Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Rollback

Robert James SAWYER

Titre original : Rollback, 2007

Traduction de Patrick DUSOULIER

Robert LAFFONT (Paris, France), coll. Ailleurs et demain n° (221)
Dépôt légal : septembre 2009
Première édition
Roman, 384 pages, catégorie / prix : 21 €
ISBN : 978-2-221-11233-5
Format : 13,5 x 21,5 cm  
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
     En 2010, le premier message venu d'une autre étoile est capté. Il a été émis depuis Sigma Draconis, distante de dix-huit années-lumière. Et, non sans mal, l'astronome Sarah Halifax l'a déchiffré. Ce qui a permis de lui donner une réponse. Trente-huit ans plus tard, en 2048, un second message est capté. Crypté. Et deux fois plutôt qu'une.
     Qui pourra le décoder, sinon Sarah Halifax ? Seul problème : elle a désormais quatre-vingt sept-ans.
     Un multimilliardaire qui a fait fortune dans l’industrie des robots lui propose un rollback, un traitement de rajeunissement extraordinairement coûteux, qu lui rendra ses vingt-cinq ans. Sarah n’accepte que si Don, son époux du même âge, bénéficie de la même chance.
     Mais il y a un risque. C'est que sur l'un ou sur l'autre le traitement échoue. Que deviendra leur amour si longtemps partagé s'ils se trouvent séparés par soixante ans d'âge apparent ?
     Et que veulent donc nous dire les habitants de Sigma Draconis ?

     Croisant les deux thèmes du contact avec une autre civilisation et du rajeunissement intégral, Robert J. Sawyer, déjà couronné par le prix Hugo, nous donne ici un roman passionnant, intelligent et émouvant.
 
    Critiques    
     Le rollback du titre, c'est un procédé permettant de rajeunir le corps humain en remplaçant les organes défectueux et en régénérant les cellules. Un jour, on propose à Sarah Halifax, quatre-vingt-sept ans, d'y avoir recours. Cette astronome avait en 2010 capté puis déchiffré un message d'origine extraterrestre ; après concertation mondiale, la Terre avait répondu. Nous sommes désormais en 2048, quand arrive la réponse des habitants de Sigma Draconis. Un mécène pense que Sarah est la seule à pouvoir déchiffrer le nouveau message, et, pour la placer dans des conditions optimales, il lui propose le rollback.
     Sur cette trame, Robert J. Sawyer aurait pu nous proposer un roman vivant, intéressant, aux multiples implications scientifiques vertigineuses. Il n'en est rien : il a choisi une autre direction, celle de la ménagère de plus de cinquante ans. Sarah a en effet un mari qui a son âge. Elle décrète donc que si elle subit le rollback, son mari doit le subir aussi. Cette opération, qui a toujours réussi sur les deux cents premières interventions, rate cette fois-ci. Pas de chance, non ? En plus, pas sur Don : sur Sarah ; du coup, elle reste âgée. Le roman va dès lors se concentrer davantage sur Don, sur sa verdeur retrouvée, à laquelle il est confronté, notamment vis-à-vis d'une jeunette qui pourrait être son arrière-petite-fille... Après soixante ans de vie commune et une relation au beau fixe, sa transition vers un jeune bouillonnant de sève est tout sauf crédible. Et ses atermoiements — est-il en train de trahir Sarah ? — sur plus de 350 pages sont d'un pathétique consommé. Comme du reste l'ensemble du livre : à aucun moment, le questionnement sur le contact avec les extraterrestres ou sur l'effet à terme du rollback sur l'humanité ne prend le pas sur des considérations toutes personnelles, comme « que faire à manger ce soir ? » ou « est-ce que tu n'as pas froid, ma chérie ? ». Avec de nombreux passages d'un ridicule achevé — le robot qui enlève ses bottes crasseuses en entrant dans la maison. Ajoutez que le message des E.T. et ses implications sont crétins à souhait, sans même parler du fait que le déchiffrage par Sarah du deuxième message tombe comme un cheveu sur la soupe, et vous aurez compris qu'on a affaire ici à un ratage sur toute la ligne. C'est d'autant plus rageant qu'avec un substrat identique, un auteur du calibre de, mettons, Robert Charles Wilson ou Greg Egan, aurait pu nous livrer quelque chose de plus consistant, de plus étourdissant sur ce double thème. En l'état, Robert Sawyer a choisi ce qu'il devait faire à manger ce soir : de la soupe, assurément.

