Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Les Affinités

Robert Charles WILSON

Titre original : The Affinities, 2015

Traduction de Gilles GOULLET
Illustration de Aurélien POLICE

GALLIMARD (Paris, France), coll. Folio SF n° 597
Dépôt légal : janvier 2018, Achevé d'imprimer : 11 janvier 2018
400 pages, catégorie / prix : F8
ISBN : 978-2-07-276597-1
Format : 10,8 x 17,8 cm  
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    

Adam Fisk s’est installé à Toronto pour suivre des études de graphisme que lui finance sa grand-mère. Là, il s’est inscrit à un programme payant pour déterminer à laquelle des vingt-deux Affinités il appartient. Adam est un Tau, une des cinq plus importantes de ces nouvelles familles sociales théorisées par le chercheur Meir Klein. Quand la grand-mère d’Adam, diminuée par une attaque, est placée dans une maison de retraite, le jeune homme n’a plus les moyens de suivre ses études. Mais être un Tau confère des avantages qu’il va vite découvrir : travail rémunérateur, opportunités sexuelles, vie sociale pleine et satisfaisante. Tout est trop beau, trop facile. Tout va très vite pour Adam... et il en est de même pour le reste du monde, car le modèle social des Affinités est en train de s’imposer. Malheureusement, dans l’histoire de l’humanité, aucun changement radical ne s’est fait sans violence.

Robert Charles Wilson offre avec Les Affinités un roman sans temps mort qui imagine – pour le meilleur ou pour le pire... – le futur des réseaux sociaux.

Né en 1953 en Californie mais vivant aujourd'hui à Toronto, Robert Charles Wilson s'est imposé comme l'une des têtes de file de la science-fiction canadienne avec des romans tels que Mysterium, BIOS, Darwinia, Les Chronolithes, Spin, Julian et Les Affinités qui lui ont valu de nombreux prix littéraires, dont le prestigieux prix Hugo.

 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
Edition DENOËL, Lunes d'Encre (2016)


     Étudiant en graphisme à Toronto, loin de son père autoritaire et réactionnaire, Adam Fisk se retrouve en mauvaise posture quand sa grand-mère, qui finançait ses études, meurt.
     Mais Adam a passé les tests psychologiques de la société Interalia qui, lorsqu’on les réussit, regroupe les gens dans des affinités : des personnes avec qui on ne peut que s’entendre bien, réunies par tranches (des groupes locaux de quelques dizaines de membres). Adam est ainsi envoyé à l'affinité Tau, l’une des plus puissantes, et en découvre rapidement les avantages : une communion de pensée avec ces nouveaux amis qui lui fournissent un travail, une relation amoureuse avec Amanda, Tau elle aussi. Bref, une nouvelle famille dont tous les membres se comprennent et s’apprécient instantanément.
     Au fil des années, l’affinité se développe, devient une puissance financière et Adam y joue un rôle important de relations publiques, jusqu’à ce qu’un lobby anti-affinités tente de faire voter une loi qui nuirait particulièrement à Tau, loi déposée par le grand frère d’Adam.

     Robert Charles Wilson s’était un peu fait oublier depuis Spin. Axis et Vortex, les suites, partaient dans des directions trop radicalement différentes pour continuer de séduire les nombreux lecteurs de Spin ; Julian, sur une base intéressante, était gâché par un narrateur d’une naïveté confondante. Enfin, Les derniers jours du paradis est passé à peu près inaperçu. Autant dire que j’attendais Les Affinités sans fébrilité particulière.

     Heureusement, l’auteur renoue avec la recette habituelle de ses meilleurs romans : un personnage ordinaire est mêlé à des évènements extraordinaires. Ici, ce qui n’est au début qu’un moyen de se trouver des amis avec qui on est sûr de s’entendre se transforme vite en une organisation parallèle de la société, avec l’émergence d’une puissance financière, voire politique, et disposant d’un bras armé. Wilson est souvent doué pour donner vie à ses personnages et Adam Fick est particulièrement réussi : ses relations avec sa famille biologique et avec sa famille d’adoption, l’affinité Tau, sont au centre du récit. Dans un monde en évolution rapide (un début de guerre mondiale se déroule en fond), la stabilité amenée par l’affinité pose de multiples questions : les intérêts de Tau doivent-ils passer avant le reste de la population, devant l’état, devant la famille ? C’est un peu tous ces sujets que débroussaille Les Affinités, dans un roman sans temps mort.

     Wilson consacre avant tout ses réflexions au cercle proche d’Adam Fisk, et on peut regretter que le décor (la montée en puissance de l’affinité, la guerre qui approche) ne soit pas plus utilisé, mais c’est un bien léger reproche pour un roman qui explore avec intelligence une nouvelle organisation sociale. Les Affinités est une preuve de plus que la science-fiction est l’outil idéal pour réfléchir sur les bouleversements de la société actuelle.

René-Marc DOLHEN
Première parution : 6/3/2016
nooSFere




 

Dans la nooSFere : 62621 livres, 58864 photos de couvertures, 57111 quatrièmes.
7958 critiques, 34372 intervenant·e·s, 1334 photographies, 3656 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.