourd'hui en Californie où il exerece une activité de scénariste, de journaliste pour Creative Screenwriting Magazine et de romancier. 14, son roman le plus ambitieux à ce jour, convoque les ombres de Lost, de La 4e dimension et de H.P. Lovecraft.

    Sommaire    
1 - Postface, pages 541 à 543, Postface, trad. Jean-Pierre PUGI
 
    Critiques    

            Dénicher un appartement pas cher à Los Angeles ? Une gageure. Presque autant que parvenir à se garer en moins d’une demi-heure. Alors, quand Nate Tucker entend parler de cette occasion dans un vieil immeuble de briques rouges, il n’hésite pas une seconde. D’accord, l’ascenseur est en panne. Mais quoi de plus classique ? Bien sûr, une blatte l’accueille dans son nouveau logement. Et alors ? On ne va tout de même pas se formaliser pour si peu. Sauf que, de jour en jour, le jeune homme découvre des éléments étranges, des anomalies anodines prises une par une, mais qui, bout à bout, finissent par créer chez lui un sentiment de malaise croissant. Pourquoi ce locataire quitte-t-il le n° 5 avec une telle hâte ? Pourquoi la porte de l’appartement n° 14 est-elle condamnée par plusieurs cadenas ? Pourquoi la lumière de sa cuisine, quelle que soit l’ampoule utilisée, s’obstine-t-elle à émettre une lumière « noire » ? Pourquoi aucun appartement n’a-t-il les mêmes dimensions ?

            L’ouvrage se divise en deux grandes parties : d’abord l’enquête, puis l’immersion dans l’étrange et l’horreur. Dans un premier temps, Nate, moyennement pris par un travail sans intérêt, alimentaire, part à la découverte de l’immeuble Kavach. Cette vieille bâtisse livre peu à peu ses secrets. Mais chaque réponse amène d’autres questions. Chaque découverte rend le mystère encore plus profond, les ramifications encore plus importantes. Malgré quelques longueurs, cette première moitié joue son rôle. Les pages tournent sans trop de temps morts, l’intrigue se tient. Peter Clines entoure son personnage principal de quelques locataires, créant ainsi une équipe d’enquêteurs amateurs. Dont Xela, la pin-up adepte des bains de soleil topless sur la terrasse ; Veek, l’informaticienne fan de Scooby-Doo ; Tim, l’homme au passé mystérieux. Et quelques autres. Rien de bien original, donc – on peut même parler, pour certains personnages, de caricatures, à moins qu’on ne préfère, histoire de rester positif, considérer ces derniers comme des clins d’œil aux livres et films de genre. À trop viser le grand public, Peter Clines n’hésite pas à enfiler les clichés, ni à avancer chaussé de sabots taille 45. La vieille voisine est forcément grincheuse ; quelques morts épicent l’action, mais pas trop. Et cela se ressent particulièrement à la fin du roman. Comme si l’auteur peinait à boucler un sujet pourtant pas si mal abordé, mais en définitive trop grand pour lui. Comme si l’écriture de la série best-seller « Ex– » (-Heroes, –Purgatory et –Patriots) ne l’avait pas préparé à affronter les Grands Anciens.

            14 n’en demeure pas moins un divertissement efficace, à la lecture rapide et aux multiples rebondissements. Et une distrayante plongée dans un complot tentaculaire. Sans plus.


Raphaël GAUDIN
Première parution : 1/1/2015 dans Bifrost 77
Mise en ligne le : 3/5/2020


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 68910 livres, 76159 photos de couvertures, 63952 quatrièmes.
8350 critiques, 36504 intervenant·e·s, 1475 photographies, 3709 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.