Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Le Vagabond

Fritz LEIBER

Titre original : The Wanderer
Traduction de Jacques BRÉCARD
Illustration de Philippe ADAMOV
LIVRE DE POCHE, coll. SF (2ème série, 1987-) n° 7072
Dépôt légal : février 1987
512 pages, catégorie / prix : 9
ISBN : 2-253-04095-9   
Genre : Science Fiction 



    Quatrième de couverture    
     Les étoiles bougèrent dans le ciel, et le Vagabond surgit du vide interstellaire. C'était une planète entière qui menaçait la Terre. Elle dévora la lune. On la prit d'abord pour un astre errant, puis on découvrit qu'elle était habitée, pilotée et servait de refuge à un peuple fugitif.
     Mais sur Terre, le Vagabond avait déclenché l'apocalypse. Des tremblements de terre, des raz de marée de plus de cinq cents mètres de hauteur, la panique. Sans le vouloir, sans le savoir, le Vagabond avait ébranlé les fourmilières humaines.
     Il portait aussi l'amour. Celui de Paul Hagbolt pour Tigrishka, la femme-chat, un amour impossible entre deux espèces, deux mondes, deux désespoirs.
     Ou deux espoirs.
     Prix Hugo 1965, Le Vagabond, le plus célèbre roman de Fritz Leiber, est l'un des grands classiques de la science-fiction, comparable par son originalité et sa qualité littéraire à La Guerre des mondes de H.G. Wells et aux Chroniques martiennes de Ray Bradbury.



    Prix obtenus    
Hugo, roman, 1965

    Cité dans les Conseils de lecture / Bibliothèque idéale des oeuvres suivantes :    
Annick Béguin : Les 100 principaux titres de la science-fiction (liste parue en 1981)
Jacques Sadoul : Anthologie de la littérature de science-fiction (liste parue en 1981)
Jean Gattegno : Que sais-je ? (liste parue en 1983)
Jean-Bernard Oms : Top 100 Carnage Mondain (liste parue en 1989)
Lorris Murail : Les Maîtres de la science-fiction (liste parue en 1993)
Stan Barets : Le Science-Fictionnaire - 2 (liste parue en 1994)
Denis Guiot, Stéphane Nicot & Alain Laurie : Dictionnaire de la science-fiction (liste parue en 1998)
Association Infini : Infini (1 - liste primaire) (liste parue en 1998)
Francis Valéry : Passeport pour les étoiles (liste parue en 2000)
 
    Critiques    
     Il y a deux façons d'envisager Le Vagabond  : si on le compare à d'autres romans parus à la même époque, il ne ressort guère  : moins acerbe qu'un Brunner, plus pudibond qu'un Farmer, moins déroutant qu'un Dick, Le Vagabond, publié en 1964 et lauréat du Prix Hugo l'année suivante, apparaît d'une facture assez classique et relativement peu novatrice pour l'époque.
     Si à présent on le mesure aux productions de certaines superstars actuelles de la science-fiction américaine, Le Vagabond soutient parfaitement la comparaison. L'avantage de l'ancienneté mis à part, il apparaît clairement plus rythmé, mieux écrit et de surcroît plus imaginatif, ce qui tend malheureusement à illustrer la thèse selon laquelle la SF US récente a parfois une fâcheuse tendance à tourner en rond.
     Leiber a signé avec Le Vagabond un texte très solide, qui bénéficie d'une progression dramatique remarquable – un modèle du genre – et d'une construction efficace, même si elle nous semble aujourd'hui bien plus ordinaire qu'à l'époque de la rédaction du roman (un même événement, de préférence très spectaculaire, vécu simultanément par un grand nombre de personnages que l'auteur suit tour à tour). L'ensemble, qui aurait pu apparaître un peu brut de décoffrage, est judicieusement tempéré par des passages plus psychologiques, notamment par l'évocation de la relation entre Paul et Tigrishka, qui aurait cependant gagné à être traitée avec davantage de sensibilité.
     Rien à redire sur ce plan  : l'histoire fonctionne bien, elle est contée avec habileté, et l'impression qu'elle laisse n'est pas désagréable... Pourtant il est difficile de s'enflammer pour ce livre. Peut-être parce qu'il n'exacerbe pas suffisamment les sentiments du lecteur. Qu'il ne semble peut-être plus aussi exceptionnel aujourd'hui qu'à l'époque de sa publication. Qu'on a confusément l'impression d'avoir déjà lu une histoire similaire quelque part ailleurs... On se sent quand même un peu coupable vis-à-vis de Leiber, car ce n'est après tout pas sa faute si son texte subit le contrecoup d'en avoir inspiré tant d'autres. Ce n'est cependant pas faire injure au vénérable Grand Master que de souligner l'implacable logique des choses : il est particulièrement rare qu'un roman de SF passe le cap des trente-cinq ans sans se banaliser un tant soit peu.
     Bref, comme tout genre littéraire, la science-fiction a ses classiques, dont on ne remet pas en cause la qualité même si leur lecture ne provoque plus le grand frisson. Le Vagabond est l'un d'eux, et comme tout classique, il mérite d'être lu par tout amateur soucieux d'étoffer sa culture littéraire. Il est même très probable qu'il impressionnera grandement le lecteur occasionnel de science-fiction, qui sera – espérons-le pour lui  ! – moins blasé que votre serviteur.

Julien RAYMOND (lui écrire)
Première parution : 10/12/2001 nooSFere

 
    Critiques des autres éditions ou de la série    
Edition J'AI LU, Science-Fiction (1959 - 1984, 1ère série) (1976)


     Encore un très grand roman mis à la disposition du grand public (il avait paru chez Laffont en 1969). Le « wanderer » du titre, c'est une planète brusquement apparue dans nos cieux territoriaux, et causant d'épouvantables perturbations (destruction de la Lune, raz de marée, éruptions, tremblements de Terre). Alors, ce livre encourt-il la condamnation formulée par un des personnages : « La science-fiction... est aussi superficielle que toutes les formes d'art qui traitent de phénomènes plutôt que de personnes ». Non, justement : tout est perçu, subi, ressenti, par des personnes très diverses et très nombreuses, mais toutes très vivantes, entre lesquelles mes préférences personnelles vont à Dai Davies, modelé sur le poète gallois ivrogne Dylan Thomas, et à Paul Hagbolt, pour une des plus belles idylles avec une extra-terrestre — T'grishka, la femme-chatte — qui le traite en animal. Mais la planète elfe-même est une personne, un hippy géant, admiré et même aimé en dépit de (ou à cause de) ses ravages dédaigneux.

George W. BARLOW
Première parution : 1/2/1976
dans Fiction 266
Mise en ligne le : 17/7/2003


 

 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies