Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
L'Invention de Morel

Adolfo BIOY CASARES

Titre original : La invención de Morel, 1940
Traduction de Armand PIERHAL

UGE (Union Générale d'Éditions) - 10/18 (Paris, France), coll. 10/18 - Domaine étranger n° 953
Dépôt légal : octobre 1992, Achevé d'imprimer : mars 2018
Retirage
Roman, 124 pages, catégorie / prix : 2
ISBN : 978-2-264-07225-2
Format : 10,7 x 17,7 cm
Genre : Science-Fiction

Photographie de couverture : © Paul Thomas Gooney / Arcangel.



Quatrième de couverture

Un homme en fuite trouve refuge sur une île déserte. Un lieu étrange, dominé par une villa immense et somptueuse dont les sous-sols recèlent une machinerie aux fonctions incompréhensibles. L'île, pourtant, n'est pas si déserte qu'elle l'a semblé de prime abord. Des estivants, réunis sur place par un certain Morel, s'engagent dans une fête languide dont le rituel paraît se reproduire à l'infini.

Préfacé par Borges, L'invention de Morel est un petit chef-d'œuvre d'une originalité inaltérable.

Sommaire
Afficher les différentes éditions des textes
1 - Jorge Luis BORGES, Préface (1940) , pages 7 à 10, préface, trad. Armand PIERHAL
Critiques des autres éditions ou de la série
Edition UGE (Union Générale d'Éditions) - 10/18, 10/18 (1976)


     Plutôt que de déflorer le plaisir de ceux qui ne connaissent pas encore ce beau texte, et de rabâcher ce que les vieux lecteurs de FICTION connaissent depuis juin 1962, un « collage » à la manière de mon ami Guiot :
     « On pourra, par exemple, revoir agir les seins longtemps après qu'on les aura perdus ». LE RADICAL, 30 décembre 1895.
     « Eterniser une seule heure de l'amour — la plus belle — oh ! l'arrêter au passage, la fixer et s'y définir ! y incarner son esprit et son dernier vœu ! ne serait-ce donc point le rêve de tous les êtres humains ? » Villiers de l'Isle — Adam, l'Eve future.
     « L'horreur que certains peuples éprouvent à être représentés en images repose sur la croyance selon laquelle, lorsque l'image d'une personne se forme, son âme passe dans l'image, et la personne meurt ». Adolfo Bioy Casares.
     « Le cinéma est un phénomène dont on néglige depuis trop longtemps les affinités avec la mort. » Norman Mailer.
     THEME(S) : 1) (en parodiant Lord Acton) : Si le cinéma tue un peu, le cinéma absolu tue absolument.
     2) (en lisant Sparkenbroke de Charles Morgan) : art, amour et mort.
     SCHEME : le triangle parcouru deux fois : l'amour menacé par la mort se réfugie, se réifie dans l'art ; cet art inspire un nouvel amour, qui ne peut se consommer qu'en rejoignant l'art par la mort.

George W. BARLOW
Première parution : 1/11/1976
dans Fiction 274
Mise en ligne le : 2/4/2013

Cité dans les Conseils de lecture / Bibliothèque idéale des oeuvres suivantes
Jacques Sadoul : Anthologie de la littérature de science-fiction (liste parue en 1981)
Jean-Pierre Fontana : Sondage Fontana - Fantastique (liste parue en 2002)
Francis Berthelot : Bibliothèque de l'Entre-Mondes (liste parue en 2005)

Adaptations (cinéma, télévision, BD, théâtre, radio, jeu vidéo...)
L'Année dernière à Marienbad , 1961, Alain Resnais (d'après le texte : L'Invention de Morel), (Téléfilm)
L'Invention de Morel , 1967, Claude-Jean Bonnardot (d'après le texte : L'Invention de Morel), (Téléfilm)
L'Invention de Morel , 1974, Emidio Greco (d'après le texte : L'Invention de Morel)
Invention of Dr. Morel (The) , 2000, David Lamelas (d'après le texte : L'Invention de Morel), (Court Métrage)
La invención de Morel , 2006, Andrés García Franco (d'après le texte : L'Invention de Morel), (Court Métrage)

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 73612 livres, 80799 photos de couvertures, 69100 quatrièmes.
8520 critiques, 39645 intervenant·e·s, 1516 photographies, 3734 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2021. Tous droits réservés.