Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Les Enfants du mirage - tome 2

ANTHOLOGIE

Textes réunis par Richard COMBALLOT



Illustration de Philippe CAZA

NATURELLEMENT , coll. Fictions n° (18)
Dépôt légal : mai 2002
Anthologie, 464 pages, catégorie / prix : 23 €
ISBN : 2-910370-94-1   
Genre : Science-Fiction

Le tome 3, annoncé, n'est finalement jamais paru.



    Quatrième de couverture    
     Lionel Evrard, Jacques Boireau, Philippe Curval, Serge Brussolo, Francis Berthelot, Jean-Pierre Andrevon, Emmanuel Jouanne, Alain Dorémieux, Sylviane Corgiat, Bruno Lecigne, Daniel Martinange, Pierre Stolze, Raymond Milési, Richard Canal, Yves Frémion, Jean-Pierre Hubert, Jacques Barbéri, Henry-Luc Planchat, René Durand, Jacques Mondoloni, Daniel Walther, Guy Grudzien, Colette Fayard, Gérard Klein, Michel Jeury, Jean-Pierre Vernay, Joëlle Wintrebert et Michel Demuth.

     Ils sont vingt-huit, venus de tous les horizons, à avoir été retenus pour ce best-of de la SF française des eighties avec leurs meilleures histoires, issues des revues, des anthologies et recueils de l'époque, et dont la majorité n'avaient jamais été rééditées depuis leur publication initiale.
     Comme l'avance P. Curval dans sa préface, la SF française vécut dans les années 80 « une exaltante, stimulante, période de renaissance » et fit preuve d'une « réaction salutaire ». « Devant la vulgarisation du genre, j'oserai dire sa dissolution dans l'évier médiatique, une sérieuse distanciation devenait nécessaire pour restituer à l'écriture son pouvoir créatif », pour « restituer la pulsion initiale, révolutionnaire et spéculative, de la Science-Fiction à son vrai public. »
     Et Curval de conclure, au sujet de la SFF des années 80 : « On peut à son propos parler sans hésiter d'âge d'or de la SF en France, tant sa production est féconde, sa palette d'auteurs diverse ».

     Spécialiste de la Science-Fiction française contemporaine, Richard Comballot se passionne depuis toujours pour les littératures dites « de genre » et collabore depuis une quinzaine d'années à de nombreuses revues (Fiction, L'écran Fantastique, Brèves, Nouvelle Donne, Lecture Jeune, Ténèbres, Bifrost, etc.).
     Il a fait paraître une dizaine de collectifs et recueils (Serge Brussolo, Jacques Barbéri, Daniel Walther), une monographie sur le dessinateur Philippe Caza, et planche sur plusieurs ouvrages, parmi lesquels l'histoire d'une célèbre revue de BD

    Sommaire    
1 - Richard COMBALLOT, Introduction, pages 7 à 9, introduction
2 - Philippe CURVAL, L'Expérience du vivant, pages 11 à 24, préface
3 - Lionel ÉVRARD, Le Clavier incendié, pages 25 à 37, nouvelle
4 - Jacques BOIREAU, Quelques pas en arrière entre Styx et Achéron, pages 39 à 50, nouvelle
5 - Philippe CURVAL, Un voyage objectif, pages 51 à 63, nouvelle
6 - Serge BRUSSOLO, Subway, éléments pour une mythologie du métro, pages 65 à 78, nouvelle
7 - Francis BERTHELOT, Le Parc zoonirique, pages 79 à 87, nouvelle
8 - Jean-Pierre ANDREVON, Rien qu'un peu de Cendre, et une ombre portée sur un mur, pages 89 à 100, nouvelle
9 - Emmanuel JOUANNE, Quand le Cancer fera de toi une forteresse, voisin, sauras-tu retrouver la douceur de tes paysages et la naïveté des dessins de ton enfance ?, pages 101 à 113, nouvelle
10 - Alain DORÉMIEUX, L'Homme qui a gagné la mer, pages 115 à 125, nouvelle
11 - Sylviane CORGIAT, Les Naufrageurs, pages 127 à 137, nouvelle
12 - Bruno LECIGNE, La Femme escargot allant au bout du monde, pages 139 à 145, nouvelle
13 - Daniel MARTINANGE, Laura, pages 147 à 161, nouvelle
14 - Pierre STOLZE, L'Amour des étoiles, pages 163 à 171, nouvelle
15 - Raymond MILÉSI, Le Fils est de retour, pages 173 à 186, nouvelle
16 - Richard CANAL, Mille soleils, pages 187 à 204, nouvelle
17 - Yves FRÉMION, Fille de joie, fille de tristesse, pages 205 à 223, nouvelle
18 - Jean-Pierre HUBERT, L'Aube des autres, pages 225 à 250, nouvelle
19 - Jacques BARBÉRI & Henry-Luc PLANCHAT, Concordance des temps dans un lieu-dit, pages 251 à 266, nouvelle
20 - René DURAND, Je suis le Savant fou et ma maman est un requin, pages 267 à 272, nouvelle
21 - Jacques MONDOLONI, L'Amour est transi à moins deux cents, pages 273 à 287, nouvelle
22 - Henry-Luc PLANCHAT, Gisant (une variation), pages 289 à 292, nouvelle
23 - Daniel WALTHER, Les Cartographes du désert bleu, pages 293 à 332, nouvelle
24 - Jacques BARBÉRI, La Mort en ce jardin tel un pilote en son navire, pages 333 à 343, nouvelle
25 - Guy GRUDZIEN, Le Visage trop net, pages 345 à 355, nouvelle
26 - Colette FAYARD, L'Anniversaire, pages 357 à 369, nouvelle
27 - Gérard KLEIN, Mémoire vive, mémoire morte, pages 371 à 392, nouvelle
28 - Michel JEURY, La Vallée du temps profond, pages 393 à 397, nouvelle
29 - Jean-Pierre VERNAY, La Petite fille et le Jardinier, pages 399 à 406, nouvelle
30 - Joëlle WINTREBERT, Hurlegriffe, pages 407 à 423, nouvelle
31 - Emmanuel JOUANNE & Jean-Pierre VERNAY, Eh ! Et si l'Amour des étoiles avait plus de rapports avec la chair qu'on ne le croit ?, pages 425 à 437, nouvelle
32 - Michel DEMUTH, Dans le ressac électromagnétique, pages 439 à 452, nouvelle

