Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Fiche livre    

City

Joël HOUSSIN

Science Fiction  - Illustration de Angus McKIE
FLEUVE NOIR / FLEUVE Éditions, coll. Anticipation n° 1235, dépôt légal : mai 1983
192 pages, catégorie / prix : nd, ISBN : 2-265-02333-7
Couverture

    Quatrième de couverture    
     La solution se trouve dans l'oeil de la mort.
     Cherchez-la.
     Mais prenez vos précautions.
     La mort vous guette.

 
    Critiques    
     Il y a beaucoup de Mad Max dans City, même si le cadre en est urbain, et si Stanton n'est pas Intercepteur, mais, plus directement, « nettoyeur ». Houssin a toujours aimé le cadre des grandes villes déliquescentes du proche futur — le néon dans la gadoue — et il s'en donne à cœur joie à décrire la « City », peuplée d'être retors ou monstrueux, abjects ou simplement démissionnaires. Le meilleur de son roman est dans les portraits qu'il trace des marginaux, les Staks, les Spéciaux, les Rampants, de tous ces mutants qui se transforment en reptiles ou en chauves-souris, et d'où émergent quelques grandes figures, comme La Mort, un cavalier de l'Apocalypse motorisé, qui a dressé des créatures gélatineuses innommables, ou comme le Président lui-même, au nom improbable d'Armenyam Dum Dum Forest, ancien boxeur, ou encore le Gouverneur, Runtroepe, « hallucinante masse de graisse et de corruption ».
     Le mouvement du récit est la convergence — passage des bandes de circulation extérieure au building suprotégé de la Xerox (une multinationale dont le nom doit être un clin d'oeil à une BD célèbre que Houssin doit adorer tellement elle colle à son univers), mais il est simplement dommage que cette convergence soit atteinte de pelade thématique à mesure qu'elle se resserre : comme souvent, mais ici plus encore que de coutume, le roman s'arrête brutalement au moment où on voudrait continuer à le chevaucher. Les 180 pages standard du Fleuve bloquent la création de l'auteur qui, de temps à autre, devrait interrompre sa production-fleuve pour se lancer, ailleurs, dans un ouvrage de plus vaste envergure qu'on attend de lui.


Jean-Pierre ANDREVON (lui écrire)
Première parution : 1/12/1983
dans Fiction 346
Mise en ligne le : 10/5/2002


 
Base mise à jour le 9 septembre 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.