Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
La Voix des morts

Orson Scott CARD

Titre original : Speaker for the Dead, 1986
Première parution : États-Unis, New York : Tor Books, mars 1986

Cycle : Ender  vol. 2 

Traduction de Daniel LEMOINE
Illustration de Jean-Michel PONZIO

J'AI LU (Paris, France), coll. Science-Fiction (2001 - 2007) n° 3848
Dépôt légal : avril 2001
Roman, 448 pages, catégorie / prix : K
ISBN : 2-290-31292-4   
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
Trois mille ans se sont écoulés depuis l'extermination des Doryphores, et les hommes se croient désormais seuls dans l'univers. Or, sur la planète Lusitania, on découvre l'existence des piggies, bipèdes mi-hommes mi-cochons doués d'intelligence.
Des scientifiques sont détachés pour les étudier mais, sans mobile apparent, ils sont assassinés. L'humanité s'interroge : doit-on s'inquiéter de cette nouvelle menace, et la détruire ?
Afin de rendre hommage aux victimes, on convoque sur la planète un Porte-Parole des Morts. Mais voilà, dans ses bagages se trouve un cocon où vit la dernière reine des Doryphores. Car cet homme n'est autre qu'Ender, le Xenocide.

    Prix obtenus    
Hugo, roman, 1987
Locus, roman de Science-Fiction, 1987
Nebula, roman, 1986
Cosmos 2000, [sans catégorie], 1988
Science Fiction Chronicle, roman, 1987

    Cité dans les pages thématiques suivantes :     

    Cité dans les Conseils de lecture / Bibliothèque idéale des oeuvres suivantes :    
 
Jean-Pierre Fontana : Sondage Fontana - Science-fiction (liste parue en 2002)  pour la série : Ender
Jean-Bernard Oms : Top 100 Carnage Mondain (liste parue en 1989)  pour la série : Ender

 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
Edition OPTA, Club du livre d'anticipation (1987)


     Suite de La stratégie Ender, ce roman lui est bien supérieur, tant par la complexité de l'intrigue et des thèmes que par l'intensité des sentiments exprimés. Ou peut-être seulement parce qu'il prend modèle sur Un cas de conscience de Blish au lieu de suivre Etoiles, garde-à-vous ! de Heinlein. Au lieu de tout faire dépendre d'une guerre impitoyable avec un adversaire incompréhensible, on s'intéresse à la tentative de compréhension d'une race amicale, les « petits cochons ». Choix révélateur que cet aspect physique : mignons, mais inquiétants — comme peut l'être une truie enragée. L'inquiétude prend corps quand ils massacrent le xénologiste qui les étudiait.
     Ender Wiggins n'arrive sur les lieux que plus tard. Card a une nouvelle fois succombé à la tentation de faire de son héros un surhomme, éminence grise de toute l'histoire humaine : exécré comme criminel de guerre par l'opinion publique, ils prononcent des éloges funèbres qui n'en sont guère : la vérité sur le défunt, rien que la vérité...
     Ce pourrait être la recette d'un roman policier, mais l'enquête devient théologique et passionnante. C'est la première fois que Card met autant de lui-même dans un roman de SF (je n'ai pas lu son œuvre historique sur les Mormons, The thorn birds). Lui a qui été missionnaire mormon au Brésil, il crée une planète de Noirs lusophones et catholiques jusqu'au bout des ongles, placée dans une fédération humaine qui est en fait une alliance de théocraties. Ender, missionnaire mal vu du pouvoir épiscopal, passe comme Saint-Paul sa vie à expier ses erreurs passées ; mais c'est l'évêque local qui devra finalement trouver son chemin de Damas.
     La reduplication est omniprésente au fil des multiples générations présentées par l'auteur (trace de roman dynastique !). Card est conservateur, volontiers sentencieux, par exemple quand il explique la nécessité du mariage pour être citoyen à part entière (pour Heinlein, c'était le service militaire). Pourtant ses histoires de famille sont horribles, et tous doivent souffrir, pris dans l'étau d'un conflit insoluble entre les valeurs de leur hiérarchie et leurs sentiments, il accumule en particulier les exemples d'inceste frère-sœur. Curieux personnage que Card. Même si la conclusion du livre renonce à ses habituels coups de matraque émotionnels, et déçoit par conséquent un peu, on reste marqué par ce livre. Qu'on soit d'accord ou pas.

Pascal J. THOMAS (lui écrire)
Première parution : 1/5/1987
dans Fiction 386
Mise en ligne le : 19/1/2003




 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 69451 livres, 77801 photos de couvertures, 64547 quatrièmes.
8384 critiques, 36831 intervenant·e·s, 1476 photographies, 3710 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.