Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Fiche livre    

Angle mort n° 3

REVUE

Imaginaire  - Cycle : Revues - Angle mort  vol.

ANGLE MORT (association), coll. Angle mort (revue) n° 3, dépôt légal : mai 2011
112 pages, catégorie / prix : 2.99 €, ISBN : 978-2-36400-020-9

Revue électronique.
Couverture

    Quatrième de couverture    
Pas de texte sur la quatrième de couverture.

    Sommaire    
1 - Sébastien CEVEY & Laurent QUEYSSI, Divergences, pages 3 à 10, Éditorial
2 - Mélanie FAZI, Le Jardin des silences, pages 11 à 43
3 - Sébastien CEVEY, Interview - Mélanie Fazi, pages 44 à 48, Entretien
4 - Sara GENGE, Comme les femmes se battent (As Women Fight), pages 49 à 74, trad. Pierre-Paul DURASTANTI
5 - Sébastien CEVEY, Interview - Sara Genge, pages 75 à 79, Entretien, trad. Florence DOLISI
6 - Léo HENRY, Oeuvre vécu d'Athanase Stedelijk, une monographie, pages 80 à 94
7 - Sébastien DEGORCE, Interview - Léo Henry, pages 95 à 97, Entretien
8 - Kij JOHNSON, Mêlée (Spar), pages 98 à 109, trad. Laurent QUEYSSI
9 - Sébastien CEVEY, Interview - Kij Johnson, pages 110 à 112, Entretien, trad. Laurent QUEYSSI

    Prix obtenus    
Mêlée : Nebula, nouvelle / Short story, 2009
 
    Critiques    
     Excellent numéro 3 de la revue téléchargeable Angle Mort. Très bon édito, sincère et qui suscite de nombreuses réflexions, tout à fait en phase avec ce qu'on attend d'un éditorial. Les quatre nouvelles sont sans exception d'un très bon niveau et très variées. Comme d'habitude, chacune est suivie d'une petite interview de son auteur.

     « Le Jardin des silences » de Mélanie Fazi est en quelque sorte inspiré de l'affaire Florence Rey/Audry Maupin (le texte rend aussi hommage à Johnny Cash, « Folsom Prison Blues », avec une rare élégance). Une nouvelle fascinante où le côté surnaturel est apaisant alors que le côté naturaliste tend vers l'étouffant. Ecriture élégante, puissante évocation de ce que peut être un parcours de braqueur amateur, belles ambiances parisiennes et une plongée dans la psychologie et les différences de perception d'un même événement qui évoque évidemment l'œuvre de Christopher Priest. Décidément, Mélanie Fazi n'écrit pas assez. L'interview de l'auteur, très touchante, très lumineuse, se distingue par son absence absolue de langue de bois.

     « Comme les femmes se battent » de Sara Genge (auteur hispano-américaine dont c'est la première traduction en français) est une nouvelle de S-F aux allures de fantasy nordique, un texte assez troublant qu'on croirait écrit par James Tiptree Jr (il comporte quelques points communs avec le texte d'Yves Meynard publié dans le numéro 178 de Solaris et critiqué plus loin). Dans un monde froid, dur, les hommes et les femmes se battent régulièrement pour posséder (comprendre : « glisser son esprit dans ») le corps féminin, enveloppe qui a visiblement à leurs yeux davantage de valeur que celle de l'homme. Le texte brasse divers thèmes, évidemment ceux de l'identité sexuelle et de la possession, mais il est aussi question de rapports parents/enfants, de transmission, de vie en communauté et de violence domestique. Peut-être trop de thèmes différents pour un texte si court. On lui reprochera aussi un style un peu falot. C'est le texte le plus faible des quatre (encore un peu brouillon), mais d'un niveau plus que correct. Une assez belle surprise.

     « Œuvre vécu d'Athanase Stedelijk, une monographie » de Léo Henry est un texte impossible ou presque à raconter, le « vécu » au masculin du titre n'est qu'une des énigmes de cette nouvelle où il est question d'un homme ordinaire fasciné par une galerie d'art extraordinaire (un homme qui appelle ses deux enfants « fille un » et « fille deux », sans majuscules). Dans l'interview qui suit la nouvelle, Léo Henry donne quelques clés (oniriques pour la plupart — cet auteur est fou, même quand il rêve). Au final, nul ne restera indifférent face à ce labyrinthe, équivalent littéraire d'un moyen-métrage de David Lynch. Un texte bien écrit, parfois stylistiquement sublime, des éclairs qui font du bien aux yeux.

     Le numéro se finit en toute beauté brutalité avec « Mêlée » de Kij Johnson, sorte de nouvelle pornographique où une terrienne et un extraterrestre informe, prisonniers d'une minuscule capsule de survie, passent littéralement leur temps à baiser, n'ayant trouvé aucun autre moyen de communication. Un texte audacieux qui aurait pu tomber complètement à plat et qui frappe, pour le moins. Une dangereuse vision à une époque où il y en a de moins en moins à se mettre sous la dent.

     Continuez les gars, vous êtes sur la bonne voie !

Thomas DAY
Première parution : 1/7/2011
dans Bifrost 63
Mise en ligne le : 9/2/2013


 
Base mise à jour le 24 septembre 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.