Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Le Livre d'Or de la science-fiction : J.G. Ballard

James Graham BALLARD

Textes réunis par Robert LOUIT



Illustration de Marcel LAVERDET

POCKET (Paris, France), coll. Le Livre d'or de la science-fiction n° 5074
Dépôt légal : 1er trimestre 1980
384 pages, catégorie / prix : 5
ISBN : 2-266-00866-8
Format : 10,7 x 17,2 cm  
Genre : Science-Fiction


Autres éditions
Sous le titre Les Statues chantantes   POCKET, 1988

    Quatrième de couverture    
Jim G. Ballard est né à Chang-hai en 1930. Son enfance est marquée par l'expérience de la déportation dans un camp militaire japonais en Mandchourie. Établi en Angleterre en 1946, il fait des études de médecine, puis exerce divers métiers avant de se consacrer entièrement à la littérature. Evoquant des avenirs de catastrophe, il imagine dans son oeuvre, avec un art d'un réalisme hallucinant, l'effet de profonds changements physiques sur le comportement humain. Tant par ses romans — le Monde englouti (1962), le Vent de nulle part (1964), Sécheresse (1965) — que par ses recueils de nouvelles — la Foire aux atrocités, Vermilion Sands — , il s'est imposé comme l'un des auteurs les plus significatifs du temps présent.

    Sommaire    
1 - Robert LOUIT, Le Chirurgien de l'Apocalypse, pages 7 à 41, Préface
2 - L'Homme subliminal (The Subliminal Man), pages 43 à 66, trad. Robert LOUIT
3 - L'Homme saturé (The Overloaded Man), pages 67 à 84, trad. Alain DORÉMIEUX
4 - Treize pour le Centaure (Thirteen to Centaurus), pages 85 à 115, trad. Robert LOUIT
5 - Chronopolis (Chronopolis), pages 116 à 148, trad. Gisèle GARSON & Pierre VERSINS
6 - Fin de partie (End-Game), pages 149 à 175, trad. Robert LOUIT
7 - Demain, dans un million d'années (Tomorrow Is a Million Years), pages 179 à 194, trad. Lionel MASSUN
8 - Le Jour de toujours (The Day of Forever), pages 195 à 217, trad. Robert LOUIT
9 - Un assassin très comme il faut (The Gentle Assassin), pages 218 à 237, trad. Guy ABADIA
10 - Le Vinci disparu (The Lost Leonardo), pages 238 à 262, trad. Pierre BILLON
11 - Perte de temps (Escapement), pages 263 à 280, trad. Bruno MARTIN
12 - Le Géant noyé (The Drowned Giant / Souvenir), pages 283 à 297, trad. René LATHIÈRE
13 - La Cage de sable (The Cage of Sand), pages 298 à 328, trad. Gisèle GARSON & Pierre VERSINS
14 - Les Statues qui chantent (The Singing Statues), pages 329 à 345, trad. Robert LOUIT
15 - Amour et napalm : export U.S.A. (Love and Napalm: Export U.S.A.), pages 346 à 351, trad. François RIVIÈRE
16 - (non mentionné), Bibliographie de J.G. Ballard, pages 353 à 363, Bibliographie

    Cité dans les Conseils de lecture / Bibliothèque idéale des oeuvres suivantes :    
 
Jacques Goimard & Claude Aziza : Encyclopédie de poche de la SF (liste parue en 1986)


    Adaptations (cinéma, télévision, BD, théâtre, radio, jeu vidéo, ....)    
Out of the Unknown ( episode : Thirteen to Centaurus ) , 1965, Peter Potter (d'après le texte : Treize pour le Centaure), (Episode Série TV)
Resan till Orion , 1986, Solveig Nordlund (d'après le texte : Treize pour le Centaure), (Court métrage)
 
    Critiques    
 
[critique du Livre d'or de J.G. BALLARD, anthologie de Robert Louit, Presses Pocket n° 5074 et de Le rêveur illimité par J.G. BALLARD, Editions Calmann-Lévy « Dimensions Sf »]


     Oserons-nous, à propos de ce nouveau Livre d'Or, parler d'explorations de l'Espace Intérieur ?
     Depuis les premiers textes publiés sous label new wave, l'expression s'est bien affadie à l'usage ! Rien de tel donc qu'une petite plongée libre dans l'œuvre de celui qui en a pratiquement inventé la notion, ou, tout au moins, l'a introduite dans la science-fiction.
     Pour ce recueil, Robert Louit a préféré à l'ordre chronologique une ordonnance thématique, et la première partie, Oppressions subtiles, donne d'emblée le ton de l'ensemble. Névroses, déviations mentales et autres joyeusetés s'introduisent peu à peu dans toutes les nouvelles présentées ici, et, contre toute attente, le lecteur imprudent n'a pas l'impression d'émerger d'une plongée nauséabonde. En effet, l'imagination de Ballard dépasse très largement ce thème de base, et son talent fait de toute façon passer bien des choses.
     Ajoutons que la sélection établie par Louit est tout à fait excellente, et ce malgré la ligne directrice de la série, qui impose pour chaque recueil un pourcentage maximum d'inédits — d'où certains fiascos, avec des auteurs surexploités, comme dans le récent Livre d'Or Van Vogt.
     Un Livre d'Or indispensable, donc, avec en prime les introductions à chaque texte, par l'auteur, et le plaisir de retrouver certaines nouvelles dans des traductions enfin de qualité. C'est le cas des deux textes provenant de Billenium (Marabout), sabotés dans leur édition originale.
     Tout aussi important semble être Le rêveur Illimité, dernier Ballard en titre qui vient, très justement, de remporter le B.S.F.A. Award du meilleur roman anglais de l'année.
     Une remarque tout d'abord : l'œuvre moderne de Ballard serait-elle à ce point éloignée de la SF que l'éditeur ait préféré supprimer de la couverture l'habituel logo « Dimensions-SF » ? Il est vrai que le Livre de Poche a, lui aussi, édité (ou plutôt réédité) du Ballard, hors de la collection SF...
     Ce rêveur-là pourrait bien être Ballard lui-même (qui rêve plus qu'un écrivain ?), sous les traits de James Blake, pilote amateur échoué dans la Tamise,. aux abords d'une quelconque banlieue tranquille, après « l'emprunt » d'un petit avion. Banal incident, somme toute, mais aux conséquences pour le moins inattendues.
     Blake mettra un bon moment avant de comprendre la fascination, ou l'horreur, qu'il exerce sur la population de Shepperton. Pardi ! on ne ressuscite pas tous les jours, surtout sans s'en rendre compte...
     Obsédé par le désir de réaliser le premier vol à propulsion humaine (Blake aurait-il lu Léonard de Vinci ?), il contamine peu à peu son entourage... Etrange folie que celle qui fera basculer tous ces gens d'une banalité quotidienne dans un merveilleux surréalisant. Et tout le monde, ou presque s'envolera dans les airs, à la suite du démiurge Ballard...
     Le rêveur illimité est-il encore un roman de science-fiction ? A vrai dire, le problème ne nous semble pas être de la première importance.

[cette critique est co-signée par Pascal J. Thomas & Francis Valéry]

Francis VALÉRY
Première parution : 1/6/1980 dans Fiction 309
Mise en ligne le : 16/12/2010


 

Dans la nooSFere : 62397 livres, 58355 photos de couvertures, 56875 quatrièmes.
7958 critiques, 34216 intervenant·e·s, 1309 photographies, 3653 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.