Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Nouvelles du Disque-Monde

Terry PRATCHETT


Cycle : Disque-Monde (les annales du)  vol. 42 

Traduction de Patrick COUTON
Illustration de Paul KIDBY

L'ATALANTE (Nantes, France), coll. La Dentelle du Cygne n° (291)
Dépôt légal : octobre 2011
128 pages, catégorie / prix : 1
ISBN : 978-2-84172-559-5   
Genre : Fantasy



    Quatrième de couverture    
     « Les nouvelles me coûtent sang et eau. J'envie ceux qui les écrivent avec facilité, du moins ce qui ressemble à de la facilité. Je serais étonné d'en avoir écrit plus de quinze dans ma vie. »

     Voici le premier livre réunissant l'ensemble des nouvelles de Terry Prat-chett qui appartiennent au corpus du Disque-monde. On y retrouve avec jubilation les mages de l'Université de l'Invisible, la Mort, les sommités d'Ankh-Morpork, les sorcières de Lancre, le Guet et même Cohen le Barbare.

    Sommaire    
1 - Rejet par l'Université de procédés diaboliques (A Collegiate Casting-Out of Devilish Devices), pages 7 à 16, trad. Patrick COUTON
2 - La Mort et tout ce qui s'ensuit (Death and What Comes Next), pages 17 à 22, trad. Patrick COUTON
3 - Minutes de la réunion en vue de concrétiser le projet de fédération de scouts d'Ankh-Morpork (Minutes of the Meeting to Form the Proposed Ankh-Morpork Federation of Scouts), pages 23 à 29, trad. Patrick COUTON
4 - La Mer et les petits poissons (The Sea and Little Fishes), pages 30 à 96, trad. Patrick COUTON
5 - Le Théâtre de la cruauté (Theatre of Cruelty), pages 97 à 105, trad. Patrick COUTON
6 - Drame de troll (Troll Bridge), pages 107 à 124, trad. Patrick COUTON

    Cité dans les Conseils de lecture / Bibliothèque idéale des oeuvres suivantes :    
 
Jean-Pierre Fontana : Sondage Fontana - Fantasy (liste parue en 2002)  pour la série : Disque-Monde (les annales du)

 
    Critiques    
     « Les nouvelles me coûtent sang et eau. J'envie ceux qui les écrivent avec facilité, du moins ce qui ressemble à de la facilité. » Ainsi parle Terry Pratchett en préambule de l'une de ses nouvelles, et ce recueil ne pourra que confirmer qu'il a parfaitement raison : il est beaucoup moins à l'aise que dans les romans. Les premiers textes sont, à ce titre, édifiants : « Rejet par l'université de procédés diaboliques » et «  Minutes de la réunion en vue de concrétiser le projet de fédération de scouts d'Ankh-Morpork », similaires par leur forme, reposent sur une idée très maigre, dont l'auteur ne tire aucun développement intéressant, réussissant à grand-peine à nous soutirer un sourire, et se sabordent par des fins très mal fichues. « La Mort et tout ce qui s'ensuit » est un brin plus intéressant, mas ne casse pas trois pattes à un canard : la Mort qui philosophe sur le chat de Schrödinger, ça peut être intéressant, mais sur quatre pages, ça tourne trop vite court. Vient alors le premier texte un tant soit peu intéressant du recueil, « La Mer et les petits poissons », qui se trouve être – ô surprise – la plus longue nouvelle du recueil, une novella originellement publiée dans l'anthologie Légendes de Robert Silverberg. Mémé Ciredutemps, vexée que Nanou Ogg ait eu une pomme nommée en son honneur, décide de faire le nécessaire pour prétendre elle aussi à cette distinction ; elle devient donc prévenante, attentive, mais un tel comportement, inhabituel de sa part, met mal à l'aise tout son entourage. Pratchett retrouve ici son talent pour camper une savoureuse galerie de personnages. « Le théâtre de la cruauté » retrouve les travers des premiers textes : trop court, il ne laisse pas à l'intrigue policière le temps de s'installer, et aux personnages celui d'acquérir un peu d'épaisseur. Le fait qu'il ait été écrit pour W.H. Smith, dans une forme très courte imposée, ne doit certes pas améliorer les choses. Le recueil se termine par « Drame de troll », très clairement le texte le plus réussi du lot, et du reste déjà publié sous forme de plaquette par L'Atalante : Cohen le barbare rencontre un troll chargé de garder son pont, l'un des derniers de son espèce. S'ensuit une discussion drolatique et nostalgique sur la perte des repères.
     Bref, Nouvelles du Disque-Monde s'avère être un recueil très décevant, dont les deux textes les plus intéressants sont des rééditions, les inédits n'ayant strictement aucun intérêt. On réservera donc ce livre aux seuls complétistes du Disque-Monde, et même à ceux-là, on conseillera de se replonger dans la lecture des romans des Annales, autrement plus intéressants.

