Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
L'Effet Lazare

Frank HERBERT & Bill RANSOM

Titre original : The Lazarus Effect, 1983
Première parution : New York, USA : G. P. Putnam's Sons, juin 1983
Cycle : Programme conscience  vol. 3 

Traduction de Guy ABADIA
Illustration de MANCHU

LIVRE DE POCHE (Paris, France), coll. SF (2ème série, 1987-) n° 7102
Dépôt légal : mai 1999
Roman, 544 pages, catégorie / prix : LP15
ISBN : 2-253-04862-3
Format : 11,0 x 18,0 cm
Genre : Science-Fiction



Quatrième de couverture
Les océans de Pandore ont jadis été habités par un être immense et intelligent, le varech Avata. Mais les humains qui ont entrepris de coloniser Pandore ont détruit Avata et découvert à leurs dépens que le varech régulait la turbulence des océans. Les flots ont érodé les continents.
Les Siréniens qui habitent les profondeurs de la mer et les Iliens qui vivent sur d'immenses radeaux semi-vivants parviendront-ils à surmonter leurs différences pour ressusciter Avata ?
Il y faudra l'amour du poète Panille et de Karen la Sirénienne.
 
   Frank Herbert, l'auteur de Dune, poursuit avec Bill Ransom la série commencée avec Destination : vide et continuée par L'Incident Jésus, qui réunit les thèmes de l'intelligence artificielle et de l'ordinateur devenu dieu, de la conquête d'un monde étrange et dangereux, et de l'évolution de l'humanité à travers ses propres manipulations génétiques.
Critiques des autres éditions ou de la série
Edition Robert LAFFONT, Ailleurs et demain (1984)

     Destination : vide et L'incident Jésus, les deux premiers tomes de cette trilogie (affirmation hasardeuse de nos jours, les trilogies se transformant facilement en tétra, voire pire...), sont parus chez Laffont en 1981. Le premier volume jouait quelque peu de l'apprenti sorcier, traitant de la création d'une intelligence artificielle qui (inévitablement ?) échappe à ses concepteurs. Le vaisseau-ordinateur Nef s'attribuait aussitôt un caractère divin. Le deuxième tome, signé Herbert/Ransom, était le lieu d'une réflexion intelligente sur la divinité et l'esprit religieux. Nef abandonnait les hommes sur une terre hostile, Pandore, en leur permettant ainsi (s'ils le désiraient vraiment) de couper le cordon ombilical qui va du dieu à ses créatures. Livrés à eux-mêmes, les humains ont aussitôt rejoué le premier mythe, en créant cette fois une floraison de mutations génétiques.
     Lorsque s'ouvre L'effet Lazare, Pandore n'est plus qu'un océan. Les descendants des clones qui peuplaient Nef ont formé deux peuples antagonistes : les Siréniens proches du type humain originel, réfugiés sous l'océan et détenteurs de la technologie de pointe, et les Iliens majoritairement mutants, vivant sur des îles organiques dans la plus extrême pauvreté.
     Le récit extrêmement fragmenté (certains chapitres font à peine deux pages) sera celui d'un affrontement, Herbert et Ransom ont posé une situation de crise : les Siréniens prêts à reconquérir Pandore (création de nouveaux continents, manipulation du varech reconstitué qui peuplait jadis la planète) ne désirent nullement se laisser contaminer par les tares génétiques des Iliens. Les plus extrémistes envisagent même quelque chose comme un génocide. Et autour de Pandore gravitent les caissons d'hibernation qui contiennent sans doute toutes les richesses de Nef en connaissances comme en « matériel » génétique pur.
     La description des enjeux, des forces en présence et des moyens mis en œuvre pour s'approprier le pouvoir est menée avec une justesse remarquable : loin d'un récit d'aventures (ce qu'il est pourtant, et captivant) L'effet Lazare fait toucher du doigt les réels mécanismes (souvent économiques) d'un conflit politique. L'un des protagonistes affirme cyniquement que le maître des chaînes d'alimentation sera le maître de ce monde, et nous voilà bien loin de la banale histoire d'ambition. La description des liens de dépendance commerciale des Iliens vis-à-vis des Siréniens est des plus précise La lucidité semble une caractéristique première de cet ouvrage.
     Au-delà de l'intrigue première, deux motifs courent d'un bout à l'autre du roman : le racisme et le statut de la conscience. Le varech reconstitué par les Siréniens va peu à peu recouvrer également son état ancien de conscience collective, grâce aux humains porteurs de ses gênes. L'océan de Pandore redevient vivant et conscient. Mais le varech a appris et veut tenter de vivre en harmonie avec les hommes. Une harmonie qui transcende la vie et la conscience, puisque les organismes défunts donnés au varech transfèrent en lui leur esprit.
     Ce livre est également un grand plaidoyer anti-raciste. Pandore et ses habitants ne peuvent survivre qu'unis, dans une dépendance qui nécessite la plus grande tolérance envers les différences des uns et des autres. Admirable symbole : les Siréniens, qui se croient les dépositaires du patrimoine humain originel, seront perçus par les clones sortis de leurs caissons sur un plan de totale égalité avec les Iliens — égalité dans la déformation génétique ! On est toujours l'étranger de quelqu'un !
     L'effet Lazare est également une galerie de personnages savamment campés, dont les rapports personnels vont évidemment nouer révolution des affrontements généraux. Ainsi de l'amour entre la Sirénienne Scudi et l'Ilien Brett, comme de l'ambassadrice Kareen et du poète Panille (projection de Bill Ransom ?). La construction du récit, multipliant les points de vue. offrant des réflexions intérieures et scandant le tout d'exergues parfois subtilement choisies (ainsi de La poétique de la rêverie de Bachelard figurant dans l'imaginaire Manuel du psychiatre-aumônier), achève de donner à ce livre une efficacité romanesque totale. On ne s'ennuie pas, et ce qui est mieux, cette écriture habile donne à lire des réflexions importantes sur l'homme, la connaissance et la tolérance. Tous les gros romans US ne sont hélas pas de ce calibre.

Dominique WARFA (lui écrire) (site web)
Première parution : 1/11/1984
dans Fiction 356
Mise en ligne le : 16/5/2003

Critique de la série par Jean-Pierre LION
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 78602 livres, 90549 photos de couvertures, 74566 quatrièmes.
8864 critiques, 42698 intervenant·e·s, 1658 photographies, 3770 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2022. Tous droits réservés.