Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Émissaires des morts

Adam-Troy CASTRO

Cycle : Andrea Cort vol. 1 

Traduction de Benoît DOMIS
Illustration de MANCHU

ALBIN MICHEL (Paris, France), coll. Albin Michel Imaginaire
Date de parution : 7 janvier 2021
Dépôt légal : janvier 2021, Achevé d'imprimer : décembre 2020
Première édition
Recueil de romans, 720 pages, catégorie / prix : 26,90 €
ISBN : 978-2-226-44370-0
Format : 14,0 x 20,5 cm
Genre : Science-Fiction

Conception graphique : Luc Doligez.
Prévu initialement pour mai 2020, mais reporté suite à la pandémie de coronavirus.



Quatrième de couverture

Un space opera coup-de-poing situé dans un futur lointain,
celui du Système Mercantile, où le racisme,
la guerre, l'esclavagisme et la corruption
n'ont pas pris fin, bien au contraire.

Quand elle avait huit ans, Andrea Cort a été témoin d'un génocide. Pis, après avoir vu ses parents massacrés, elle a rendu coup pour coup. En punition de ses crimes, elle est devenue la propriété perpétuelle du Corps diplomatique. Où, les années passant, elle a embrassé la carrière d'avocate, puis d'enquêtrice pour le bureau du procureur.
Envoyée dans un habitat artificiel aussi inhospitalier qu'isolé, où deux meurtres viennent d'être commis, la jeune femme doit résoudre l'affaire sans créer d'incident diplomatique avec les intelligences artificielles propriétaires des lieux. Pour ses supérieurs, peu importe quel coupable sera désigné.
Mais les leçons qu'Andrea a apprises enfant ont forgé l'adulte quelle est devenue : une femme pour le moins inflexible, qui ne vit que pour une chose, « combattre les monstres ».

ADAM-TROY CASTRO est l'auteur d'une vingtaine de romans et de cinq recueils de nouvelles. La trilogie Andrea Cort (Émissaires des morts, La Troisième griffe de Dieu, La Guerre des Marionnettes) est son œuvre la plus connue. Émissaires des morts a reçu le prix Philip K. Dick.

Sommaire
Cacher les différentes éditions des textes
1 - Gilles DUMAY, Avant-propos, pages 7 à 8, introduction
Inédit.

2 - Avec du sang sur les mains (With Unclean Hands, 2011), pages 9 à 75, nouvelle, trad. Benoît DOMIS
Inédit.

3 - Une défense infaillible (Tasha's Fail-Safe, 2015), pages 77 à 125, nouvelle, trad. Benoît DOMIS
Inédit.

4 - Les Lâches n'ont pas de secret (The Coward's Option, 2016), pages 127 à 196, nouvelle, trad. Benoît DOMIS
Inédit.

5 - Démons invisibles (Unseen Demons, 2002), pages 197 à 307, nouvelle, trad. Benoît DOMIS
Inédit.

6 - Émissaires des morts (Emissaries from the Dead, 2008), pages 309 à 709, roman, trad. Benoît DOMIS
Inédit.

Critiques

Les aventures d'Andrea Cort se situent dans un univers de space-opera où l'Humanité (les "Homsaps") cohabite avec diverses races extra-terrestres, chacune dotée de sa propre biologie, de sa propre culture, de sa propre morale. Les Homsaps ont donc créé le Corps diplomatique qui gère de multiples ambassades sur les mondes les plus exotiques.
Quatre nouvelles servent d'introduction au roman qui donne son titre au recueil. À travers ces textes, on découvre à différents moments de sa carrière une enquêtrice très spéciale du Bureau du Procureur au sein du Corps diplomatique.
Andrea Cort a ceci de particulier que, enfant, elle a été témoin d'un génocide entre des Humains et une espèce extra-terrestre. Pire encore, elle y a participé, puisqu'elle a tué de ses propres mains son père adoptif. Traumatisée par ce passé, perçue comme un monstre par tous ses congénères humains et par nombre d'extra-terrestres qu'elle côtoie dans son travail, elle s'est bâti des défenses sous forme d'une misanthropie aussi épaisse qu'un blindage.
Dans la plupart des textes, elle intervient dans des ambassades où les Homsaps ont commis des crimes, ce qui l'oblige à résoudre non seulement un casse-tête juridique, mais aussi une crise diplomatique. À chaque fois, la confrontation aux cultures et morales extraterrestres engendre un lot de problèmes éthiques en apparence inextricables.

La plupart des nouvelles sont assez classiques mais se lisent avec plaisir. Elles servent avant tout à bâtir le personnage d'Andrea dans toute sa complexité et à rendre le lecteur familier tant avec la bureaucratie du Corps diplomatique qu'avec les différentes civilisations extra-terrestres. Comme une sorte de prélude au roman Émissaires des morts, Démons invisibles pose enfin des enjeux forts, à la fois pour l'histoire personnelle d'Andrea Cort et pour l'univers. C'est un texte efficace, bien rythmé, qui traite avec finesse de la question de l'impossible communication entre les Terriens et une race extra-terrestre à l'insupportable placidité.

Le roman est un huis-clos situé dans un habitat artificiel, sorte de cylindre de O'Neill perverti par un fantasme acrophobe. Construit par un collectif d'intelligences artificielles affranchies de toute tutelle, il est peuplé par une espèce créée par génie génétique. Seule une mission scientifique humaine est autorisée à vivre avec eux. Le récit est une sorte de whodunnit sur fond de tensions diplomatiques : non seulement Andrea doit trouver le coupable de la mort en mission de deux agents du Corps diplomatique, mais elle doit éviter que son enquête ne crée un incident avec les IA maîtres des lieux. Dans l'ambiance étouffante d'un avant-poste isolé où des fonctionnaires médiocres macèrent dans leurs rancœurs, Andrea évoluera, apprendra à s'ouvrir aux autres tout en découvrant une part de la vérité sur le massacre qui l'a traumatisée dans son enfance.

Au final, ce roman et les nouvelles qui le précèdent forment un ensemble de récits efficaces et agréables à lire. Malgré la présence des ingrédients classiques du space-opera, on peine à y trouver le sense of wonder, le vertige cosmologique que savent faire naître les grands textes de SF . Il ne faut pourtant pas passer à côté de Émissaires des morts : avec un personnage complexe, torturé et au final très émouvant comme Andrea Cort, avec un univers riche où le cynisme et la Realpolitik gouvernent les relations diplomatiques, avec ses questionnements éthiques, ce livre mérite le détour et permet de découvrir un auteur qui sait bâtir des histoires prenantes, à mi-chemin entre le space-opera et le roman policier.

 

Jean-François SEIGNOL
Première parution : 23/3/2022 nooSFere

Prix obtenus
Philip K. Dick, Roman, 2009


retour en haut de page

Dans la nooSFere : 76670 livres, 87855 photos de couvertures, 72521 quatrièmes.
8552 critiques, 41747 intervenant·e·s, 1594 photographies, 3744 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2022. Tous droits réservés.