Bruno PARA (lui écrire)
Première parution : 1/11/2011 nooSFere


 
     Si vous l'ignorez encore, le monde est un disque posé sur quatre éléphants, eux-mêmes placés sur le dos d'une tortue qui erre à travers l'univers. Si vous voulez en savoir plus et hésitez à aborder un roman du Disque-Monde, ce petit ouvrage est une occasion toute trouvée pour y jeter un œil. Quant à ceux qui sont déjà familiers de cet univers, réjouissez-vous : Terry Pratchett est aussi à l'aise dans le format de la nouvelle que dans celui du roman. Même s'il nous dit que « les nouvelles (lui) coûtent sang et eau » et qu'il « envie ceux qui les écrivent avec facilité », expliquant ainsi la rareté de ce genre de textes dans sa bibliographie. Et à la lecture de ce recueil, on ne peut que le regretter.
     Sur les cinq nouvelles présentées ici, quatre ont pour personnage principal une des figures célèbres du Disque-Monde. Avec, par ordre d'apparition : l'Université de l'Invisible et son cortège de mages plus intéressés par leur estomac que par le bien commun ; la Mort, de sexe masculin, tout le monde le sait ; le capitaine Carotte, Côlon, Chicard et Détritus, nobles représentants du Guet municipal d'Ankh-Morpork. Et, à tout seigneur tout honneur (d'ailleurs, il vaut mieux ne pas la vexer), Mémé Ciredutemps. Elle a droit à la nouvelle centrale, la plus longue aussi (près de la moitié du recueil). On assiste avec une certaine délectation à un duel entre cette vieille sorcière et une de ses condisciples, toute prête à la mettre à la retraite. Erreur fatale ! Elle recevra très vite une leçon à base de « têtologie ». Efficace, comme d'habitude.
     Enfin, pour boucler le recueil, un « étranger » à cet univers. Mais dont l'original est bien connu de tous : Cohen le Barbare, proche de la fin, veut effectuer un baroud d'honneur. Hélas pour lui, chez Pratchett, rien ne tourne comme prévu. Même les trolls ne sont plus ce qu'ils étaient !
     Une dernière remarque : à la lecture de certains titres, il est évident que l'auteur, s'il est parvenu à écrire des textes courts, n'a pas trouvé la formule pour les titres : « Rejet par l'Université de procédés diaboliques » ou « Minutes de la réunion en vue de concrétiser le projet de Fédération de scouts d'Ankh-Morpork » (aussi longs en VO qu'en VF) ! Mais que cela ne vous empêche pas de vous précipiter sur cette petite sucrerie, à déguster sans modération.

Raphaël GAUDIN
Première parution : 1/7/2012 dans Bifrost 67
Mise en ligne le : 5/12/2015

 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
retour en haut de page
Dans la nooSFere : 64896 livres, 63159 photos de couvertures, 59605 quatrièmes.
8086 critiques, 35552 intervenant·e·s, 1416 photographies, 3682 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.