    Prix obtenus    
Le Clavier incendié : Rosny aîné, nouvelle / Short story, 1984
La Femme-escargot allant au bout du monde : Grand Prix de l'Imaginaire, nouvelle / Short story, 1981
Mémoire vive, mémoire morte : Grand Prix de l'Imaginaire, nouvelle / Short story, 1987, Rosny aîné, nouvelle / Short story, 1987
Le Parc zoonirique : Grand Prix de l'Imaginaire, nouvelle / Short story, 1988
Subway, éléments pour une mythologie du métro : Rosny aîné, nouvelle / Short story, 1981
 
    Critiques    
[Chronique portant sur Les Enfants du Mirage 1 & 2]

     (Petit préambule : le signataire de cette chronique connaît une bonne part des écrivains ici représentés, entretient des relations d'amitié ou de travail avec certains d'entre eux, a publié dans son fanzine un des textes repris dans ces recueils... bref, l'objectivité de mise paraît hors d'atteinte. Merci au lecteur averti d'en tenir compte.)

     Le projet : donner à lire (une fois le troisième volume de cette série paru) une sélection de trente ans de S-F française. Déjà, ce simple énoncé appelle plusieurs commentaires.
     1. La sélection est partielle, ou partiale, car Richard Comballot, sous couvert de démontrer une spécificité de la S-F française, privilégie les auteurs les plus « indigènes » culturellement parlant, les moins ressemblants au modèle anglo-saxon, ce qui l'amène à choisir des textes... eh bien, parfois un peu franchouillards.
     2. La période concernée est un peu bancale. Trente ans ? Il paraît des nouvelles de S-F française — je veux dire : clairement identifiées comme telles dans des publications spécialisées — depuis le milieu des années cinquante. De 1954 à 1970, deux revues en ont ainsi donné d'abondance, Satellite et surtout Fiction. Il y avait donc matière.
     3. Pourquoi se limiter à l'Hexagone, quand la S-F de notre pays a su s'ouvrir depuis longtemps à la Francophonie, souvent avec profit ? La Belgique et plus récemment le Canada ont fourni d'excellents auteurs, lesquels, publiés à égalité avec les écrivains du crû, ont participé au dialogue toujours renouvelé qui est la S-F d'une langue spécifique.
     Mais admettons... Une anthologie, c'est un ensemble de choix.

