Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Le Prophète blanc

Robin HOBB

Titre original : Fool's Errand, 2001

Cycle : La Citadelle des ombres  vol. 7 

Cycle : Le Royaume des Anciens  vol. C-1 

Traduction de Arnaud MOUSNIER-LOMPRÉ

J'AI LU (Paris, France), coll. Fantasy (2007 - ) n° 7361
Dépôt légal : 2018
416 pages, catégorie / prix : 8 €
ISBN : 978-2-290-33770-7
Format : 11,0 x 17,8 cm  
Genre : Fantasy


Autres éditions
   FRANCE LOISIRS, 2003
   J'AI LU, 2004, 2005, 2005, 2007, 2009
   in L'Assassin Royal - deuxième époque 1, 2017
   PYGMALION, 2003
   in La Citadelle des Ombres - 3, 2005
   in La Citadelle des Ombres - 3, 2006

    Quatrième de couverture    
Fitz a scrupuleusement rempli son rôle d’assassin royal. Il a servi avec loyauté le souverain Subtil, puis Vérité et sa reine, Kettricken, mais il a perdu au passage sa femme et sa fille. Désormais retiré loin de la cour pour couler des jours paisibles avec son loup Œil-de-Nuit et le jeune Heur, un orphelin qu’il a recueilli, Fitz n’aspire plus qu’au repos. Mais il n’est pas de ceux qu’on oublie facilement : Astérie la ménestrelle, Umbre, son maître assassin, et le mystérieux Fou ne désespèrent pas de le convaincre de revenir à la capitale où de nouveaux dangers menacent une paix récente et fragile.

    Cité dans les Conseils de lecture / Bibliothèque idéale des oeuvres suivantes :    
 
Jean-Pierre Fontana : Sondage Fontana - Fantasy (liste parue en 2002)  pour la série : Le Royaume des Anciens

 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
Edition PYGMALION, (2003)


     Quel bonheur de retrouver Fitz ! Et quel bonheur de retrouver la plume exquise de Robin Hobb, accompagnée de l'excellente traduction d'Arnaud Mousnier-Lompré. Le nouveau cycle des aventures de l'ex Assassin Royal, que publient les éditions Pygmalion, s'annonce à la fois passionnant et émouvant.

     Nous retrouvons Fitz vieilli — quinze années ont passé depuis qu'il a sacrifié son amour, sa vie et son âme pour sauver son pays — toujours uni à Œil de Nuit par ce lien plus fort que l'amour qu'est le Vif, toujours torturé par la soif de l'Art auquel il a renoncé. Tom Blaireau, comme il se fait maintenant appeler, a recueilli un jeune garçon, Heur, qui doit commencer un apprentissage. Il n'a plus de nouvelles de ceux qu'il a connu par le passé, à l'exception d'Astérie, la ménestrelle. Mais le destin suit son cours et les évènements extérieurs vont se frayer un chemin jusqu'à la tanière où le bâtard des Loinvoyant s'est réfugié.

     Ce premier tome prend le temps de poser le décor et les personnages. Pas question avec Robin Hobb de nous précipiter dans l'action brute ; elle aime trop à décrire, jusqu'à nous faire ressentir, les moindres replis de l'âme de ses personnages. C'est qu'elles sont complexes, ces âmes ! avec le Vif — lien qui unit un humain à un animal — honni et craint de la population qui pourchasse ceux qui l'ont, et l'Art — haute magie des membres de la famille royale — qui pourrait bien être plus que ce que Fitz croit savoir. Si l'auteur nous rappelle les événements d'il y a quinze ans, c'est par touches discrètes, à travers l'esprit de FitzChevalerie, ou ceux d'Umbre et du Fou. Car ce volume marque le retour dans la vie de Fitz de ces deux personnages, en particulier du Fou, qui prend une importance croissante dans le récit.

     Malgré le soin qu'a pris Robin Hobb à placer ses pions, l'aventure est en marche et quand elle rattrape Fitz, le lecteur est vite plongé dans un univers d'intrigues et de luttes. Ce livre se lit d'une traite ; arrivé au bout, on n'a de cesse de commencer la suite, La Secte Maudite, que les éditions Pygmalion n'ont pas trop attendu pour publier, allant jusqu'à interrompre le programme de parution d'un autre cycle du même auteur, Les Aventuriers de la Mer, le seul reproche peut-être, qu'on puisse leur faire. En effet, les lecteurs des Aventuriers de la Mer remarqueront avec bonheur les allusions nombreuses à Terrilville, aux Vivenefs, et aux mystérieux serpents de mer qui émaillent le récit — car c'est dans un univers cohérent et complet que nous invite Robin Hobb — mais ces allusions, comme des friandises, nous redonnent envie de renouer avec ce cycle-là, aussi.

Lucie CHENU
Première parution : 1/10/2003
dans Faeries 12
Mise en ligne le : 7/8/2006




 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 66482 livres, 67151 photos de couvertures, 61333 quatrièmes.
8090 critiques, 36380 intervenant·e·s, 1463 photographies, 3690 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.