Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
La Cité de l'orque

Sam J. MILLER

Titre original : Blackfish City, 2018
Première parution : New York, États-Unis : Ecco Press (HarperCollins), 17 avril 2018
Traduction de Anne-Sylvie HOMASSEL

LIVRE DE POCHE (Paris, France), coll. SF (2ème série, 1987-)
Date de parution : 29 septembre 2021

Réédition
Roman
Genre : Science-Fiction



Critiques des autres éditions ou de la série
Edition ALBIN MICHEL, Albin Michel Imaginaire (2019)

Au 22ème siècle, les états traditionnels se sont écroulés et des villes flottantes, propriétés de riches actionnaires, se sont développées, accueillant et exploitant un nouveau prolétariat composé des réfugiés des anciennes terres. Dans ce nouveau monde où apparait une maladie mystérieuse, les failles, une vieille guerrière Inuit, accompagnée d’un ours blanc et d’un épaulard apparait, poursuivant une vengeance et semant la mort.

La nouvelle collection Albin Michel Imaginaire continue d’élargir son spectre : après de la SF cérébrale et vertigineuse, de la fantasy classique, du fantastique à la King et du space-opera rageux, voici un thriller d’anticipation. La Cité de l’orque est un roman d’action, un suspense violent tournant autour d’une vengeance. Mais Sam Miller n’est pas un écrivain bourrin : ce futur proche, avec ses villes flottantes, ses nations disparues et ses réfugiés est particulièrement riche. Dans un décor construit avec minutie, cette Qaanaaq, propriété de ses actionnaires, au système politique fantoche, des personnages au passé aussi riche que varié se battent pour le pouvoir. A cela s’ajoute les failles, une maladie mortelle et incurable qui rappellera au lecteur le Sida ; une tribu Inuit dont les membres partagent leur esprit avec celui d’un animal ; un hôpital psychiatrique impénétrable ; un ancien lutteur et une personne non-binaire parlant d’eux à la troisième personne du pluriel. Tout cela donne un roman foisonnant que l’auteur arrive malgré tout à contrôler grâce à une narration linéaire évitant de partir dans tous les sens.

Premier roman de Sam J. Miller, La Cité de l’orque n’est pas exempt de défauts, notamment des paragraphes d’exposition un peu trop nombreux et plats. Mais c’est tout à fait négligeable par rapport au plaisir d’arpenter cette ville flottante, mystérieuse et puissante, et de suivre ses habitants. La cité de l’orque est un roman réussi, rafraichissant, efficace et qui, au bout de moins de 400 pages, donne envie au lecteur de retourner explorer Qaanaaq.

 

René-Marc DOLHEN
Première parution : 12/2/2019
nooSFere

Prix obtenus
John W. Campbell, Jr. Memorial, [sans catégorie], 2019


retour en haut de page

Dans la nooSFere : 74089 livres, 82044 photos de couvertures, 69703 quatrièmes.
8527 critiques, 40057 intervenant·e·s, 1541 photographies, 3735 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2021. Tous droits réservés.