Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Les Mille et un fantômes

Alexandre DUMAS


Illustration de (non mentionné)

MARABOUT - GÉRARD , coll. Bibliothèque Marabout - Géant n° G228
Dépôt légal : 1965
Roman, 768 pages, catégorie / prix : nd
ISBN : néant
Genre : Fantastique



Quatrième de couverture
     Ce recueil d'histoires fantastiques, cette galerie de portraits insolites appartient à l'œuvre négligée, mais très belle, de Dumas, où se retrouvent le même talent narratif, le même génie du « suspense » qu'on célèbre dans ses romans historiques. Plus appliqué, cependant, que dans ses fresques, plus soucieux de style, l'auteur s'y révèle l'égal des plus grands écrivains de l'étrange... (suite au verso)

     (suite de la page 4 de couverture)
     Les « Mille et un Fantômes » groupent sept contes plus fascinants l'un que l'autre qui, tantôt nous plongent dans le fantastique proprement dit, tantôt nous livrent des portraits (dont celui, admirable, de Charles Nodier), ou nous relatent des souvenirs insolites. Ce qui nous frappe, dans ces histoires, c'est le naturel d'Alexandre Dumas, son humeur de bon vivant et son respect de l'amitié. Dans sa préface Hubert Juin souligne ces qualités tout en indiquant les rencontres entre personnages réels et les héros des contes. Et ce n'est pas un des moindres attraits du volume que de nous introduire dans l'intimité de Dumas, de nous restituer un peu de cette époque romantique par la confidence de ses protagonistes.
     Passionnant de bout en bout, ce recueil presque inconnu — puisqu'il ne fut jamais réédité — gagnera à Dumas bien des sympathies tout en comblant de joie les fanatiques de l'inépuisable auteur.

     ALEXANDRE DUMAS est né à Villers-Cotterêts en 1803 et mort à Puys en 1870. Il « produisit » romans sur romans avec une rapidité telle que ses œuvres remplissent plus de cent volumes et qu'il s'est vanté un jour auprès de Napoléon III d'avoir écrit douze cents livres. Il dirigeait en fait une véritable manufacture où de nombreux collaborateurs, comme Auguste Maquet rédigeaient sur ses schémas le gros œuvre de ses romans ; mais il y ajoutait énormément, leur infusant tout son génie fait de verve prodigieuse, d'entrain facile, de bonheur dans la mise en scène, de dialogues spirituels et toujours en mouvement, d'un récit léger qui enlève l'obstacle sans jamais faiblir. Comme le dit Sainte-Beuve, « il couvre d'immenses toiles sans fatiguer jamais son pinceau ni son lecteur ». Ses œuvres les plus célèbres ont été publiées dans Marabout Géant (voir liste en début de volume).
Sommaire
Afficher les différentes éditions des textes
1 - Hubert JUIN, Préface, pages 5 à 11, préface
2 - Les Mille et un fantômes, pages 13 à 167, nouvelle
3 - La Femme au collier de velours, pages 169 à 326, roman
4 - Les Mariages du père Olifus, pages 327 à 499, roman
5 - Le Testament de M. de Chauvelin, pages 501 à 605, nouvelle
6 - Un dîner chez Rossini, pages 607 à 640, recueil de nouvelles
7 - Les Gentilshommes de la Sierra-Morena, pages 641 à 683, nouvelle
8 - Le Lièvre de mon grand-père, pages 685 à 758, nouvelle
Critiques des autres éditions ou de la série
Edition LES BELLES LETTRES, Le Cabinet noir ()

Les mille et un fantômes se présente comme un roman, mais il s'agit d'une suite d'histoires fantastiques échangées au cours d'une soirée par les témoins d'un crime sordide, histoires d'inspirations diverses, avec pour toile de fond une Histoire comme seul Dumas sait la faire vivre.

     L'étrange crime initial, où une tête tranchée se met à parler, n'est que le prétexte à une réflexion assez sérieuse sur les possibilités de la persistance d'une vie, d'une conscience, et surtout d'une souffrance, dans les minutes qui suivent une décapitation.
     Comme Dumas en avertit le lecteur « ce n'est pas pour faire de l'horrible à froid que nous nous appesantissons sur un pareil sujet, mais il nous a semblé qu'au moment où l'on se préoccupe de la peine de mort, une pareille dissertation n'était pas oiseuse. ».
     Si le sujet est grave, cette dissertation est tout sauf ennuyeuse. Dumas n'a pas son pareil pour convoquer les grandes figures de l'Histoire, comme Charlotte Corday à propos de la guillotine, et pour leur donner vie sur le mode de l'anecdote.

     Passé cette première partie, les récits deviennent vraiment fantastiques : fantômes, morts-vivants et vampires sont de la partie. Mais l'Histoire demeure bien sûr très présente.
     L'une des scènes les plus extraordinaires se situe en 1793, lors de l'exhumation des anciens rois enterrés à l'abbaye de Saint-Denis. Après l'examen de corps plus ou moins décomposés, le cadavre merveilleusement conservé de Henri IV se retrouve posé debout contre une colonne, vêtu comme de son vivant. Cette impressionnante statue de chair morte saura-t-elle se venger du soufflet que lui inflige alors un ouvrier ?

     Dumas a un sens extraordinaire de la mise en scène, et son style vivant et rapide demeure d'une grande fraîcheur. Son habileté à ressusciter le passé convient aussi merveilleusement à l'élaboration de scènes morbides et de visions effrayantes, et Les mille et un fantômes s'impose ainsi comme un grand classique du fantastique, où Dumas explore avec aisance l'ensemble des principaux thèmes du genre.

Pascal PATOZ (lui écrire)
nooSFere

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 74133 livres, 82201 photos de couvertures, 69758 quatrièmes.
8527 critiques, 40108 intervenant·e·s, 1541 photographies, 3735 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2021. Tous droits réservés.