Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
La Clef d'argent des Contrées du rêve

ANTHOLOGIE


Illustration de Nicolas FRUCTUS

MNÉMOS
Dépôt légal : mars 2017
Première édition
Anthologie, 256 pages, catégorie / prix : 18 €
ISBN : 978-2-35408-546-9
Format : 15,5 x 23,5 cm



Quatrième de couverture
Voici onze clés oniriques, onze histoires enchantées, magiques, fantastiques, horrifiques qui vous permettront d’explorer encore plus loin, encore plus profondément les fabuleuses et dangereuses Contrées du Rêve.

Descendez les soixante-dix marches qui mènent à la caverne de la flamme, vénérez comme il se doit les deux prêtres barbus Nasht et Kaman-Thah et entrez dans l’un des univers de fantasy les plus originaux et les plus mystérieux de la littérature. Ce monde par-delà le mur du sommeil fut à l’origine révélé par H. P. Lovecraft, puis exploré par son alter-ego Randolph Carter dont nous publions pour la première fois les fragments de son carnet de voyage onirique.

Dix auteurs rendent hommage à l’extraordinaire découverte de Lovecraft en arpentant les Contrées du Rêve. Ils en rapportent onze textes qui vous conduiront auprès des merveilles et des démons de ces territoires oniriques.
Sommaire
Afficher les différentes éditions des textes
1 - Frédéric WEIL, Introduction, pages 4 à 7, introduction
2 - Fabien CLAVEL, Urjöntaggur, pages 8 à 39, nouvelle
3 - Sylvie MILLER & Philippe WARD, Le Rêveur de la cathédrale, pages 40 à 58, nouvelle
4 - Raphaël GRANIER de CASSAGNAC, De Kadath à la Lune, pages 60 à 65, nouvelle
5 - Alex NIKOLAVITCH, Caprae Ovum, pages 66 à 78, nouvelle
6 - Morgane CAUSSARIEU, Les Chats qui rêvent, pages 80 à 91, nouvelle
7 - Vincent TASSY, Le Baiser du Chaos Rampant, pages 92 à 116, nouvelle
8 - Laurent POUJOIS, Le Tabularium, pages 118 à 145, nouvelle
9 - Neil JOMUNSI, Le Corps du rêve, pages 146 à 160, nouvelle
10 - Timothée REY, Ylia de Hlanith, pages 162 à 185, poésie
11 - Sabrina CALVO, Mkraow, pages 186 à 189, nouvelle
12 - ANONYME, Fragments du carnet de voyage onirique de Randolph Carter, pages 190 à 239, nouvelle
Critiques

    Dans l’abondante production lovecraftienne francophone de ces derniers mois, La Clé d’argent des Contrées du Rêve se distingue : il s’agit cette fois de fiction, et dans le registre des « Contrées du Rêve », si rare et périlleux. Un registre cependant associé à l’éditeur, depuis la nouvelle traduction des Contrées du Rêve par David Camus, et le très beau Kadath publié en même temps. Depuis, hélas, Mnémos a poursuivi l’entreprise avec moins de discernement (aheum), ce dont témoignaient deux gros volumes de Brian « Unspeakable » Lumley. Hélas, la présente anthologie, sans jouer dans la même catégorie (ouf), ne convainc guère plus…

    Elle véhicule l’impression désagréable d’avoir été conçue sans vraie implication, en tout cas sans enthousiasme : les « commandes » se succèdent, qui manquent d’âme autant que de pertinence – et pas un des auteurs, ici, ne se risque à rendre la dimension baroque essentielle de la production « dunsanienne » de Lovecraft  ; rares par ailleurs sont les auteurs qui parviennent à en tirer quoi que ce soit, à vrai dire… C’en est au point où la majorité de ces textes sont « inexistants ».

    On sauvera peut-être Morgane Caussarieu, qui, avec son texte ayant un chaton pour héros, parvient de manière improbable à livrer le texte le plus angoissant et judicieusement dépressif de l’ensemble, et peut-être aussi Laurent Poujois, dans un registre plus divertissant, faisant l’aller-retour entre Monde de l’Éveil et Contrées du Rêve avec compétence, sinon originalité.

    Neil Jomunsi, à la limite, livre un texte assez futé dans le fond, si la forme est plus critiquable. L’invraisemblable poème de Timothée Rey, aussi moche qu’amusant, défie quant à lui les classifications.

    Le reste est le plus souvent au mieux ennuyeux et un peu navrant : Fabien Clavel joue la carte « professionnelle », comme Laurent Poujois, mais son récit criant d’artifice laisse indifférent (pour dire le moins). Raphaël Granier de Cassagnac fait dans l’autoréférentiel en prolongeant ses textes de Kadath, mais sans réussite. Alex Nikolavitch rend un ersatz mortellement ennuyeux de « Clé d’argent », et David Calvo trois pages félines à la façon d’un poème en prose au mieux hermétique.

    Le pire du lot  ? Sylvie Miller et Philippe Ward, pour un texte convenu et grotesque au possible, dans le mauvais sens du terme, et Vincent Tassy, qui, après avoir fait vaguement illusion pendant quelque temps dans un registre gogoth pas forcément très bien maîtrisé, produit une conclusion ridicule, presque criminelle à ce stade.

    Quant à la cinquantaine de pages de « Randolph Carter » qui conclut le recueil, en reprenant texto des extraits de Lovecraft (traduction de David Camus – forcément…), si des inédits sont censés être du lot, elle ne fait que souligner jusqu’à l’absurde combien les auteurs qui précédaient ne parvenaient pas à s’exprimer dans le registre baroque et chatoyant propre aux récits dunsaniens de Lovecraft. Presque au point de convaincre le lecteur qu’on se foutait de sa gueule tout du long…

    Un livre inutile. Il n’est certes pas le seul en matière de fictions lovecraftiennes, mais disons qu’il ne contribuera guère à la bonne image du registre en francophonie.

Bertrand BONNET
Première parution : 1/7/2017 dans Bifrost 87
Mise en ligne le : 8/1/2023

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 79115 livres, 91861 photos de couvertures, 75103 quatrièmes.
9023 critiques, 43018 intervenant·e·s, 1660 photographies, 3772 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2023. Tous droits réservés.