Bruno PARA (lui écrire)
Première parution : 1/1/2010 dans Bifrost 57
Mise en ligne le : 10/7/2011


     Bien qu'auteur multiprimé, l'accueil de Robert J. Sawyer en France est jusqu'à présent assez mitigé. Il suffit de lire sur nooSFere les critiques de ses précédents romans pour constater qu'il est plutôt apprécié par divers commentateurs – qui ne crient cependant pas au génie – et copieusement détesté par les chroniqueurs de Bifrost : Pierre-Paul Durastanti fait de Mutations un « livre jetable, fabriqué plus qu'écrit », Sylvie Burigana trouve « consternant » sa Dernière chance pour l'humanité, Sandrine Grenier voit en Starplex « un de ces livres qui ne laissent aucune trace dans la mémoire » et seul Claude Ecken trouve qu'Un Procès pour les étoiles a « de quoi nous réconcilier avec un auteur dont on ne garde pas que de bons souvenirs. »

     Rollback ne devrait pas modifier ces opinions opposées. Dans la droite ligne des précédents ouvrages, on y trouve les mêmes thématiques, les mêmes procédés, les mêmes qualités et les mêmes défauts.
     Dès le résumé – un couple comprenant une scientifique, un message extra-terrestre – , on se retrouve en terrain connu, celui du début de Dernière chance pour l'humanité. Que les personnages soient d'autre part confrontés au vieillissement et à la mort ne surprendra pas davantage le lecteur des romans antérieurs.
     C'est d'ailleurs un trait tout particulièrement appréciable chez l'auteur : sa faculté de peindre avec simplicité et justesse – sans mélodrame ni pathos excessif – les rapports entre des êtres humains et leur maladie, leur handicap ou leur vieillissement.
     L'autre qualité principale de Sawyer, c'est son extrême lisibilité. Pas de jargon, pas de descriptions complexes, pas de tournures recherchées... Essentiellement composé de dialogues, Rollback est indéniablement facile à lire et entraînant. En contrepartie, on n'y trouvera ni fulgurance stylistique ni véritable souffle : la lisibilité se double parfois d'une certaine platitude.

     Au rang des défauts, Rollback manque certainement d'ambition et d'originalité.
     Le terme « rollback » ne désigne ici qu'une simple cure de jouvence permettant à un homme de quatre-vingt sept ans de retrouver ses vingt-cinq ans – avec les évidentes conséquences que cela peut avoir sur son appétit et sur sa libido toute neuve. On est loin du sens informatique du terme où le rollback efface généralement les sauvegardes intermédiaires et entraîne une perte de données – les joueurs de MMORPG qui perdent quelques niveaux à la suite d'un rollback n'apprécient guère, même s'ils ont conscience que c'est un mal parfois nécessaire. Rien de neuf, donc, concernant le thème du rajeunissement : Rollback n'offre qu'une jolie mise en situation, en forme de comédie de moeurs des temps futurs, lorsque les familles recomposées comprendront aussi des vieillards plus jeunes que leurs petits-enfants, des robots et des extraterrestres...
     Quant au thème du contact extraterrestre, le roman contient quelques idées intéressantes : l'enquête de moralité, le transfert d'une information permettant une rencontre du 3ème type inédite... Néanmoins le lecteur peine à se détacher d'une forte impression d'invraisemblance. Les extraterrestres peuvent-ils raisonnablement croire que leur projet sera confié à la personne qu'ils ont eux-mêmes désigné par une procédure quelque peu complexe ? Une telle naïveté est désarmante car les chances pour que tout se passe comme prévu sont infimes...

     Bref, ce roman n'est sans doute pas un chef d'oeuvre ni même le plus intéressant de l'auteur, mais il n'est jamais ennuyeux, certaines questions qu'il pose mine de rien demeurent universelles, ses personnages sont attachants et leur romance charmante. Cela suffit à faire de Rollback une lecture sympathique.


Pascal PATOZ (lui écrire)
Première parution : 27/9/2009 nooSFere


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 72031 livres, 83599 photos de couvertures, 67307 quatrièmes.
8481 critiques, 38778 intervenant·e·s, 1494 photographies, 3729 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2021. Tous droits réservés.