     Parlons donc des objets, sans doute les plus beaux livres publiés à ce jour par Naturellement : deux énormes pavés illustrés de couvertures de Caza, rehaussés d'une maquette séduisante, et proposés à des prix tout à fait raisonnables. Il y a là des atouts non négligeables.
     Le premier volume couvre les années soixante-dix. On y retrouve, de fait, la plupart des auteurs majeurs de la décennie (Andrevon, Curval, Demuth, Douay, Hubert, Jeury, Léourier, Pelot, Renard, Walther), quelques-uns de ceux qui feront l'actualité de la suivante (Barbéri, Brussolo, Frémion, Wintrebert), des francs-tireurs doués mais peu prolixes (Alain Dorémieux, Bernard Mathon, Gilbert Michel, Henry-Luc Planchat), et quelques auteurs franchement dispensables dans un tel contexte (Christian Vilà, alors débutant, Bernard Blanc, devenu depuis un excellent traducteur, René Durand, reconverti avec bonheur dans le scénario de BD).
     Le problème, c'est qu'il y a là, même pour les auteurs reconnus, des textes un peu curieux. Jeury est ainsi représenté par une nouvelle atypique et, avouons-le, plutôt mineure, Douay et Andrevon dans leur veine « politique » première manière ont assez mal vieilli, Dorémieux joue à Ballard avec talent mais a donné ailleurs des textes autrement plus personnels, Barbéri a fait beaucoup mieux depuis, etc. Au bout du compte, c'est dans l'exhumation de perles dont personne ou presque ne se souvient que l'entreprise prend son sens : les textes de Léourier, Grimaud, Mathon, Michel, Christin ou Planchat, par exemple. Ce sont ces auteurs, depuis réduits au silence ou partis vers d'autres domaines, qui sont montrés sous leur meilleur jour. Un symptôme ? Se détachent aussi quelques réussites majeures, tels « La Créode » de Wintrebert, « Permis de mourir » de Curval, « Petite mort petite amie » de Frémion, une « Galaxiale » de Demuth et... heu, c'est tout. Le niveau d'ensemble, malgré quelques ratages, surtout dans le champ de la S-F « militante », reste toutefois convenable.

     On sent Comballot beaucoup plus à l'aise sur les années quatre-vingt, qu'il connaît sans doute mieux pour avoir débuté dans le domaine au début de la décennie (je suis dans le même cas ; ceci explique peut-être cela). À moins que la S-F hexagonale n'ait fini, ces années-là, par se mieux définir.
     Par ordre alphabétique, on portera au tableau d'honneur Andrevon, plus intimiste et fantastique ; Barbéri, ici égal à lui-même ; Berthelot, avec un chef-d'œuvre issu de Malgré le monde, le recueil collectif et contesté du groupe Limite ; Brussolo, qu'on a connu moins inspiré ; Canal, l'une des révélations de la période avec Dunyach (présent virtuellement au sommaire) ; Demuth, et son texte rare et fort et superbe ; Evrard, la voix la plus originale de la période ; Frémion, toujours poétique et sensuel ; Jouanne, avec un de ses plus beaux titres ; Klein, qui signait un retour fracassant qu'on espère toujours avec lendemain ; et Hubert, et Planchat, et Stolze, et Vernay, et Wintrebert, et de bons exemples de ceux qu'on qualifiait alors de « néo-formalistes », comme Bruno Lecigne, Sylviane Corgiat ou Daniel Martinange. Ici, il y a moins de canards boiteux, même si — mais ce n'est qu'une question de goût — les nouvelles de Jacques Mondoloni et Colette Fayard me semblent déparer l'ensemble. Et je n'ai même pas cité tout le monde !
     Enfin, un mot sur les préfaces chaleureuses et engagées d'Andrevon et de Curval, respectivement, deux acteurs incontournables qui élucident le contexte avec profit.

     À les relire, ces lignes forcément personnelles (cf. préambule) trahissent une grande perplexité. Mais je crois que le lecteur trouvera son compte dans ces recueils en décidant par avance de ce qu'il y recherche : s'il souhaite le meilleur de la S-F française, ses « chefs-d'œuvre » comme le proclame imprudemment le sous-titre de cette série, je crois qu'il devrait leur préférer les volumes francophones de la « Grande anthologie... », au Livre de Poche, ou Les Navigateurs de l'impossible, chez ISF, qui rassemble les prix Rosny (volume critiqué plus avant) ; s'il veut une véritable vue en coupe de la science-fiction nationale, un échantillon représentatif — qualités et défauts — , l'entreprise, utile, effectuée par Comballot paraît plus aboutie, surtout dans son deuxième volume.
     Bref, littérature ou histoire, chacun aura ici à boire et à manger, mais devra se pencher sur le menu avec discernement.

Pierre-Paul DURASTANTI (lui écrire)
Première parution : 1/10/2002 dans Bifrost 28
Mise en ligne le : 1/11/2003


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 69596 livres, 78385 photos de couvertures, 64705 quatrièmes.
8417 critiques, 36939 intervenant·e·s, 1477 photographies, 3711 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.