Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Neuromancien

William GIBSON

Titre original : Neuromancer, 1984

Cycle : Neuromancien vol. 1 

Traduction de Jean BONNEFOY
Illustration de Barclay SHAW

J'AI LU (Paris, France), coll. Science-Fiction (1985 - 1993, 2ème série - dos violet) n° 2325
Dépôt légal : janvier 1988
320 pages, catégorie / prix : 4
ISBN : 2-277-22325-5   
Genre : Science-Fiction


Autres éditions
   LA DÉCOUVERTE, 1985
   FRANCE LOISIRS, 2000
   J'AI LU, 1989, 1995, 1997, 1998, 2000, 2003, 2008, 2009, 2013, 1992
   in Neuromancien et autres dérives du réseau, 2007

    Quatrième de couverture    
     William Gibson
     Né en Caroline du Sud en 1948, il vit à Vancouver. Passionné d'informatique, il pense qu'imagination et projection dans le futur peuvent seules appréhender la réalité complexe du présent. Neuromancien est le premier roman de William Gibson. Il a obtenu le prix Hugo en 1985.

     Dans une société hyper-technologique où l'ordinateur règne en maître, Case est un pirate de génie au cerveau directement branché sur la « matrice », le monde des données et programmes où il évolue comme dans un univers réel.
     Mais Case commet un jour l'erreur de doubler son puissant employeur, qui par mesure de représailles lui démolit le système nerveux.
     Aussi, lorsque Armitage, l'homme au passé trouble, et et Molly, la femme-piège, lui redonnent accès au cyberspace, l'enjeu est devenu pour Case une question de vie ou de mort. Cet enjeu est de taille : sur les instructions du mystérieux Muetdhiver, il s'agit de pénétrer à ses risques et périls le programme top-secret d'une gigantesque multinationale.
     A qui Case a-t-il réellement affaire ? A qui... ou à quoi ?

    Prix obtenus    
Hugo, roman, 1985
Nebula, roman, 1984
Philip K. Dick, roman, 1985
Science Fiction Chronicle, roman, 1985

    Cité dans les pages thématiques suivantes :     

    Cité dans les listes thématiques des oeuvres suivantes :     

    Adaptations (cinéma, télévision, BD, théâtre, radio, jeu vidéo, ....)    
Neuromancer , 1988, Interplay (Jeu Vidéo)
 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
Edition LA DÉCOUVERTE, Fictions (2001)


     Un futur proche. Case est un hacker professionnel dont la spécialité est de connecter son cerveau directement à la matrice pour se balader dans le réseau mondial comme dans un univers réel. Mais il a un jour la mauvaise idée de vouloir doubler ses employeurs, des individus à l'honnêteté douteuse, qui se vengent en lui bousillant le système nerveux... plus question pour Case de retourner dans le cyberspace, jusqu'à ce qu'il reçoive la proposition alléchante d'Armitage et de Molly, qui lui offrent un nouveau système nerveux clé en main. Une seule condition  : en échange, il devra réaliser pour leur compte et celui du mystérieux Muetdhiver un petit travail que seul un pro du cyberspace comme lui peut mener à bien. Case accepte avec empressement, sans se douter qu'il se lance bille en tête dans une affaire bien moins nette et plus dangereuse qu'il ne l'escomptait.

