Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Fiche livre    

L'Enchâssement

Ian WATSON

Titre original : The Embedding, 1973
Science Fiction  - Traduction de Didier PEMERLE
Illustration de MANCHU
BÉLIAL', coll. Kvasar n° (7), dépôt légal : juin 2015
352 pages, catégorie / prix : 23 €, ISBN : 978-2-84344-134-9

Traduction révisée.

Couverture

    Quatrième de couverture    
     « Une silhouette gigantesque apparut dans le cône de lumière et descendit à leur rencontre [...] d’un pas distrait de promeneur désabusé. Il faisait penser à la fois aux saints du Greco et aux statuettes émaciées de Giacometti. »

     Il y a cet institut médical anglais qui, discrètement, se livre à des expériences linguistiques extrêmes sur des orphelins coupés du monde... Dans le même temps, au Brésil, dans un coin de jungle amazonienne promise à la submersion par un barrage titanesque, l’ethnologue français Pierre Darriand étudie le langage enchâssé réservé aux mythes du peuple xemahoa, une langue qu’on ne peut comprendre que sous l’emprise d’une drogue sacrée... Ailleurs, au coeur du Névada désertique, Russes et Américains connaissent le vertige d’un premier contact extraterrestre secret avec les Sp’thra, une race engagée dans une quête infinie, mystique, du langage... Avant que tout ne se lie, ne s’enchâsse, donc, avec pour horizon potentiel l’ultime libération, celle des esprits.

     Né en Grande-Bretagne en 1943, diplômé d’Oxford en littérature anglaise et française du XIXe siècle, Ian Watson a enseigné dans les universités de Dar es Salam et de Tokyo, puis à Birmingham au milieu des années 70. Romancier (on lui doit une trentaine de livres), nouvelliste (une quinzaine de recueils), poète et essayiste, il a travaillé pendant deux ans (1990-1991) avec Stanley Kubrick avant que Steven Spielberg ne porte à l’écran le fruit de leur collaboration sous le titre A.I. Intelligence artificielle, en 2001. Considéré comme un créateur exigeant mais incontournable, Ian Watson vit désormais en Espagne où il poursuit son oeuvre.
     Initialement publié en 1973, L’Enchâssement est lauréat du prestigieux prix Apollo.


    Sommaire    
1 - Olivier GIRARD, Un mot de l'éditeur, en guise d'introduction, pages 11 à 11, Introduction
2 - Souvenirs enchâssés, pages 13 à 38, Préface, trad. Erwann PERCHOC
3 - Frédéric LANDRAGIN, Un modèle de linguistique-fiction ?, pages 299 à 322, Postface
4 - Alain SPRAUEL, Bibliographie des œuvres de Ian Watson (1943-), pages 325 à 349, Bibliographie

    Prix obtenus    
Apollo, [sans catégorie], 1975

    Cité dans les Conseils de lecture / Bibliothèque idéale des oeuvres suivantes :    
Denis Guiot & Jean-Pierre Andrevon & George W. Barlow : Le Monde de la science-fiction (liste parue en 1987)
Jean-Bernard Oms : Top 100 Carnage Mondain (liste parue en 1989)
Lorris Murail : Les Maîtres de la science-fiction (liste parue en 1993)
Stan Barets : Le Science-Fictionnaire - 2 (liste parue en 1994)
Association Infini : Infini (1 - liste primaire) (liste parue en 1998)
Francis Valéry : Passeport pour les étoiles (liste parue en 2000)
 
    Critiques des autres éditions ou de la série    
Edition POCKET, Science-Fiction / Fantasy (1986)


     Toutes les préoccupations de ce roman tournent autour du langage et de la communication. Elles sont véhiculées par trois fils conducteurs.
     Etude, d'abord, (dé)formation et éducation d'enfants coupés du monde et de la réalité dans un hôpital assez spécial. On essaie de leur inculquer la préhension d'un autre niveau de langage, quitte à les sacrifier en les rendant fous ou inaptes à la vie normale.
     Observation, ensuite, d'une tribu d'indiens vivant en Amazonie — les Xemahoa — qui, sous l'effet d'une drogue — le maka-i — , parvient à parier et à comprendre une langue dans la langue ; une langue enchâssée.
     Relations, enfin, entre les hommes et les Sp'thra, extra-terrestres qui se disent Changeurs de Signes. Ce peuple de linguistes s'est lancée dans une quête que les terriens trouvent absurde — ils veulent annihiler l'Amour Veuf qu'ils portent aux Diseurs de Change. Ils prétendent chercher à échapper à la Cette-Réalité, c'est-à-dire à se libérer de l'univers dans lequel ils sont « enchâssés », afin d'atteindre l'Autre-Réalité. Quelques cerveaux humains pourraient les satisfaire. C'est alors qu'on leur parle des Xemahoa.
     En échange d'une unité cervicale xemahoa, les Sp'thra sont prêts à révéler leurs techniques de voyage interstellaire. Mais la politique — l'affreuse politique terre à terre et bornée — va s'immiscer dans ces négociations vitales, mutilant la communication entre les deux races.
     L'enchâssement étonne par son pessimisme. Watson serait-il un écrivain profondément pessimiste ? Peut-être pas... Mais tout de même, la porte qu'il laisse entrouverte est à peine bonne pour les souris.
     Pour lui, semble-t-il, les hommes parlent une langue de sourds, Ils ne savent pas écouter. Par contre, ils savent s'écouter. Cette démarche aveugle conduit à un isolement inévitable que l'auteur, dans un registre différent, a déjà mis en scène dans L'Ambassade de l'Espace (Calman-Lévy).
     Quel avenir pour l'homme ? Brrr... Je n'ose y penser. Il semble prisonnier pour l'éternité de la Cette-Réalité.
     Certes, ce roman laisse apparaître une grande complexité. Mais il constitue également une grande réussite.
     A lire, donc, mais surtout à relire.


Éric SANVOISIN
Première parution : 1/1/1986
dans Fiction 370
Mise en ligne le : 5/3/2005


 
Base mise à jour le 18 juin 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.