Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Belgarath le Sorcier - 2 : Les années d'espoir

David EDDINGS & Leigh EDDINGS

Titre original : Belgarath the Sorcerer, 1995
Première parution : HarperCollins, 1995 (en un seul volume)
Cycle : La Belgariade - les préquelles : Belgarath le sorcier  vol. 2

Traduction de Dominique HAAS
Illustration de Alain BRION

POCKET (Paris, France), coll. Science-Fiction / Fantasy n° 5784
Date de parution : 10 juin 2021

Roman, 320 pages, catégorie / prix : 8,40 €
ISBN : 978-2-266-17886-0
Format : 10,8 x 17,7 cm
Genre : Fantasy



Quatrième de couverture
Belgarath a eu deux filles avec Poledra la louve : Belgaran, qui est devenue la femme du Roi de Riva, et Polgara, la sorcière. Celle-ci est restée près de son père, et ensemble ils tentent de guérir le monde de la Blessure que lui a infligée Torak, le Dieu Dragon des Angaraks. Pendant des siècles et des siècles, ils vont courir le monde afin de préparer la venue de l’Enfant de Lumière qui affrontera l’Enfant des Ténèbres pour le suprême combat entre le Bien et le Mal. Ils sont aidés dans leur tâche par les frères de Belgarath, les autres disciples du Dieu Aldur, qui s’efforcent de déchiffrer les signes et les présages. Ce prodigieux voyage dans le temps s’achève avec la naissance de Garion.
Garion, le Tueur de Dieu, Roi des Rois du Ponant, qui brandira l’Orbe au moment décisif...
 
« Enfin, on connaît la majeure partie de l’histoire de ce monde que nous apprécions tant ! Un livre vraiment génial et très original ! »  Booknode
Critiques des autres éditions ou de la série
Edition POCKET, Science-Fiction / Fantasy (2002)

     Peu d'auteurs de fantasy suscitent autant la polémique que David Eddings 1. Adulé par un impressionnant fan-club toujours avide d'en savoir plus sur son univers ou ses techniques d'écriture, il essuie égale ment les foudres d'innombrables lecteurs, pour qui il ne fait guère que placer des personnages caricaturaux dans des situations parodiques, en se contentant de changer quelques noms d'une série à l'autre. Un court dialogue entre un admirateur (A) et un détracteur (D) d'Eddings pourrait donner...

     A : Enfin, Eddings nous ouvre les archives de la Belgariade et de la Mallorée ! Quel plaisir de découvrir sous le regard de Belgarath la personnalité des disciples d'Aldur, l'histoire des temps anciens, le cataclysme de la Séparation du monde...
     D : Eddings tire à la ligne une fois de plus. Rien de nouveau, toujours les mêmes vannes faciles, toujours des personnages modelés pour plaire au grand public...
     A : Les personnages d'Eddings sont riches et attachants ! Belgarath apporte vraiment une nouvelle perspective sur les 7000 ans qui précèdent la Belgariade. Il est tellement « vrai » qu'on l'imagine facilement, au sommet de sa tour, écrivant ses mémoires pour Garion et Ce'Nedra...
     D : C'est bien là le problème. Un sorcier âgé de 7000 ans, qui me semble aussi familier que mon bon vieux grand-père, je trouve ça consternant. On pourrait s'attendre à ce que le psychisme humain pâtisse d'une telle longévité. Eh bien non : il se rend compte par-ci par-là qu'il ne vieillit pas et que des éons passent, mais c'est tout juste si ça le surprend...
     A : Vous élevez des objections de principe. Vous voulez que la fantasy ait une valeur pédagogique ou didactique. Moi, je cherche juste le plaisir de lire, de m'évader dans un univers riche et baroque. Je trouve tout ça dans Belgarath.
     D : Oh, je n'en doute pas. C'est un bon livre à lire dans sa baignoire ou dans son lit. Mais je maintiens qu'Eddings tire à la ligne. Après tout, le filon est bon : la vision de Belgarath, puis celle de Polgara... et pourquoi pas ensuite celle de Beldin, des jumeaux, de Poledra ?
     (exclamation indignée), (bruits de dispute),

     Comme on l'a bien compris, Belgarath le sorcier est à conseiller exclusivement aux amateurs de la Belgariade et de la Mallorée qui voudraient en savoir plus sur les 7000 ans précédant la naissance de Garion. Comme toujours agréable à lire, mais sans rien de bien nouveau dans la forme ou dans le fond, son intérêt réside essentiellement dans les précisions qu'il apporte sur les peuples et les personnages qui peuplent les deux cycles. Il n'en a même, soyons francs, aucun autre.


Notes :

1. Selon David Eddings, son épouse Leigh a toujours collaboré activement à ses écrits. Depuis quelques années, leurs deux noms figurent sur les couvertures des nouvelles parutions. (N.D.L.R.)

Nathalie LABROUSSE (lui écrire)
Première parution : 1/10/2002
dans Asphodale 1
Mise en ligne le : 1/9/2004

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 73241 livres, 80305 photos de couvertures, 68655 quatrièmes.
8516 critiques, 39471 intervenant·e·s, 1512 photographies, 3732 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2021. Tous droits réservés.