     Avalanche de prix pour ce premier roman  : Hugo, Nebula, Philip K. Dick... cela surprendra peut-être le lecteur qui découvre Neuromancien au XXIe siècle  : les concepts audacieux et novateurs de 1983 (année d'écriture du roman) sont presque devenus des pont-aux-ânes de la science-fiction, vulgarisés par la littérature (beaucoup), le cinéma (énormément), et tout simplement les faits réels avec l'essor des autoroutes de l'information (n'êtes-vous pas connecté au réseau, vous qui me lisez  ?). Quand il apparaît de surcroît, au bout de quelques chapitres, que le décor et l'univers de Neuromancien comptent davantage que l'intrigue (une bonne série B, sans plus) ou les personnages (falots ou caricaturaux), on comprend vite que la lecture du roman a perdu beaucoup de son charme en l'espace d'une petite vingtaine d'années. A l'instar de tout ce qui est estampillé « années 80 » (du rock FM aux yuppies), Neuromancien s'altère aujourd'hui de rides précoces, perceptibles jusque dans certains tics stylistiques : la multiplication des phrases courtes, sans sujet ni verbe, simulant une écriture instinctive et nerveuse, était à l'époque le summum d'une « branchitude » aujourd'hui insupportablement datée.
     Il n'en reste pas moins que ce livre a eu le mérite d'ouvrir une brèche par laquelle se sont engouffrés nombre d'auteurs et de scénaristes. Première manifestation et emblème du courant cyberpunk, Neuromancien est simplement arrivé au moment où la science-fiction avait désespérément besoin de nouveaux thèmes et de nouvelles têtes, ce qui explique sans doute qu'il ait été porté au nues, en son temps, par la critique et le public. Mais aujourd'hui que la baudruche cyberpunk s'est en partie dégonflée, force est de constater que ce culte excessif a causé à l'auteur plus de tort qu'autre chose, car ce premier roman a contribué à l'affubler d'une étiquette dont ses entretiens récents montrent qu'il a encore de la peine à se débarrasser.
     Comme le hula-hoop, le disco ou la collection de pin's, Neuromancien est appelé tôt ou tard à revenir à l'ordre du jour... attendons plutôt ce moment-là pour le (re)découvrir. Provisoirement, il ne suscite qu'un intérêt d'ordre historique, sauf pour les nombreux nostalgiques des années-chrome, qui le dégusteront sans modération, en accompagnement d'un bon vieil album de Billy Idol.

Julien RAYMOND (lui écrire)
Première parution : 1/11/2001
nooSFere


 

Edition LA DÉCOUVERTE, Fictions (1986)


          On attendait non sans une certaine impatience la parution de Neuromancien, roman qui, bien signé d'un parfait inconnu, a obtenu cette année les trois principaux prix américains dans le domaine de la SF : Philip K. Dick Mémorial Award, Nebula et Hugo, le livre, réputé difficile, a été refusé par trois traducteurs avant que Jean Bonnefoy n'accepte la gageure, pour s'en tirer fort honorablement ma foi. Certains passages peuvent sembler confus, mais cela tient surtout au côté allusif de l'écriture de Gibson.
          Neuromancien conte l'histoire de Case, un pirate informatique, à une époque où l'on entre directement en contact avec les ordinateurs grâce au cyberspace ; les ensembles de programmes apparaissaient alors comme des décors psychédéliques dans les protections desquels s'infiltrent des programmes-virus. Mais Case, au début du roman, n'est plus qu'une épave, un junkie traînant et magouillant dans les rues de la Conurb ; un employeur qu'il avait essayé de doubler lui a ôté la possibilité d'entrer en Cyberspace. Il est alors contacté par une étrange femme aux verres-miroirs scellés dans les orbites et aux griffes rétractiles, qui lui offre de lui rendre son talent en échange d'un piratage un peu spécial, pour lequel il va avoir besoin de l'aide d'un mort.
          Le roman a un peu de mal à démarrer, malgré une ambiance glauque remarquablement rendue. Mais, dépassé les soixante premières pages, il vire au feu d'artifice ! Le dernier tiers est un authentique morceau de bravoure dont on sort un peu assommé, malgré un court épilogue qui vient en adoucir l'impact. Gibson a su pousser son postulat de départ jusqu'à la limite de l'absurde et en tirer toutes les conséquences. Sa connaissance de l'informatique est un atout supplémentaire ; on ne trouve pas dans Neuromancien des « rouages d'ordinateurs » et les cartes perforées sont oubliées depuis longtemps.
          La nouvelle collection des éditions La Découverte frappe fort ; après Armageddon Rag, Neuromancien conforte cette impression. Souhaitons-lui bonne chance.

Roland C. WAGNER
Première parution : 1/2/1986
dans Fiction 371
Mise en ligne le : 14/12/2003




 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 66400 livres, 66982 photos de couvertures, 61239 quatrièmes.
8090 critiques, 36311 intervenant·e·s, 1463 photographies, 3690 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.