Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
L'Homme dans le labyrinthe

Robert SILVERBERG

Titre original : The Man in the Maze, 1969

Traduction de Michel RIVELIN
Illustration de Grégoire HÉNON

J'AI LU (Paris, France), coll. Science-Fiction (2001 - 2007) n° 495
Dépôt légal : mars 2003
318 pages, catégorie / prix : I
ISBN : 2-290-33288-7   
Genre : Science-Fiction


Autres éditions
   J'AI LU, 1973, 1975, 1984, 1991, 1994, 2007
   in Chute dans le réel, OMNIBUS, 1996
   in L'Homme dans le labyrinthe / Les Masques du temps, OPTA, 1970

    Quatrième de couverture    
     Muller vivait depuis neuf ans dans le labyrinthe. Maintenant, il le connaissait bien. Il savait ses pièges, ses méandres, ses embranchements trompeurs, ses trappes mortelles. Depuis le temps, il avait fini par se familiariser avec cet édifice de la dimension d'une ville, sinon avec la situation qui l'avait conduit à y chercher refuge. Tous les hommes qui avaient tenté de pénétrer dans le labyrinthe de Lemnos avant Muller étaient morts d'une façon atroce. Tous ceux qui avaient essayé de l'y rejoindre par la suite avaient été massacrés. Aujourd'hui, Ned Rawlins a reçu l'ordre de ramener Muller sur la terre, sa planète natale. Qui, neuf ans auparavant, l'a impitoyablement chassé...

     Robert Silverberg. Né en 1935, cet écrivain extraordinairement prolifique est aujourd'hui considéré comme l'une des légendes vivantes de la science-fiction américaine. Quatre fois lauréat du prix Nebula et cinq fois du prix Hugo, il est l'auteur d'œuvres inoubliables, telles que Les ailes de la nuit, Les monades urbaines, L'oreille interne, ou Le château de Lord Valentin.

    Cité dans les Conseils de lecture / Bibliothèque idéale des oeuvres suivantes :    
 
Annick Béguin : Les 100 principaux titres de la science-fiction (liste parue en 1981)
Albin Michel : La Bibliothèque idéale de SF (liste parue en 1988)
Jean-Bernard Oms : Top 100 Carnage Mondain (liste parue en 1989)
Lorris Murail : Les Maîtres de la science-fiction (liste parue en 1993)
Association Infini : Infini (2 - liste secondaire) (liste parue en 1998)
Jean-Pierre Fontana : Sondage Fontana - Science-fiction (liste parue en 2002)

 
    Critiques    
     L'Homme dans le Labyrinthe est basé sur un concept tout entier contenu dans son titre, à savoir : l'histoire d'un homme vivant en ermite sur une planète distante de quelques neuf années-lumière, au cœur d'un labyrinthe rempli de pièges tous plus sadiques les uns que les autres bâti par une civilisation extraterrestre depuis longtemps éteinte 1. Volontairement exilé dans cet endroit infernal depuis neuf ans, Muller a miraculeusement échappé aux pièges du labyrinthe, disposés dans une série de cercles concentriques entourant la cité où il vit (à la manière de l'Enfer de Dante), et il les utilise pour se préserver des explorateurs — humains ou extraterrestres — qui viendraient perturber sa retraite. Bien sûr, comme on pouvait s'y attendre, une navette fait un jour son apparition : à son bord, une équipe venue de la Terre est à la recherche du seul homme capable de sauver la Planète Bleue ; mais pour le rencontrer, les visiteurs devront d'abord pénétrer dans le labyrinthe...

     Ce postulat — aussi vieux que le Minotaure mais toujours aussi fascinant — aurait pu, chez un auteur d'envergure moyenne, donner lieu à une nouvelle éventuellement intrigante, voire divertissante. Sous la plume de Robert Silverberg, elle devient un roman de trois cent pages impossible à lâcher avant d'avoir lu son dernier mot. Un seul décor, une poignée de personnages, une trame on ne peut plus simple, et pourtant on ne s'ennuie à aucun moment tant Silverberg s'évertue à mettre en pratique tout ce qu'une telle histoire peut impliquer de scènes mémorables : pour commencer, les intrus subissent un angoissant compte à rebours en attendant le moment où ils devront entrer dans le labyrinthe alors que, un à un, leurs robots sont martyrisés dans les pièges qu'ils devront eux-mêmes éviter, forts des informations récoltées par les machines. En outre, ils ne peuvent se contenter d'arriver jusqu'à Muller : ils doivent également convaincre le misanthrope de les suivre, et sauver une humanité qu'il déteste... Car Muller a une bonne raison de se terrer au fond de ce labyrinthe, mais l'auteur ne compte pas nous la livrer avant d'avoir joué un moment avec nous ! Tout au long du roman, la psychologie des acteurs du drame se voit ainsi développée avec subtilité, approfondissant sans cesse une histoire qui nous livre cent fois plus que ce que l'on pouvait en attendre de mieux.

     Loin d'être monotone malgré l'austérité de son sujet, la narration de Silverberg — simple et efficace, à l'image de son histoire — oscille constamment entre le point de vue de Muller et celui des visiteurs jusqu'au moment de la rencontre, au cours d'une intrigue parfaitement rythmée qui s'oriente d'abord vers une sorte de jeu de piste avant de virer à la manipulation psychologique entre traqueurs et traqué. Mais je n'en dévoilerai pas plus ; sachez seulement qu'avec un rien, Silverberg dresse un récit où des péripéties pourtant prévisibles s'avèrent toujours éprouvantes... A un tel point que le lecteur a parfois l'impression de pénétrer, lui aussi, dans le redoutable labyrinthe.


Notes :

1. Un concept qui me rappelle étrangement Dédale ? Que dalle !, un sketch de Franquin tiré de son album Idées Noires, ou bien encore le film Cube, mais ceci est une autre histoire.


Florent M. (lui écrire)
Première parution : 24/9/2008 nooSFere

 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
Edition J'AI LU, Science-Fiction (1959 - 1984, 1ère série) (1974)


 
     Critique tirée de la rubrique « Diagonales » signée par Alain Dorémieux
     Ce roman, qui parut en édition originale en 1970 au C.L.A., couplé avec Les masques du temps du même auteur, est l'un de ceux qui ont marqué le tournant de Silverberg et son accès à un statut supérieur : de simple fabricant stéréotypé, il devint vers la fin des années soixante un auteur vigoureux et original, au talent très étoffé. Aujourd'hui, malgré des réussites comme Le fils de l'homme, Le temps des changements ou The book of skulls, qui lui ont succédé, L'homme dans le labyrinthe reste un de ses romans les plus typiques et les plus impressionnants. A lire d'office si vous n'avez pas acheté en son temps l'édition du C.L.A.

Alain DORÉMIEUX
Première parution : 1/1/1974
dans Fiction 241
Mise en ligne le : 16/11/2015




 
retour en haut de page
Dans la nooSFere : 64311 livres, 62124 photos de couvertures, 58982 quatrièmes.
8085 critiques, 35263 intervenant·e·s, 1341 photographies, 3682 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.