Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
L'Homme démoli

Alfred BESTER

Titre original : The Desmolished Man, 1953
Première parution : Chicago, USA : Shasta publishers, 1953

Traduction de Jacques PAPY

DENOËL (Paris, France), coll. Présence du futur n° 9
Dépôt légal : 1er trimestre 1970
256 pages, catégorie / prix : 8,50 FF
ISBN : néant
Format : 11,0 x 18,0 cm  
Genre : Science-Fiction


Autres éditions
   DENOËL, 1955, 1955, 1977, 1983, 1989, 1996
   in L'Homme démoli / Terminus les étoiles, 2007
   GALLIMARD, 2011

    Quatrième de couverture    
 Suspense, violence, sexualité, cruauté ... à l'échelon de l'univers cosmique ! c'est le roman policier du XXIVe siè cle : l'histoire d'un riche financier qui pour éviter la ruine n'hésite pas à tuer. Mais, dans sa lutte sans merci, il rencontrera plus fort que lui, il rencontrera l'homme sans visage ...

 A.Bester a inauguré un genre nouveau dans le domaine de la science-fiction : le roman policier sur le plan télépathique.

    Prix obtenus    
Hugo, roman, 1953

    Cité dans les Conseils de lecture / Bibliothèque idéale des oeuvres suivantes :    
 
Denoël : Catalogue analytique Denoël (liste)
Jacques Sadoul : Anthologie de la littérature de science-fiction (liste parue en 1981)
Jean Gattegno : Que sais-je ? (liste parue en 1983)
Lorris Murail : Les Maîtres de la science-fiction (liste parue en 1993)
Stan Barets : Le Science-Fictionnaire - 2 (liste parue en 1994)
Association Infini : Infini (1 - liste primaire) (liste parue en 1998)
Francis Valéry : Passeport pour les étoiles (liste parue en 2000)
Jean-Pierre Fontana : Sondage Fontana - Science-fiction (liste parue en 2002)

 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
Edition DENOËL, Présence du futur (2004)


     New York, au XXXIIIe siècle : Ben Reich est un riche industriel dont la position est menacée par son principal concurrent, le vieux D'Courtney. Seule solution pour Reich : le tuer purement et simplement. Mais le crime parfait est loin d'être facile dans une société où les policiers sont extrapers, c'est à dire télépathes, et peuvent lire dans votre pensée, comme dans un livre ouvert, le récit de vos actes (ou même celui de vos desseins). De fait, aucun crime de sang n'a été commis depuis des décennies. Pourtant, Reich est persuadé de parvenir à perpétrer son crime en toute impunité — ce qui déplaît fortement à Powell, extraper de première classe et préfet de police, qui a juré de confondre Reich. Une partie d'échecs où tous les coups sont permis s'engage alors entre les deux hommes...

     Lorsqu'on lit L'Homme démoli, on ne peut s'empêcher de songer aux points communs structurels qui existent entre ce roman et un épisode de la fameuse série Columbo. Dans les deux cas, un riche et puissant personnage se voit contraint d'éliminer physiquement un individu (fréquemment riche et puissant lui aussi) qui menace sa situation ou sa réputation. Nous suivons alors méthodiquement les préparatifs alambiqués d'un crime qui se veut parfait, jusqu'à ce qu'un enquêteur plus retors que le meurtrier ne le confonde, le plus souvent en le poussant à se trahir par excès d'assurance. Bien entendu, l'enquêteur a intuitivement tout compris de l'affaire dès les premières minutes de son enquête, mais toute la difficulté de sa besogne réside dans le passage de la supposition au fait susceptible d'être porté devant un tribunal (à ce titre, la confrontation entre l'enquêteur et son suspect, ponctuée par un « hypothèse très originale, lieutenant, mais malheureusement, vous ne pouvez rien prouver ! » fait figure de passage obligé).
     Cette comparaison n'est pas innocente, mais elle n'a rien de péjoratif. Car si Columbo a efficacement renouvelé les codes de la série policière dans les années 1970, que dire d'un roman qui fonctionne selon le même principe près de vingt ans plus tôt ? Mariage harmonieux du policier et de la science-fiction psychologique (nettement plus satisfaisant à mon avis que les tentatives contemporaines d'Isaac Asimov), L'Homme démoli est un roman remarquable par son suspense efficace et sa forme très aboutie. D'abord, le héros du roman est le méchant, le cynique, le salaud, le meurtrier abject : ça change... Ensuite, l'importance des pouvoirs télépathiques dans le déroulement de l'intrigue entraîne au moins deux conséquences formelles intéressantes : la première, c'est de nécessiter l'emploi constant de deux niveaux de dialogue, oral et mental (ce qui techniquement n'est pas chose aisée pour un auteur) ; la seconde est liée aux codes du roman policier, qui pourraient être réduits à néant par de tels artifices (si Poirot, Holmes ou Rouletabille étaient télépathes, avouez qu'on s'amuserait beaucoup moins à lire leurs exploits !). Dans les deux cas, Bester se tire d'affaire avec brio sans que le plaisir ou la facilité de lecture s'en trouvent altérés. À ceci s'ajoutent une réflexion piquante sur une possible société future, et quelques trouvailles particulièrement réjouissantes (acheter une mélodie idiote qu'on ne peut chasser de son esprit pour brouiller la lecture mentale des télépathes, personnellement ça m'amuse beaucoup...).
     Tout de même, un seul regret, qui n'est nullement du fait d'Alfred Bester. L'édition que j'ai eue entre les mains, et qui semble être la dernière édition française de l'ouvrage (1996), est une véritable catastrophe typographique. Quelques énormités dans le texte laissent de surcroît supposer que Jacques Papy a traduit le roman de la main gauche, et sans se relire. Souhaitons que Folio SF y mette très vite bon ordre.
     L'Homme démoli ne semblera peut-être plus aussi frappant à ceux qui le découvriront plus d'un demi-siècle après sa première publication. Et c'est compréhensible, en un sens : Dick et Matheson, entre autres, sont passés par là — et puis rien de tel pour ringardiser prématurément un roman de SF que d'y rencontrer des cartes perforées. Mais replacé dans le contexte de sa parution, on imagine sans peine qu'il ait emballé le public, et valu à Alfred Bester le tout premier prix Hugo de l'histoire, en 1953. Un classique, et un grand !

Julien RAYMOND (lui écrire)
Première parution : 1/11/2004
nooSFere




 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 66476 livres, 67141 photos de couvertures, 61325 quatrièmes.
8090 critiques, 36376 intervenant·e·s, 1463 photographies, 3690 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.